Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 30e journée
  3. // Munich/Dortmund (0-3)

Dortmund déboîte le Bayern, Fribourg et Hanovre respirent

Le Borussia Dortmund s'est imposé sur la pelouse d'un Bayern très peu inspiré (3-0) et revient ainsi à 17 points du leader. Dans le bas du classement, Fribourg et Hanovre prennent un peu d'air, Stuttgart et Hambourg restent les pieds dans la merde. Et puis pas mal de buts, de n'importe quoi et des stades pleins. La Bundesliga comme on l'aime.

Modififié
Si ce match s'était déroulé il y a quelques semaines, peut-être que le résultat n'aurait pas été le même. Non seulement parce qu'en ce moment, les courbes de forme sont inversées, mais aussi parce que le Bayern Munich n'a que faire du championnat. De son trône, il ne voit pas les fourmis qui se battent tout en bas. Notamment les plus grosses d'entre elles, Schalke et Dortmund. Le « Null-Vier » ayant gagné la veille face à Francfort, le BVB se devait de gagner pour garder trois points d'avance. Et c'est ce qu'ils ont fait, les hommes de Jürgen Klopp. Bien qu'au-delà de la victoire, c'est la revanche du match aller qui est dans les têtes du peuple jaune et noir. Un peuple humilié lors de la Hinrunde, sous les yeux duquel un Borussia de fortune avait subi la loi du Rekordmeister.

Après le match d'aujourd'hui, il n'y a plus rien à dire. L'honneur du Borussia est rétabli. Et pour cela, Jürgen Klopp peut remercier Pep Guardiola : si le Catalan a quasiment mis sa meilleure équipe possible, il a oublié de dire à quel point ce match était important pour écraser toute forme de rébellion à l'avenir. Aussi le Bayern a-t-il joué comme à son habitude ces derniers temps, faisant tourner la balle, mais sans vraiment se presser. De son côté, Dortmund a attendu, laissant venir son adversaire tout en lui interdisant les vingt derniers mètres. Et quand les Schwarzgelben le firent, ce fut pour mieux accélérer. Henrikh Mkhitaryan, complètement esseulé, fusille Manuel Neuer à bout portant (20e). Et beaucoup de supporters de Dortmund de penser au match de mardi...

Au retour des vestiaires, point de Manuel Neuer. Blessé, le portier de la Nationalmannschaft laisse sa place au jeune Lukas Raeder. Pauvre petit. En quelques minutes, le néophyte va encaisser deux buts, par Reus (49e), puis Hofmann (56e). Avec toujours la même recette côté Dortmund : l'attente. Attendre pour mieux punir. Puis le Bayern se dit que ce serait bien de sauver l'honneur, au moins. Parce que c'est le Bayern. Mario Mandžukić marquera bien un but, mais il sera refusé pour un hors-jeu pas évident (83e). Le Bayern n'y est pas du tout, à l'image de Rafinha qui se fait expulser pour un geste débile en fin de rencontre. Jürgen Klopp peut être satisfait : ses joueurs vont dormir tout le long des vacances, mais au moins, ils auront tout donné cette saison.

L'équipe du weekend : Mayence

Thomas Tuchel n'était pas serein en début de match, lui qui n'a jamais battu le Werder Brême à domicile. Nils Petersen le sait, et décide de filer un coup de main dès le début du match à Mayence, en marquant contre son camp. Puis Christoph Moritz décide de marquer son premier but depuis près de cinq ans. Tout se passe à merveille pour les « Null-Fünfer » , qui se permettent même d'ajouter un troisième but par l'intermédiaire de Yunus Malli, sur une sucrerie de Zdeněk Pospěch. 3-0 à la mi-temps, Thomas Tuchel est heureux. Il l'aurait été encore plus si Malli n'avait pas tapé le poteau, mais qu'importe : Mayence s'impose contre une équipe du Werder apathique, et reste en course pour l'Europe. Dans la meilleure des positions : celle du chasseur.

Vous avez raté SC Fribourg-Eintracht Braunschweig (et vous n'auriez pas dû)

Alors oui, un match entre deux équipes de l'Abstiegskampf (lutte contre la relégation), ça n'a rien de bandant de prime abord. Mais au final, c'est une très jolie rencontre qui s'est jouée au Mage Solar Stadion, et ce, même si Braunschweig n'est pas bien entré dans la rencontre. 8e minute : une touche longue de Sorg, et Damir Vrančić qui trompe du crâne son gardien Daniel Davari. 26e minute : Domi Kumbela, le buteur de l'Eintracht, sort sur blessure. Mais les joueurs de Torsten Lieberknecht ne lâchent pas le steak pour autant. Condamnés à la descente jusqu'à la trêve, ils ont réussi un magnifique come-back dans cette Hinrunde, à tel point qu'ils pourraient griller de grosses écuries comme le HSV ou Stuttgart en fin de saison. Seulement, face à Fribourg, la chance est partie en congés : Ermin Bičakčić se trouve sur la trajectoire d'une frappe de Julian Schuster : 2-0. Par la suite, Dennis Kruppke touchera le montant d'Oliver Baumann. Fribourg s'impose et se donne de l'air. Braunschweig est toujours dernier, mais n'est pas encore mort.

