Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Disparition de Diego Maradona

Diego passe l’arme à gauche du foot

Diego Maradona n’était pas qu’un footballeur. Il était trop important pour être juste un grand joueur. Il fut surtout, peut-être plus qu’aucun autre, celui qui réconcilia la gauche avec le foot sur fond d’anti-impérialisme et de sacralisation de la culture populaire du ballon rond, devenue symbole d’un nouvel internationalisme, avec toutes les contradictions et les incompréhensions que ce magma idéologique put charrier. En tout cas, il restera celui qui réussit à convaincre nombre de marxistes, au nord comme au sud, que Dieu existe, et qu’il marque des buts de la main...

Modififié
Diego Maradona était « un personnage de peplum » , nous dit de lui Manu Chao. Le chanteur préféré des altermondialistes avait visé juste. Comme les héros grecs, la destinée s’est emparée de lui, chargeant ses épaules de lourdes responsabilités devant l’histoire. Il était d’abord un fils de l’Amérique latine, de celle qui regarde, souvent avec raison et fréquemment passion, et surtout mépris, les Yankees, au point de suivre le premier caudillo qui passe et qui ose les défier, qu’il se dénomme Peron, Chávez ou Castro. Castro justement. Le dictateur « olive » de Cuba trônait tatoué sur sa jambe (Che Guevara sur le bras, faut respecter les mythologies). Il va même l'interviewer en 2004 dans son émission de télé La Noche del 10. En retour, il fut intronisé « Che du sport » par Fidel qui s’adresse à lui comme son « inoubliable ami » .


Le dictateur détaillait juste avant sa mort les raisons extra-sportives qui les avaient conduits l'un vers l'autre, un beau condensé de 50 ans de géopolitique à l’échelle individuelle. « Comme Latino-Américains, nos relations n'ont alors jamais été aussi étroites. Tu as triomphé des épreuves les plus difficiles, comme athlète et comme jeune d'origine modeste. (...) Naturellement, Diego, je n'oublierai jamais l’amitié et le soutien que tu as toujours apporté à Hugo Chávez, promoteur du sport et de la révolution d'Amérique latine et des peuples opprimés du monde. » Ironie folle de l'histoire, les deux hommes sont décédés le même jour, un 25 novembre (2016 pour Castro).


Maradona, le rebelle, malgré tout...


Tout était dit, de quoi faire chavirer le cœur romantique d’une gauche qui parfois oublie son rationalisme pour se (re)tourner vers Péguy, notamment en France, ou toute une génération rêva de révolution tropicale, de Régis Debray à Pierre Goldman jusqu’aux dérives brésiliennes d’Olivier Besancenot. Aucun footballeur ne pouvait mieux représenter ce mélange des genres. Et se frayer un chemin sur les tifos, voire imposer sa tête au milieu des tee-shirts militants entre Marx, Engels et Lénine. Il était abrasif, compliqué, il forçait à réfléchir l’humain, à questionner la politique et à aimer le foot autrement que par la sagesse disciplinée d’un Pelé ou l’évidence patriotique d’un Platini. Pour aimer Maradona, il fallait être dialecticien. Lire Gramsci autant que L’Équipe. Oser se dire que rien n’est simple, sortir des lieux communs, passer par-dessus sa défense douteuse du régime iranien, et le fourre-tout cocaïné de sa révolte et de ses valeurs. Il fallait aimer aussi le maestro, communiant avec le peuple napolitain, mais avec la Camorra et les manteaux en fourrure sur les épaules.

Quittons la forme pour le fond. Si nous devions nous poser la seule question qui vaille, ce serait surtout en quoi Maradona a-t-il apporté une vraie définition de gauche du foot. La réponse ne provient plus de ses prises de position, mais de ses dribbles. Elle tient en quelques mots et instants de grâce et de subversion (en Amérique latine, le gauchiste prie souvent) lorsque, contre l’infâme perfide Albion, peu de temps après les Malouines, il a remis son pays sur la mappemonde « du bon coté de la barricade des crampons » , à coté du Brésil de Sócrates. Il humilia les Anglais, d’abord d’un but fou et espiègle d’enfant des rues, un foot égoïste dans un sport collectif, puis avec cette main de dieu, donc. Cette vengeance. Cette appropriation d’un loisir de gentleman, par la ruse populaire, par le génie des pauvres et des favelas. La bravade révolutionnaire absolue. Maradona a détruit, réduit en miettes capitalistes l’âme bourgeoise anglo-saxonne du foot en transformant un but de la main en l’un des gestes les plus marquants de l’histoire du foot. Les héros du peuple sont immortels, leurs buts aussi.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 18:43 Marvin Martin s'engage avec le Hyères 83 FC 32 Hier à 17:00 Roberto Carlos passe ses diplômes d’entraineur 25
Hier à 13:30 Les jumeaux Bender reprennent du service dans leur premier club 8
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi