Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Marseille/Troyes (6-0)

Deux fois Troyes = 6 !

Pour le premier match de Michel en Ligue 1, Marseille s'est fait plaisir face à une équipe de Troyes dominée dans tous les secteurs du jeu (6-0). Le Vélodrome s'est régalé des prestations immenses de Barrada et du très attendu Lassana Diarra.

Modififié

OM - ESTAC
(6-0)

A. Barrada (17'), L. Diarra (46'), M. Batshuayi (54'), L. Ocampos (62'), Alessandrini (85'), M. Batshuayi (87') pour Marseille


C'était la soirée des premières comme beaucoup de Michel en ont connu. Les Delpech, Fugain, Sardou et autres y sont tous passés. Monter sur scène pour la première fois n'est jamais chose aisée. Mais ce Michel-là était ce soir accompagné de plusieurs autres novices : Lassana Diarra, Rémy Cabella et Javier Manquillo, titulaire de dernière minute après la blessure de Brice « Caramba » Dja Djédjé. Dans sa belle veste de costume bleue, Michel est monté sur la scène du Vélodrome et a parlé, beaucoup parlé. Barrada, lui, a chanté, à s'en casser la voix, et la défense troyenne. Lassana Diarra, lui, a hurlé, tandis qu'Ocampos a dansé. En bref, tout s'est bien passé pour les nouveaux. Certes, ce n'était pas le Zénith, mais un simple concert de rodage pour tester les nouvelles chansons. Mais qu'importe, tout le Vieux-Port peut chantonner tranquillement ce dimanche soir. Et oui, la vie c'est plus marrant, c'est moins désespérant, en jouant.

Champagne !


Avec son nouveau coach, ses nouveaux joueurs et sa nouvelle composition, et après un début de saison chaotique, l'Olympique de Marseille veut se rassurer dans son antre face à un promu. Un promu qui sort pour la première fois de ses bases et qui n'entend pas se faire marcher sur les pieds. Et ça se sent. Appliqués et portés vers l'avant – contrairement à la plupart des équipes de Ligue 1 à l'extérieur –, les Troyens font bonne figure en début de match. Mais les hommes de Jean-Marc Furlan perdent vite le contrôle du ballon au détriment de Marseillais positionnés très haut. Rapidement, Barrada et Alessandrini se mettent en évidence (3e, 7e), bien aidés par un Cabella très remuant. Les innombrables offensives marseillaises finissent par payer. Après un rush dans son couloir, Mendy adresse un centre tendu parfait à Batshuayi. La tête du Belge trouve la barre transversale, mais Abdelaziz Barrada, qui a bien suivi, ouvre la marque (18e). Il aura donc fallu 198 minutes à l'OM pour marquer en Ligue 1 cette saison.

Déjà asphyxiés avant le but, les joueurs de l'Aube ne touchent plus un seul ballon et se préparent psychologiquement à vivre une soirée horrible. Et ce n'est pas Stéphane Darbion, qui se procure la seule occasion des siens de la mi-temps, qui dira le contraire. Après une relance bien moche plein axe, Stéphane ne cadre pas sa frappe (25e). Réactif, Jean-Marc Furlan effectue son premier changement à la demi-heure de jeu. Othon entre à la place de Court sans toutefois parvenir à vraiment apporter dans le jeu des Champenois. Dans tous les bons coups ce soir, Barrada manque de s'offrir un doublé après une superbe action qu'il avait lui-même lancée depuis son propre camp (37e). Pour sa première tant attendue, Lassana Diarra réalise une très bonne prestation. À la mi-temps, il est encore debout sur ses deux jambes, et c'est déjà une très bonne nouvelle pour lui, et pour Marseille.

Guess who's back ? Lass is back !


Et la bonne nouvelle pour les Marseillais, c'est que Lass est encore debout au retour des vestiaires. Sur un corner joué hors de la boîte par Barrada, Lassana Diarra arrive lancé comme une fusée et décroche une patate de l'espace que Petrić ne peut que toucher du bout des doigts (47e). Quel but de la part de celui qui n'avait pas joué depuis un an ! Assommés par l'onde de choc de la frappe, les Troyens ne parviennent pas à sortir la tête de l'eau. Côté marseillais, les joueurs ont faim de ballon et jouent tous les coups à fond. Malgré la suffisance d'Alessandrini, les hommes de Michel parviennent à creuser encore un peu plus l'écart. Michy Batshuayi fonce au but, évite les plots devant lui et triple la marque (56e). Troyes n'est pas mort, il dort. Et il risque bien de dormir jusqu'au coup de sifflet final, tant l'envie des Marseillais ne semble pas s'éteindre malgré cette avance confortable.

Entré à la place de Barrada, Ocampos ne met que quelques minutes avant de se mettre en évidence. À la retombée d'un centre bien ajusté d'Alessandrini, le nouvel entrant cale un retourné acrobatique parfait que personne ne peut arrêter (62e). Dans la foulée, Lass Diarra, qui n'a raté quasiment aucune passe ce soir, prend sa standing ovation et laisse sa place à Sparagna, qui devrait être tranquille ce soir. Furlan fait entrer Brayan Perea à la place de Corentin Jean, sans vraiment y croire. Le remplaçant ne met que quelques minutes avant d'aller chercher son carton jaune, en patron. Alessandrini, lui, profite d'une grosse erreur de relance des Troyens pour aller chercher son but (86e) avant d'offrir une merveille de centre à Batshuayi, qui ne se prive pas d'un petit doublé. Marseille gère tranquillement sa fin de match et peut se mettre à rêver d'un titre de champion d'automne.

Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:55 Une finale de Ligue des champions hors d'Europe ? 79
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom