Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
  1. // BuLi
  2. // J28
  3. // Dortmund-Bayern

Dortmund-Bayern, les lois du physique

Deux journées seulement après le retour aux affaires de la Bundesliga, voilà qu'un alléchant et crucial Klassiker entre le Borussia Dortmund et le Bayern se profile ce mardi soir. Mais le leader bavarois et son dauphin jaune et noir – distant de quatre unités – sont-ils vraiment prêts à livrer la grosse bataille espérée ? D'un point de vue physique, le timing paraît un peu juste. Une chose est sûre, les deux Golgoths du foot allemand ont bénéficié de conditions bien plus optimales que le reste de la meute pour attaquer la reprise du bon pied.

Modififié

En France, le débat ne date pas d'hier : au lieu d'atténuer les inégalités sociales, l'école est souvent accusée de reproduire, voire d'amplifier celles-ci. Manque de bol : le phénomène semble s'être encore accentué pendant le confinement, quand les élèves issus de milieux plus favorisés ont bénéficié de meilleures conditions de travail et d'un accès plus large aux ressources pour continuer leur apprentissage. Heureusement pour la Bundesliga, aucune voix ne s'est encore fait entendre pour dénoncer un état de fait analogue entre les grosses écuries et les « petits clubs » . Ces derniers auraient pourtant des raisons de tirer la tronche : en matière d'accès aux équipements, de ressources à disposition ou de suivi des joueurs, tous les clubs ne sont pas logés à la même enseigne.


Qu'une chose soit claire : non, le Rekordmeister et le BvB n'ont pas mordu dans tous les ballons à pleines dents depuis la reprise. Comme pour tout le monde, une machine à l'arrêt pendant deux mois met forcément du temps à se dégripper et à retrouver son rythme de croisière. Les baptêmes du feu du Bayern contre l'Union Berlin (2-0) et du Borussia contre Schalke (4-0) se sont ainsi effectués au petit trot, les Roten se révélant même incapables de rivaliser avec l'intensité des Berlinois dans les premières minutes. Ce n'est qu'après que les résultats du home training 5 étoiles ont porté leurs fruits.


Home-trainers et montres connectées


En réalité, ce n'est pas tant la supériorité physique du Bayern et du Borussia qui fait mouche, mais plutôt l'infériorité de leurs adversaires sur ce plan. Hormis quelques brèves séquences, l'Union Berlin, mais aussi plus récemment Wolfsburg (0-2 contre le BvB) et l'Eintracht Francfort (2-5 face au Bayern) n'avaient pas les moyens de mettre davantage de pression. Car contrairement aux Bavarois, tous les clubs ne peuvent pas se payer un poste de « directeur scientifique et directeur de la forme physique » . Tous les clubs ne disposent pas d'une section dédiée à la « forme physique et la rééducation » , composée de trois entraîneurs chez les Roten. Ailleurs, comme au SC Fribourg, on se contente simplement d'un « entraîneur athlétique » , auquel s'ajoutent deux médecins de l'équipe, trois kinés et un responsable du matériel (là où le Bayern en comptent respectivement quatre, six et quatre). Dans ces conditions, Holger Broich, le M. Fitness du Rekordmeister, a aisément pu déployer un dispositif pour remettre ses troupes sur pied – même à distance.


Première étape : la manager de l'équipe fait le tour des maisons des joueurs pour vérifier que ceux-ci possèdent tous les équipements adaptés. Deuxième fournée : distribution de vélos d'appartement à domicile. Troisième atout : la technologie et les data. « Les gars sont équipés de montres connectées, qui enregistrent leur condition physique, a détaillé Holger Broich auprès de Kicker. Nous obtenons toutes les données pertinentes de chaque joueur – comme la fréquence cardiaque – sur nos moniteurs de la Säbener Strasse (où est situé le centre d'entraînement du Bayern) » . Des moyens que tous ne peuvent pas s'offrir : « Le Bayern a bien réussi (financièrement) ces dernières années, ce qui le met en position de surmonter les crises » , a lui-même reconnu le directeur financier du club auprès de la presse allemande, alors que l'entraîneur Hans-Dieter Flick ajoutait que son équipe serait fin prête à poursuivre l'entraînement « en cas de couvre-feu » .


Pas de banc ? Au ban !


Paradoxalement, le fait que le Bayern ait quelques blessés à déplorer depuis la reprise des entraînements n'est pas mauvais signe. Les pépins de Corentin Tolisso et Thiago Alcantâra (articulations de la cheville), notamment, ne sont pas d'ordre musculaire. Un mal qui devrait ronger les effectifs de BuLi en raison d'une reprise trop rapide, comme l'avait prévenu un expert fitness allemand à Kicker, et qui n'épargne d'ailleurs pas le Borussia Dortmund (Marco Reus, Emre Can, Axel Witsel, Dan-Axel Zagadou, Nico Schulz...). Pas grave, les Schwarzgelben possèdent la solution miracle propre aux gros clubs pour faire face : la profondeur de banc.

Tous les clubs n'ont pas un Thorgan Hazard à disposition pour remplacer au pied levé un Giovanni Reyna blessé à l'échauffement contre Schalke, ni un duo Delaney-Dahoud pour suppléer le monstrueux tandem Witsel-Can au milieu. Mahmoud Dahoud n'a d'ailleurs pas hésité à acquérir un mini-terrain avec pelouse artificielle et cages, aménagé chez lui, une invention de l'ancien capitaine du BvB Michael Rummenigge. Côté Bayern, Thiago Alcantâra s'était lui offert les services d'un coach personnel en plus des séances dispensées par son club. L'école de la Bundesliga reproduirait-elle, elle aussi, les inégalités entre ses « élèves » favorisés et les autres ?



Par Douglas de Graaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Partenaires
Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 11:15 Roumanie : quand une équipe rate trois penaltys consécutifs 9