Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Coronavirus

Docteur, j’ai un problème : le foot ne me manque pas

Ce devait être un calvaire... Et puis, rien. Ou si peu. Le foot, qui était auparavant aussi important dans la vie que les pâtes dans les lasagnes, a disparu d’un coup, lui et tout ce qu’il traînait dans son sillage. D’où cette réflexion : le problème, finalement, n’est pas qu’il ne soit plus là, mais que son absence n'en pose aucun.

Le constat a frappé récemment, aussi subitement que l’on encaisserait un coup de poing à la rate après dix rounds d'amabilités. C’était à la verticale d’un bol empli à la va-vite de petit-suisse, de sucre blanc et de tranches d’une banane un peu trop mûre pour être dégustée seule. La cuillère à mi-parcours, la bouche entrouverte, les yeux encore hébétés d’une nuit entamée à 3h et conclue sept heures plus tard. Non par envie, mais parce qu’il fallait bien : la radio parlait de Jack London.


Et puis soudain, la pensée est remontée à la surface. Sans toquer à la porte, sans s’annoncer, comme les conclusions du commissaire Adamsberg dans les romans de Fred Vargas : les amis, les bars, sortir plus d’une heure, oui. Mais le foot ? Non, aucun manque. Simple observation. Ça n’était pas teinté de regrets, ça n’était pas dommage, ça n’était même pas une joie. C’était, simplement. Et c’est bien là le problème : si l’absence de quelque chose ne suscite aucune émotion, faut-il en conclure que sa présence non plus ?

LOSC, les disparus

À vrai dire, avant cela, la question ne se posait même pas. Le foot était là sans que personne ne remette jamais en cause sa nécessité, aussi inamovible que les bulletins météo, le stylo noir, les routes en bitume et les téléphones fixes. Pour peu que l’on en soit passionné, il fallait même tout savoir, tout connaître, plonger dans un puits sans fond d’actualité. Et alors que Le Bureau des Légendes et Game of Thrones relâchent leurs épisodes deux par deux chaque semaine, le ballon rond est une série qui diffuse sa 172e saison et qu’il faut binge-watcher quotidiennement pour ne pas être largué. Le problème, c’est que bien souvent, il ressemble à la dernière saison de Lost : on le suit davantage parce qu’il serait bête de s’arrêter après tant d’années que pour les prouesses du scénario.


Les matchs du dimanche soir ? Pas de manque. Ceux du mercredi ? À peine plus. Pierre Ménès non plus, tout comme les avis de Philippe Sanfourche, les interviews de Paga, son rire, les « Il faudra faire mieux en deuxième mi-temps » , les polémiques sur la VAR, le Canal Football Club, les coachs agressifs en conférence de presse, ceux qui ne disent rien, ceux qui n’ont pas envie d’être là, les discours guerriers, Rudi Garcia, l’expression « Le génie français » , les minutes de bonheur en plus, le sourire de Jean-Michel Aulas, la ville d’Amiens, les rumeurs mercato, le fair-play financier, Gianni Infantino, les polémiques salariales, la récupération politique, Christophe Duarig, les « sources proches du dossier » , le compte Instagram de Benzema et la course au Ballon d’or. Non, pas de manque. Ce qui manque, c’est de courir sur une pelouse tondue et qu’un gus envoie une passe en profondeur. Ce qui manque, c’est la bière que l’on tend devant un match, mais pas le match en lui-même. Or ce foot-là est indissociable de celui d’au-dessus, alors tant pis. Tant pis.

Culpabiliser

Avec le recul, l’image que je pouvais me faire de la difficulté à évoluer sans football était bien supérieure à la réalité. Il faut croire que tout est remplaçable. Le départ était dur, et puis peu à peu, le foot a régressé dans la liste des sujets d’importance, derrière la bouffe et la santé, derrière les coiffeurs et les boulangers. Une question est alors sortie du four : suivrais-je plus le foot par habitude que par passion ? Peut-être qu’à force de manger des cerises en janvier et des coupes du monde en hiver, des matchs tous les jours et, quand il n’y en a pas, des émissions pour en parler, un trop-plein s’est installé.



Mais cela implique une sacrée remise en question, alors est venu le besoin d’en parler. De savoir si, oui ou non, c’était anormal. Pour les culpabilisés : à défaut d’être majoritaire, ça n’est pas un sentiment isolé. Le plat principal a perdu pas mal de sa saveur en étant recouvert par une montagne de chantilly, et une belle pause permet de s’en rendre compte. Cela ne veut pas dire que l’on n’aime plus le football, ou qu'on lui tourne le dos. Cela veut simplement dire que l’on vit parfaitement sans. C’est précisément le sujet : il est fort déstabilisant de constater à quel point il est indolore de se séparer de quelque chose d’aussi présent par le passé. Car une rupture amoureuse sans larme ni porte claquée, ça n’existe que dans deux cas de figure : lorsqu'il n’y a pas d’amour, ou lorsqu'il n’y en a plus. Reste à savoir si c’est le football qui pleure tout seul dans sa chambre.

Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 20:46 NOUVEAU : 10€ offerts en EXCLU sans SORTIR LA CB pour parier chez NetBet !
Partenaires
Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 10:43 Plus que quelques places pour la soirée So Foot "PSG-Leipzig" ! Hier à 10:00 « Je serais crucifié », les révélations d'un joueur homosexuel de Premier League 153
À lire ensuite
Les notes de Top Chef