Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Disparition de Diego Maradona

Diego au Mexique : une histoire d’amour de l’Azteca au Sinaloa

Depuis le Mondial mexicain qu’il a fait sien en 1986 à son passage sur le banc des Dorados de Sinaloa où il s’est transformé en entraîneur à succès, Diego Maradona avait noué un lien affectif particulier avec le Mexique.

En temps normal, le stade Coruco Diaz de Zacatepec, petite bourgade à deux heures de Mexico, n’accueille que 3000 personnes. Mais en cet après-midi de novembre 2018 encore chaud, près de 15 000 spectateurs s'amassent pour ce match de deuxième division face aux Dorados de Sinaloa. Des maillots de Boca Juniors ou de l’Argentine époque 1986 fleurissent. Le ton monte entre un stadier et un fan : « Je m’en fous de votre équipe de merde ! Moi, je suis venu voir Maradona ! » El Pibe sort alors du tunnel, traînant difficilement ses 58 ans de carcasse, que ses genoux ne parviennent plus à mouvoir. En poste depuis un mois à la tête de Sinaloa, il est venu au Mexique débouchonner le flacon d’un parfum vieux de 32 ans.


Diego a tissé un lien impérissable avec cette nation de foot, qui manquait cruellement d’idoles. En 1986, il débarque dans un pays meurtri : le séisme de 1985 et ses milliers de morts dues aux malfaçons immobilières avaient révélé toute la corruption du pouvoir mexicain, ce qui avait enragé El Diez à son arrivée. D'ailleurs, l’Albiceleste était la seule sélection à ne pas dormir à l’hôtel. Elle occupait les installations de l'America. Après l’élimination d’El Tri en quarts de finale, les Mexicains s’amourachent pour ce vaurien qu’ils considèrent comme l’un des leurs, ce cerf-volant cosmique et sa chevauchée fantastique face aux Anglais. Dans les gradins, l’écrivain Juan Villoro, 30 ans à l’époque, est l’un des 120 000 témoins du chef-d'œuvre de Dieu. « Diego a montré la fibre particulière que possèdent les héros. Le dramatisme était son apéritif. Avant chaque match et avec toute la pression du monde, le gaucher faisait pourtant la sieste profonde qui est celle des innocents. »

Le Prince des voleurs


Car le but de la main face à l’Européen est à l’image du quotidien des Mexicains : colonisés par les Espagnols, rendus invisibles par l’aristocratie puis gangrenés par la corruption qui les pousse à vivre comme ils le peuvent, quitte à voler ou enfreindre les lois. En ce 22 juin 1986, le stade Azteca va naturellement chavirer et scander « Ma-ra-do-na ! Ma-ra-do-na ! » Quelques jours plus tard, au même endroit, le numéro 10 à son zénith soulèvera la Coupe du monde dans une arène au bord de l’implosion. Restera ensuite l’image de bouclettes noires et d’un blanc sourire sous un large sombrero. Le sélectionneur Maradona aura beau éliminer El Tri avec l’Argentine en Coupe du monde 2010, Pelusa sera toujours bien accueilli par un pays qui, aujourd’hui, s’enorgueillit d’avoir été le théâtre des exploits de Dieu.



En septembre 2018, il signe un pari fou à Culiacan, dans le Sinaloa, où les coups de feu sont du paysage sonore, et où la tête du leader du cartel local est mise à prix pour 5 millions de dollars. Le lien d'El Pibe avec la cocaïne est vite arrivé. « L’info la plus importante sortie du Sinaloa, c’était la fuite du trafiquant El Chapo Guzmán » , rappelle Antonio Nuñez, président des Dorados, dans la série Netflix Maradona au Mexique. D’autant que le propriétaire du club, Jorge Hank Rhon, possède un long CV : corruption, possession d’un bébé tigre, implication dans le meurtre d’un journaliste, incarcération pour port d’arme... Un cocktail explosif que ne pouvait refuser Diego.


« J’aime le Mexique et j’aime ce club »


En Liga de Ascenso, le nom de Maradona résonne dans les stades, et des clubs obscurs explosent leur record d’affluence. Contre toute attente, les Dorados renaissent. En décembre 2018, Diego confie à So Foot (n°162) : « Depuis mon arrivée, je ne suis toujours pas retourné en Argentine, même pas pour embrasser Benjamin, mon petit-fils. Après trois semaines ici, je n’avais plus envie de rentrer. J’aime le Mexique et j’aime ce club. » Les Dorados atteignent la finale des deux tournois d'accession sans l'emporter. Mais avec les polémiques, une exclusion sous ovation du stade, les vidéos de Dieu dansant la cumbia dans le vestiaire ou descendant des shots de tequila, l’opération Maradona au Sinaloa est une réussite : lessivé par les excès, seul le ballon le maintient en vie. « Sentir le parfum de l’herbe n’a pas de prix. C’est pour continuer à vivre ce genre d’émotions que je fais ce métier. »

Vidéo

Mercredi, à l’annonce de son décès, des fans mexicains de Pelusa se sont succédé sur le parvis du stade Azteca. Un Argentin, Francisco, maillot de Boca Juniors floqué d’El Diez sur les épaules, est là : « C’est ici. C'était l’endroit où venir. » Venir pour ne rien faire, simplement regarder la cathédrale du foot, pensif. À l’intérieur, une couronne de fleurs blanches a été déposée devant les cages qu’El Pibe a fait trembler 34 ans plus tôt. Sur la structure du stade, une plaque où l’Azteca personnifié « rend hommage à Diego Armando Maradona pour son but extraordinaire marqué lors du match Argentine-Angleterre. » Cela fait bien longtemps que Diego est chez lui à Mexico.

Par Diego Calmard, à Mexico Merci à Raúl Ochoa, journaliste au magazine Proceso
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 11 heures Pour renforcer l'Inter Miami, Beckham pense à Messi ou Ronaldo 19 il y a 13 heures Viens défier tes potes jeudi 20h sur un quiz "foot et télévision"