On risque d'en parler sur RMC

Avant cette journée, ils étaient six à être sévèrement concernés par l'Abstiegskampf. Désormais, ils ne sont plus que quatre. Dans les duels « directs » , Fribourg a battu Braunschweig, et Hanovre en a fait de même face à Hambourg. Lars Stindl permet au « 96 » de repartir au vestiaire avec un but d'avance, malgré une domination de cochons. Hakan Çalhanoğlu égalise sur un coup franc sorti de nulle part ou presque. Mais il était écrit que cette saison serait compliquée pour le HSV. Didier Ya Konan marque le but de la victoire au terme d'une action, avec un hors-jeu au départ. Hors-jeu d'Artjoms Rudņevs, attaquant prêté par... Hambourg. VDM.

Enfin, de son côté, Nuremberg pensait avoir pris le match par le bon bout en menant 1-0 suite à un but de Markus Feulner. Mais c'était sans compter sur le show Kevin De Bruyne. Une passe dé pour Olić, une autre pour Perišić, et une dernière pour Malanda. Perišić finira le job pour une victoire 4-1 de Wolfsburg, qui roule vers la Ligue des champions. Enfin, à Mönchengladbach, le VfB Stuttgart a longtemps cru tenir sa victoire suite au but de Didavi. Mais à la 89e, Juan Arango égalise pour les Poulains. Scénario classique pour les Souabes, qui ont déjà perdu 30 points cette saison après avoir mené au score. Du coup, en bas de classement, ça donne : Stuttgart, 15e, 28 points. Hambourg, 16e, 27 points, Nuremberg, 17e, 26 points. Et enfin Braunschweig, 18e, 25 points. Ça va être serré jusqu'au bout.

Le geste

Oliver Sorg, c'est une sorte de Rory Delap local. Il est connu pour ses touches longues. Sauf que les joueurs de Braunschweig ne sont pas au courant. Résultat : « centre des bras » de Sorg, crâne Vrančić, Eigentor, Eins-Null, Freiburg.

Top 5

Hakan Çalhanoğlu : Quatrième coup franc direct pour le crack de Hambourg. Rafael qui ?
Vidéo
Juan Arango : Jusqu'à présent, le Vénézuélien a marqué 25 buts en Bundesliga. 24 du pied gauche, et un de la tête. Aujourd'hui, face à Stuttgart.
Kevin De Bruyne : Trois passes décisives pour lui. Eden qui ?
Nils Petersen : Un imparable but contre son camp. C'est con, à une mi-temps près, il était bon.
Max Meyer : 26 matchs, 6 buts et 3 passes décisives pour Max la Menace cette saison. Julian Draxler peut partir tranquille : la relève est assurée.


Ibrahima Traoré a dit

« Mon nouveau club ? Et bien, ce n'est plus une surprise désormais !  » L'ailier de Stuttgart jouera pour Gladbach l'an prochain. Mais pour le moment, il se tait, et donne tout ce qu'il a pour les Souabes.

La stat inutile

Lucien Favre devra patienter au moins une semaine encore avant de connaître sa 50e victoire avec Gladbach. Le technicien suisse est à 49 victoires en 110 matchs. Seuls les mythiques Hennes Weisweiler et Udo Lattek ont un meilleur pourcentage de victoires.

Et sinon...

Jupp Heynckes a conseillé à Toni Kroos de rester au Bayern.
Christoph Daum est étonné de toute la compassion éprouvée pour Uli Hoeness – notamment de la part des politiques et des médias. Il aurait bien voulu bénéficier du genre de traitement, en 2000, à l'époque où il s'était fait gauler pour consommation de cocaïne. Pour rappel, cette histoire avait été évoquée la toute première fois par... Uli Hoeness.
Le FC Cologne prévoit de faire la fête pour la montée. Pour ceux qui ont raté le carnaval en février, voilà une bonne occasion de se rattraper.
À quatre journées de la fin en 2. Bundesliga, Fürth et Paderborn se disputent la 2e place. Kaiserslautern, Pauli et Karlsruhe vont tout faire pour accrocher la 3e. En revanche, pour l'Union Berlin, faudra attendre l'année prochaine.
En bas de tableau, ça sent toujours aussi mauvais pour l'Arminia Bielefeld, mais surtout pour le Dynamo Dresde et l'Energie Cottbus. Pauvre ex-RDA.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié