Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 32 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Juventus-Ajax

Donny van de Beek : pour être aimé, soyez discret

Ah, l'Ajax version 2018-2019, ses joyaux néerlandais (Frenkie de Jong et Matthijs de Ligt), son trio d'attaque de feu (Tadić-Neres-Ziyech)... et Donny van de Beek. Un jeune milieu offensif, Ajacide pur jus, dont personne ou presque ne parle. Trop neutre, pas assez brillant techniquement, pas assez décisif. Pourtant, le joueur de 21 ans symbolise mieux que personne cet Ajax total, libre et collectif, qui cherchera encore à faire briller ses partenaires contre la Juventus, ce mardi soir. Tout en discrétion.

Modififié

La MSN, la BBC... Le monde du foot ne jure que par les trios de stars censés porter leur équipe. À l’Ajax, où les noms de famille des pépites néerlandaises sont souvent constitués de deux ou trois mots, trouver un acronyme serait trop long. Et chez les Lanciers, point de trio à l’ordre du jour. On parle plus volontiers des onze larrons hérauts du football total ou, s’il fallait retenir quelques noms, du duo Frenkie de Jong - Matthijs de Ligt. Des diamants bruts représentatifs de la culture Ajax qui ont déjà leur propre diminutif ( « FDJ » et « MDL » ), signe de la dimension individuelle qu’ils ont prise.


Donny van de Beek, lui, ne possède pas encore les honneurs des acronymes du foot. « DVDB » ? Trop long. Pas assez cohérent, aussi, avec l’image de poids lourd charismatique que l’on prête à CR7 et VVD. Le milieu de 21 ans est trop discret, pas assez virtuose, pas assez « clutch » . Il ne dégage rien d’incroyable, ressemble beaucoup trop au Néerlandais moyen pour susciter l'adoration des fans, alors qu’il est – peut-être encore davantage que De Ligt et De Jong – le meilleur étendard des principes de jeu qui font de l’Ajax l’équipe du moment.

Le n°10 façon Donny


De Ligt et De Jong représentent ce qui se fait de mieux à leur poste. Puissance, sens du placement pour l’un, génie technique et maîtrise du tempo pour l’autre. Van de Beek n’a rien de tout ça, et ne possède pas une ou deux qualités exceptionnelles qui en font l’un des meilleurs meneurs de jeu d’Europe. Chez le natif de Nijkerween, c’est la quantité qui importe. Extraordinaire nulle part, bon partout. Le joueur complet par excellence. Pas étonnant quand on sait que « VDB » est un milieu relayeur de formation. Un peu plus quand on confie le poste de n°10 à un gaillard d’1,84 m floqué du n°6 et qui n’utilise le dribble et les gestes techniques qu’en dernier recours.


Un rôle de meneur de jeu que Van de Beek a réinventé à sa façon, pour les besoins de l’Ajax. Remplaçant en début de saison dans le système à deux milieux d’Erik ten Hag, le pur produit du centre de formation des Lanciers a su gagner sa place en montant d’un cran. Pas assez bon techniquement pour être milieu offensif ? Le précepte vaudrait dans beaucoup de clubs. Pas à l’Ajax, où sa science du duel, son jeu aérien et son gros volume de jeu (10 km parcourus en moyenne par match) se révèlent des armes redoutables pour un pressing haut à la perte du ballon. De l’autre versant, Van de Beek évolue souvent beaucoup plus haut qu’un meneur classique, soit pour permettre à Tadić de dézoner, soit pour conclure les actions dans la surface. Comme un deuxième n°9.


Allumer le feu


Mais réduire le natif de Nijkerween à un box-to-box reconverti serait faire injure à ses qualités techniques. Tout le monde n’a d’yeux que pour le génie ballon au pied de De Jong ? Il ne serait pas incongru de s’attarder sur celui de Van de Beek, dans un tout autre registre. Pas de chiche collée aux crampons ou de slaloms de dribbles au menu. On parle ici de jeu en une touche, de remises, de passes dans l’espace. D'un taux de réussite de 79% de passes en Ligue des champions cette saison, presque jamais de contrôles ratés ou de touches de balle en trop. Si l’international oranje (seulement 5 sélections) passe presque inaperçu sur le terrain, c’est aussi parce qu’il est trop propre et trop collectif pour être remarqué. Un profil dont le foot offensif se prive trop souvent alors qu'il en a tellement besoin.


« Jouer au football est simple, mais jouer simplement au football est la chose la plus difficile qui soit » , disait Johan Cruijff, qui aurait trouvé en « VDB » un digne représentant. Malheureusement pour ce dernier, les magiciens du ballon récoltent davantage les lauriers que les parfaits apprentis. Sa discrétion sur et en dehors du terrain, le grand Donny la paye aussi sur le marché des transferts, lui qui n’est évalué qu’à 25 millions d’euros par le site Transfermarkt et qui fait moins jaser les grosses écuries que De Ligt et De Jong. Un jour peut-être, le milieu sera tenté de se recentrer sur lui et de gonfler ses stats individuelles. Ce ne sera assurément pas dès mardi, contre la Juve : Tadić, Neres et Ziyech ont trop besoin d'un « DVDB » comme il est.

Par Douglas de Graaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 13:22 LOTO Spécial Pâques : 10 Millions d'€ mis en jeu ce samedi 20 avril 2
Hier à 16:55 Gignac : « Il y a même un tacos Gignac au Mexique » 44
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 11:05 Une série documentaire sur la première saison de Barton 28
À lire ensuite
LOSC Action Hero