Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe F
  3. // Dortmund/Marseille (3-0)

Dortmund trop puissant

Deux ans après le miracle de la Ruhr favorable à la bande à Deschamps, celle de Baup a pris cher mardi soir face à un Borussia Dortmund (3-0) énervé cette semaine, avec huit buts claqués en quatre jours.

Modififié

B. Dortmund - Marseille
(3-0)
Lewandowski (18'), M. Reus (52'), Lewandowski (80') pour Borussia Dortmund


En district, il est monnaie courante d'entendre sur les bords des mains courantes Jacky ou Michel gueuler « Lève la main si ça va trop vite » . Nul doute que les supporters massés dans le Signal Iduna Park mardi soir pour ce Borussia Dortmund – Olympique de Marseille à la sauce revancharde n'auraient pas manqué de vanner Valbuena et sa bande au vu de la leçon de vitesse et de technicité infligée par le BVB. Comme un symbole du passage de témoin par rapport au glorieux épisode marseillais de l'ère Deschamps, les hommes de Jürgen Klopp (en tribune ce soir après son exclusion au San Paolo) ont salement fait tourner les sardines marseillaises. Valbuena, héros de la qualif' en huitièmes en 2011, a payé, lui, pour son insolence passée, Subotić et Bender n'y sont pas allés de main morte pour récolter leur biscotte pour de jolis tampons.

Certes, l'OM risque de servir le sempiternel couplet du penalty non sifflé sur Khalifa, lancé plein axe à la 7e et rattrapé par Durm. De façon licite pour l'arbitre espagnol, pas pour les Phocéens, qui voyaient déjà la sanction tomber. Mis à part ça, pas la peine de se chercher des excuses devant tant d'insuffisances, tant la machine jaune et noire est allée trop vite par la suite. Les images du premier but parlent d'elles-mêmes. 19e minute, contre à négocier pour l'OM, perte de balle évitable en zone dangereuse, remontée à grandes enjambées des vice-champions d'Europe, supériorité numérique, à-toi-à-moi entre Reus, Mkhitaryan et Durm et Lewandowski à la conclusion à six mètres. Comme à la parade. Le Borussia récite le même football que lors de son carton face à Fribourg ce week-end (5-0).

Lewandowski le 4x4

Derrière, Marseille a peut-être le meilleur passage de son match entre l'ouverture du score et la 35e. Ni le coup franc de Petit-Vélo ni la frappe de Payet, trop molle pour bousculer Langerak, ne permettent au troisième de L1 de revenir dans le match. Un match qu'on croit plié à une minute de la pause quand Hummels remise dans la surface pour le second but de Lewandowski après une transversale impeccable de Grosskreutz. Les Marseillais sont tout heureux dès lors de voir le drapeau se lever pour les laisser encore dans le match. Si match il y a encore. Malheureusement, à la reprise, la réponse est cinglante. Sept minutes après le retour des vestiaires, un coup de pied arrêté anodin à 35 m de Reus se transforme en but de l'ancien de Gladbach grâce à un ballon cadré rendu vicelard par les courses croisés des Allemands dans la surface d'un Mandanda pris et trop court une fois la trajectoire appréciée.

Les gaules sont pliées, c'est l'heure du casse-croute pour la Sudtribüne, qui veut désormais se gaver comme un Bavarois à jeun se rendant à l'Oktoberfest. Et plus Durm, Mkhitaryan ou Aubameyang se rapprochent du but de Mandanda, plus les Marseillais se liquéfient pour une fin de match tournant à la catharsis. À peine le temps pour Lemina d'entrer pour ses premières minutes en C1 que M. Fernandez Borbalan a déjà le sifflet à la bouche pour sanctionner Nkoulou d'une faute sur Reus dans les seize mètres. Grand seigneur, ce dernier, préposé aux tirs au but, laisse la gonfle à Lewandowski, buteur d'un coup de canon plein centre et auteur de son quatrième but… en quatre jours ! À ce rythme-là, la Bundesliga pourrait devenir plus prolifique en réalisations que le Top 14. Prolifique, un mot que ne connaît donc toujours pas l'OM en Champions League cette saison.

Par Arnaud Clément
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible