Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Gr. A
  3. // Norvège-France (0-1)

Deux penaltys, une histoire

Le succès de la France contre le Nigeria (1-0) lundi soir, largement incomplet dans le contenu, aura été décroché grâce à une nouvelle règle qui aura offert sur un plateau à Wendie Renard une seconde chance sur penalty, après un premier essai envoyé sur le poteau. Pourquoi ? Comment ? Explications.

Modififié
Pan ! Pan ! Pan ! Une vingtaine de coups de feu, un serial killer et deux victimes : un stylo et une oreillette. La scène aura duré moins d’une minute. Une minute pour deux questions, une trentaine de mots et une colère aussi froide que sincère. Ancien inspecteur de la police criminelle suédoise devenu entraîneur de foot, Thomas Dennerby, cinquante-neuf ans, a retourné son interrogatoire médiatique lundi soir, dans une salle étroite du Roazhon Park de Rennes. Il a d’abord préféré la boucler, au risque de « perdre son boulot » . Puis, relancé, Dennerby s’est contenté d’un regard incisif et d’une réponse cash : « Mes joueuses sont des héroïnes. Ce soir, elles ont suivi le plan de jeu. Le problème, c’est que tout ça a été anéanti par le résultat final. » Le résultat, on le connaît : un 1-0 sans saveur pour l’équipe de France au terme d’un match plat, joué à petite vitesse et assez terrible dans les chiffres (69% de possession de balle pour quatre frappes cadrées sur 22 tentées). Ces trois points permettent aux Bleues de mettre le dernier coup de tampon sur le carton plein souhaité par Corinne Diacre, et d’attendre désormais le plat qui leur sera servi lors des huitièmes. Mais ça, c’est une autre affaire.

Douleur et stupeur


Car l’affaire du soir, c’est la manière avec laquelle l’équipe de France a construit son trois à la suite : sur un moment de gêne et en foirant complètement son match. Pour le contenu, voilà Diacre : « Non, je ne suis pas totalement satisfaite, parce qu’on en demande toujours plus aux joueuses, mais le contrat est rempli. On va savourer cette victoire parce qu’elle a été difficile à obtenir. C’est peut-être un mal pour un bien, car en gagnant 4-0 chaque match, on n’aurait peut-être pas été dans le vrai. Là, on y est. » Et la gêne, maintenant, puisque c’est elle qui a déclenché la colère du sélectionneur du Nigeria, Thomas Dennerby : le succès des Bleues s’est construit lundi soir sur un double penalty. Le premier, obtenu à la 77e minute à la suite d'une faute d'Ebere sur Asseyi, a été raté par Wendie Renard, dont la tentative a fini sur le poteau droit de la gardienne nigériane, Chiamaka Nnadozie. Là, stupeur : alors qu’elle embrassait de joie la pelouse bretonne, la portière des Super Falcons a été rattrapée par l’arbitre de la rencontre, Melissa Borjas, et la VAR. Tout simplement parce que Nnadozie est sortie trop rapidement de sa ligne et n’avait pas le moindre pied posé dessus au moment où Renard s’est élancée. Deux joueuses de l'équipe de France n'étaient-elles pas non plus déjà entrées dans la surface nigériane ? Si, absolument, d'où le sentiment poisseux.


« C'est la VAR qui a décidé »


La règle punissant Nnadozi est entrée en vigueur le 1er juin dernier, sur décision de l’IFAB (International Football Association Board), alors que les gardiens avaient jusqu’ici l’obligation d’avoir les deux pieds sur la ligne de but au moment du tir adverse. Désormais, un seul pied posé est autorisé, mais Nnadozie n’en avait aucun sur la première tentative de Renard, ce qui a forcé Borjas à refiler un penalty aux Françaises, cette fois transformé par une Wendie Renard qui n’avait pas vraiment envie d’y retourner. « C’est Amel Majri et Amandine Henry qui me l’ont demandé » , est-elle venue expliquer après la rencontre, alors que le clan nigérian ne décolérait pas. Sur le moment, la décision a provoqué un drôle de moment de gêne, semblable à celui vécu lors de Jamaïque-Italie (0-5), où la gardienne jamaïcaine, Sydney Schneider, était elle aussi sortie trop tôt de sa ligne sur un penalty italien. Pour la même conséquence.

Vidéo

Invitée à poser son ressenti sur la table, Corinne Diacre a admis le côté « sévère » de la décision et ne s’est pas cachée : « Ce soir, c’est la VAR qui a décidé. » Et qui aura provoqué la mort en direct d’un stylo, d’une oreillette et de nos sentiments autour du but, révolutionnés par ce nouvel outil technologique. La justice dans le foot n’était pas optimale avant la VAR, elle ne l’est toujours pas aujourd’hui : la vidéo vient simplement d’écrire, lundi soir encore, une nouvelle idée du récit footballistique. De l’échappatoire et du sentiment de honte, aussi.

Par Maxime Brigand, au Roazhon Park
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39