Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe D
  3. // Angleterre/Uruguay

Egidio Arévalo : « On veut réaliser le même exploit qu'en 1950 »

Depuis le Mondial 2010, Egidio Arévalo, le régulateur de l'entrejeu celeste, semble courir après le record de changements de clubs détenu par Sebastián Abreu. Entre 2010 et 2014, « Cacha » a usé six tuniques (Peñarol, Botafogo, Tijuana, Palerme, Chicago, Morelia). Actuellement salarié au Mexique, Arévalo parle de son goût pour les déménagements et des hautes ambitions de la Celeste pour le Mondial.

Modififié
L'Uruguay est tombé dans le groupe de la mort. N'avez-vous pas peur d'être éliminés dès le premier tour ?
On le prend comme un défi. Notre groupe est compliqué, mais si on passe la phase de poules, on en sortira renforcés, et je crois qu'on pourra alors croire à la possibilité d'un titre. Nous, on veut gagner le Mondial (interview réalisée avant le match contre le Costa Rica, ndlr). Le pays entier attend qu'on réalise le même exploit qu'en 1950. Ça nous met sans doute plus de pression que d'habitude, mais on doit rester serein,, et montrer ensuite ce que l'on sait faire sur le terrain. La dernière fois, on a atteint la demi-finale. Là, on veut faire encore mieux. On veut le titre.

L'Uruguay a pourtant connu une phase éliminatoire difficile...
Il semble que l'Uruguay ne peut pas se qualifier directement. On doit en passer par les barrages. Je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi, c'est comme ça. Beaucoup pensaient même qu'on serait éliminés quand on a perdu quatre matchs de rang, mais on s'est heureusement rendu compte à temps qu'on pouvait renverser la situation. Notre victoire au Venezuela a été capitale (0-1, 11e journée), elle nous a permis de revenir dans la course à la qualification. Pour surmonter cette épreuve, on a pu compter sur un groupe qui est toujours resté uni, qui a su se parler...

Six mois après le Mondial, tu quittes Peñarol pour Botafogo. Pourquoi ce choix ? Aucun club européen ne t'a contacté ?
En Angleterre, on m'a voulu. Je voulais partir, mais ça n'a pas pu se faire. Des problèmes d'agent, de business...

Tu as évolué dans six clubs depuis le Mondial 2010. Que réponds-tu si on te qualifie de mercenaire ?
Je ne vois pas les choses ainsi. En fait, en général, ça s'est très bien passé pour moi dans tous les clubs par lesquels je suis passé et cela amène à recevoir des offres. Partout, je me suis bien éclaté. Enfin, aujourd'hui j'espère me fixer enfin dans un club (ndlr : quelques jours après cette interview, Arévalo a rejoint les Tigres, qui l'avaient prêté à Morelia).

Tu as notamment réalisé une très bonne saison avec Palerme. Pourquoi avoir alors quitté la Serie A pour partir en MLS, au Chicago Fire ?

J'avais envie de rester, mais il y a beaucoup d'agents qui s'interposent, ce que je n'aime pas. Ce fut compliqué, mais l'offre était très bonne, tout simplement. On peut penser que la MLS est un championnat inférieur à la Serie A, mais pour moi c'est un championnat compétitif qui compte quelques joueurs de grand talent, de grande expérience. J'espère avoir apporté quelque chose à ce club, à mes ex-coéquipiers.

Tu parles d'agents, d'intermédiaires, tu appartiens à un groupe d'investisseurs comme cela est de plus en plus commun en Amérique du Sud ?
Non, seulement à un agent. Je veux qu'on trouve une nouvelle équipe rapidement, pour jouer le Mondial sereinement. J'espère que d'autres agents ne nous mettront pas des bâtons dans les roues pour signer rapidement...

Au final, quel est l'élément principal qui te pousse à changer de club ?
Pour m'amuser. Le football est un sport merveilleux, moi, je ne pense pas à l'argent, j'ai la chance de découvrir des pays, des régions différentes et j'en profite. Accumuler de l'expérience dans divers pays enrichit un joueur. Je suis peut-être un peu nomade, mais maintenant je voudrais me poser.


Propos recueillis par Thomas Goubin, au Mexique
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Croatie vide Cameroun