Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 28 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Disparition de Diego Maradona
  2. // Édito

Diego ou la belle mort

Les héros sont peut-être mortels, oui. Les Dieux peuvent bien ricaner. Mais, grâce aux miracles de nos mémoires, leurs destinées, elles, sont éternelles parce que toujours racontées, toujours souvenues.

Modififié
La vie d’un homme ne se laisse pas ramener facilement en arrière. Une fois la barrière franchie, même Jorge Valdano peut perdre de sa retenue. Quand mercredi soir, il évoque la mort de son ancien capitaine en direct à la télévision espagnole, le sol s’ouvre : « Oui, cette nouvelle m’a bouleversé. » Le ton est posé, comme à son habitude. Mais les yeux sont humides. Relance de la journaliste : « Vous devez avoir énormément de souvenirs avec lui. » Effectivement, Jorge a passé toute sa carrière internationale en compagnie du héros disparu. Deux personnalités opposées, mais une épopée 1986 commune. L’un était un habitué des larmes et des hyperboles. L’autre un amateur fervent de la litote et de la pudeur. L’un n’a pas marqué en finale, l’autre si. « Effectivement, beaucoup des souvenirs que j’ai avec Diego me venaient toujours accompagnés d’un sourire, mais aujourd’hui... » Silence. Jorge soupire. La peine est trop forte. Les larmes débordent. Plus un mot ne sort. Le poète se tait et s’effondre.

Des dieux et des hommes


La mort d’un héros n’est pas une chose légère. Personne n’est prêt pour une telle nouvelle. Si l’on veut essayer de comprendre ce qui nous arrive quand la mort d’un être lointain nous affecte autant, c’est que cette peine est le signe d’un au-delà de nous. En effet, à force de les consommer, on avait fini par oublier la matière dont sont faites nos compétitions. Dans le monde des Grecs anciens, les inventeurs du sport et de toutes nos mythologies, les hommes passent leur vie à envier assez maladroitement le bien le plus précieux des dieux : leur immortalité. Voilà pourquoi ils jouent, pourquoi ils chantent, pourquoi ils aiment, pourquoi ils prient. Voilà pourquoi, en somme, ils prennent leur vie tant au sérieux. Face à eux, les dieux moqueurs et cruels s’amusent de ces existences minuscules, de cette tragique irréversibilité. Les hommes meurent. Les dieux non. Voilà de quel deuil sont faits nos héros, de quelle détresse sont faits nos exploits.



Vie et mort d'un Gamin en or

Immortalité et éternité


Jean-Pierre Vernant, helléniste de renom, théorisera cette grande idée dans un texte célèbre : « L’idéal héroïque dont s’inspire l’épopée constitue ainsi une des réponses que les Grecs ont élaborées face au problème du déclin inexorable des forces, du vieillissement continu, de la fatalité de la mort. » Comme Achille, l’image que l’on gardera de Diego est celle de « Maradona contre le reste du monde » . Comme Ulysse aussi, chante Valdano dans El Pais, ce Diego aux mille tours, c’est celui qui « gagne toujours à la fin » . Telle est la destinée héroïque de ces mortels devenus éternels. Comprenons-nous bien. Les héros sont peut-être mortels, oui. Et les dieux peuvent bien ricaner. Mais, grâce aux miracles de nos mémoires, leurs destinées, elles, sont éternelles parce que toujours racontées, toujours souvenues. De génération en génération. Constatez-le. Les douloureuses images d’un Diego claudiquant sur un terrain d’outre-tombe qui circulaient depuis quelques semaines viennent instantanément d’être effacées par un souvenir personnel à transmettre. C’est tantôt un coup franc, tantôt un petit pont, tantôt un crochet, une main aussi. Peu importe. Ce qui reste au-delà de nous-mêmes et pour 3000 ans encore, c’est la figure juvénile et légendaire d’un gamin qui avait vengé les pauvres du monde entier. Le temps d’un match. Le temps d’une vie héroïque.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié





Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 15:50 Le président du Club de Foot Montréal réagit au départ de Thierry Henry 19 Hier à 14:25 Franz Beckenbauer ne sera pas poursuivi pour l’attribution du Mondial 2006 19
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom
Hier à 12:52 Lorenzo : « J’allais au travail sans savoir quand je pourrais y retourner » 21