Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Dijon-Angers

Dijon : Ciman, deux ans avant de conclure

Suivi depuis plusieurs années par Dijon, le défenseur international belge Laurent Ciman (33 ans) a finalement trouvé un accord avec le club bourguignon dans les derniers jours du mercato estival. L’ancien joueur de Los Angeles FC a choisi la France pour des raisons sportives et familiales, lui dont la fille de 11 ans est autiste.

Modififié

Les amateurs de jeux de mots faciles se sont gavés à l’annonce de son arrivée à Dijon pour deux ans, à la fin du mois d’août. Les grands classiques, tels « Ciman, c’est du béton » , ou « Avec Ciman, c’est du solide  » , ont escorté l’officialisation du transfert du barbu belge (20 sélections, 1 but). Dans le fond, ce n’est pas faux. Dijon a dépensé un peu d’oseille (400 000 € selon la rumeur) pour attirer un joueur capable d’aider sa défense à faire moins pire que la saison dernière (73 buts encaissés), ce qui ne devrait pas constituer un obstacle insurmontable. Ciman s’était posé dans la Cité des Anges, en janvier dernier, sans avoir eu trop le choix, après deux belles années à l’Impact Montréal, où il envisageait même de terminer sa carrière. « Vous savez comment cela se passe en Major League Soccer. On vous change de club sans vous demander votre avis. J’étais très bien à Montréal, avec ma famille. Mais à Los Angeles, j’ai tout donné et j’avais de très bonnes relations avec les supporters. »


Priorité à sa fille


Avec ses dirigeants également. Les patrons californiens lui ont accordé un bon de sortie en pleine saison. « Les négociations sur mon contrat n’avaient pas commencé. Ils ont aussi compris que c’était important pour moi de revenir en Europe. » Ciman aurait pu signer en Belgique, au Royal Antwerp, de retour parmi l’élite. Il a finalement accepté de venir à Dijon, qui le draguait ostensiblement depuis plus de deux ans. « Sébastien Larcier, le responsable du recrutement, m’en parlait souvent. Je lui disais en rigolant : "Tu m’emmerdes avec ton Ciman. Reviens vers moi quand il y aura du concret" » , se souvient Olivier Delcourt. « Le contact existait toujours. Quand j’ai vu que c’était possible cette année, j’ai foncé » , confirme Larcier.


Laurent Ciman, comme il le fait depuis que sa fille Nina a été diagnostiquée autiste, effectue ses choix de carrière en fonction d’elle. Ce fut le cas lors de son départ au Canada en 2015. Son transfert à Dijon répond à la même logique : la capitale de la région Bourgogne-Franche-Comté dispose d’une structure capable d’apporter les soins nécessaires aux enfants autistes. « Le club m’a dit qu’il allait nous aider. Ma fille a besoin d’être suivie. C’est aussi une bonne chose de nous rapprocher de la Belgique. La famille est quelque chose de très important. Moi, je suis plus barbecue dans le jardin que restaurants ! »

Les Diables rouges toujours à l’esprit


L’ancien joueur de Charleroi, du FC Bruges, de Courtrai et du Standard Liège est aussi revenu en Europe, et plus précisément dans un championnat du Top 5 européen pour bénéficier d’une meilleure exposition médiatique. Pour un joueur qui n’a pas renoncé à rejouer pour son pays, après que Roberto Martínez, le sélectionneur espagnol des Diables rouges belges, l’a écarté de la liste des vingt-trois, juste avant la Coupe du monde en Russie, ce n’est forcément pas anodin. « Il a fait ses choix. Et les bons, puisque la Belgique a réalisé un beau parcours et produit le meilleur football lors du tournoi » , admet Ciman.


Martinez ne l’a pas non plus convoqué pour les matchs de septembre en Écosse (4-0, amical) et en Islande (3-0, Ligue des nations), ce qui n’a pas surpris le néo-Dijonnais. « C’est normal... Et puis, il y a de la concurrence, la jeune génération qui pousse. J’ai encore envie de jouer pour la Belgique, mais c’est le coach qui fera ses choix. Je viens de signer à Dijon, ma priorité est donc mon nouveau club » , précise le Wallon, qui sera rejoint par sa famille après le match face à Angers.


On l’appelle le Général


Au DFCO, celui que certains supporters belges ont surnommé le Général est vu comme celui qui saura apporter son expérience à une défense jugée trop poreuse, même si elle n’a cédé que trois fois depuis le début de la saison. « Il a un vrai charisme, une réelle autorité. Il est naturellement leader, mais je lui ai demandé de s’occuper d’abord de sa personne, de trouver ses marques, ce qu’il commence à faire. On a l’impression qu’il est là depuis longtemps » , intervient Dall’Oglio. Le décalage horaire avec Los Angeles digéré, Ciman devrait même logiquement faire ses débuts avec le DFCO samedi contre Angers. « Il n’est pas en manque de rythme, puisqu'il était en plein championnat avec son ancien club aux États-Unis  » , poursuit le coach bourguignon. Il ne serait même pas étonnant qu’il débute sur le côté gauche de l’axe central dijonnais avec Cédric Yambéré à droite. « Laurent est droitier, mais il a souvent joué à gauche dans l’axe » , ajoute le Cévenol. « Si j’ai signé à Dijon, c’est aussi parce que le style de jeu est intéressant. Et moi, je ne suis pas un défenseur qui balance devant, mais qui cherche à relancer...  »

Par Alexis Billebault, à Dijon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 25 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom
Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 20