Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Béziers-Metz

Doux Béziers d'été

Après avoir reçu Ajaccio à la Mosson et reporté son match face à Lens à domicile, l’Avenir sportif Béziers accueille ce lundi soir Metz pour sa première rencontre professionnelle à domicile depuis 1987 et la disparition de l’Association sportive Béziers. Un retour programmé depuis dix ans.

Modififié

En matière de longévité, l’Association sportive de Béziers, disparue en 1987, est toujours le troisième club le plus présent en Division 2 avec quarante saisons entre 1933 et 1987. Problème, depuis cette date, la ville longtemps réputée pour son rugby ne possédait plus de club étendard capable d’atteindre le monde professionnel. « Il y avait deux clubs de Béziers qui voulaient fusionner depuis vingt ans, ils n’arrivaient jamais à se mettre d’accord » , raconte Gérard Rocquet, président de l’actuel AS Béziers. « Un jour, on m’a proposé d’être président d’un de ces deux clubs en plus de mon poste à l’AS Saint-Chinian, qui jouait un cran au-dessus. Ça m’a mis en position de force et j’ai enclenché la fusion. » En 2007, l’Avenir sportif de Béziers naît et l’objectif est fixé : retrouver le monde professionnel. « Onze ans plus tard, nous y sommes » , se réjouit le président.

Fusion, humilité et famille


« Le club doit tout au président Rocquet, il est comme un deuxième père pour moi et m’a maintenu dans les pires moments. Et il a douze accessions à son actif, quand même ! » , clame l’entraîneur Mathieu Chabert, au club depuis neuf saisons et numéro un depuis trois ans. « Je suis président de l’AS Béziers depuis la fusion, mais j’étais déjà président de l’AS Saint-Chinian avant, donc je suis dans le foot depuis trente ans » , explique le principal intéressé. Après quelques années de galère en CFA et trois ans en National, revoilà le club en deuxième division : « En Ligue 2, tu peux te pérenniser, mais pas en National » , explique Mathieu Chabert, amoureux de son club. On a un fonctionnement très familial, et c’est la meilleure façon de faire. On parle souvent de groupe. Mais le groupe, c’est tout le club. Ce n’est pas que le vestiaire. »


L’AS Béziers arrive donc en Ligue 2 avec le statut de plus petit budget du championnat, ce qui « ne servira surtout pas d’excuse » selon le président, mais nécessite une structuration à tous les niveaux du club. Gérard Rocquet poursuit : « L'objectif immédiat est de se maintenir. Ça va être dur. Si on se maintient, il faut ensuite se structurer. Ensuite, on verra. Nous n’avons pas de limite, sinon on fait du sport avec les vétérans : c’est le but du sport de passer la ligne en premier. » L’entraîneur Mathieu Chabert se veut plus mesuré : « On est à une période charnière du championnat avec une réévaluation des droits TV. Le plus important, c’est donc de se maintenir pour pouvoir se stabiliser, capitaliser du budget et créer un centre de formation. Ça ne sert à rien de monter trop vite, on l’a vu à Arles-Avignon ou Évian. On revient avec beaucoup d’humilité. »

Cohabitation avec l'ovalie


En attendant l’issue de la saison, les dirigeants biterrois ont déjà passé leur été à structurer un club qui ne possédait aucun salarié en juin dernier. Alors que Mathieu Chabert passe trois jours par mois à Paris pour mettre ses diplômes au niveau, le président Rocquet a hâte de ne revenir qu’au terrain : « On a beaucoup travaillé, et il en reste encore autant. Depuis mai, on n'a parlé que de travaux, de règlements, ce qu’il faut faire ou non, et pas assez de sport. C’est un autre monde, passionnant, mais c’est trop rapide et concentré pour un club qui n’a jamais été professionnel : les délais sont un peu courts. » Côté stade, Béziers n’a en revanche pas eu le problème de beaucoup de clubs amateurs promus en Ligue 2, l’ASB étant rapatrié au Stade de la Méditerranée (18 000 places) par la mairie, où réside déjà l’AS Béziers... de rugby.



Là encore, Béziers démonte les clichés. Car entre ses deux clubs professionnels de rugby et de foot, chacun en deuxième division, aucune concurrence ni animosité ne se font sentir, quand bien même les joueurs foulent la même pelouse. « Entre coachs, on échange beaucoup, témoigne Mathieu Chabert. Les joueurs ont fait un barbecue tous ensemble cet été. Tout le monde souhaite du positif à l’autre. » Gérard Rocquet complète : « On a des partenaires et des supporters communs, comme avec le volley, mais pas tout à fait le même public. Même s’il y a quelques sportifs qui ont les deux abonnements. » Et même lorsque le piteux état de la pelouse du stade empêche l’ASB de recevoir Lens au dernier moment pour son premier match à domicile, les relations restent au beau fixe : « L’état du terrain n’est absolument pas la faute du rugby » , tient à préciser Mathieu Chabert.

Une première à domicile retardée


Cette fois, la pelouse est prête pour la réception d’un autre cador du championnat : le FC Metz. « On est impatient, même si au niveau de la connaissance du terrain, on est comme Metz puisque ce sera notre première au stade de la Méditerranée. On est très heureux de partager pour de vrai la Ligue 2 avec les Biterrois » , se réjouit Mathieu Chabert. Les 18 000 places de la Méditerranée ne seront pas occupées, mais l’engouement est bien là : « Il y a une place à prendre dans la région de Béziers, puisqu'on est entre Montpellier et Toulouse avec une agglomération solide en plein développement et un public passionné de sport » , pose Gérard Rocquet. Un public présent jusque dans la devise du club « Ensemble on va plus loin » . « Quitte à y aller moins vite » , précise Mathieu Chabert.

Par Adrien Hémard Tous propos recueillis par AH
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:36 Harry Redknapp grand vainqueur d'une télé-réalité britannique 6 Hier à 13:40 Gourcuff out jusqu'en 2019 51
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 13:26 L'organisateur de la CAN sera connu le 9 janvier 15
À lire ensuite
Une belle Pépé