Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe B
  3. // Espagne/Australie (3-0)

Mémoires d'un éléphant

Gagner ne donne pas raison. Perdre ne donne pas tort. Vicente del Bosque en sait beaucoup trop sur les hommes pour se laisser aller à l'imprudence. L'Espagne s'en va. Et Del Bosque ?

Modififié
Il aurait pu disparaître et laisser ses joueurs recevoir leurs derniers vivats avant de rentrer chez eux. Il avait bien mérité qu'on le laisse à sa retraite, à son jardin, à ses petits-enfants. Il n'avait plus l'âge d'être le paratonnerre sous lequel les autres courent s'abriter quand le ciel s'obscurcit tout à coup et qu'au loin résonnent quelques détonations. Depuis le match contre la Hollande, il avait répondu à d'innombrables questions sur eux, sur cette élimination, cet incompréhensible fiasco deux ans à peine après avoir été sacré Champion d'Europe. Amortissant le choc de l'élimination, il répétait calmement et sans colère toujours les mêmes mots. « On ne peut pas toujours gagner » , assénait-il. À chaque fois qu'il s'expliquait, s'excusait, promettait qu'il était bien conscient de la désillusion, son visage devenait de plus en plus long et sa moustache de plus en plus grise. Conservant dans ses mailles fines la plus minuscule des particules de courroux, elle lui servait de filtre à colère et transformait la moindre des incompréhensions en réflexions flegmatiques sur le métier de footballeur. Cet homme n'avait « plus rien à prouver » , comme diraient les imbéciles, et avait bien gagné le droit à un peu d'égoïsme et d'inconséquence. Mais Del Bosque n'est pas un cambrioleur. Il n'a aucune raison de partir en courant.

L'heure de la retraite

D'ailleurs, il ne court plus depuis longtemps. À la fin de ce match contre l'Australie, ses pas semblaient encore plus lents qu'à l'habitude. Ses allures de vieil éléphant claudicant autour de son troupeau, s'accentuaient à mesure qu'il saluait un par un ses joueurs. Il ne leur disait rien mais s'assurait sans doute qu'aucun ne manquât à l'appel avant d'entamer leur retour au foyer. Comme un berger qui compte une à une ses brebis, il observait Reina, Mata, Ramos, saluant leurs adversaires du jour et disant au revoir à un public qui n'en revenait pas de tant de dignité. Comme ils avaient été des vainqueurs merveilleux, ils étaient des vaincus admirables. Comme la France en 2002 ou l'Italie en 2010, le tenant du titre quittait la compétition dès le premier tour. Mais cette fois-ci, il le faisait sans s'autodétruire et en donnant la leçon. Quand on perd comme cela, on ne perd pas vraiment. Il y a des grandes retraites qui valent mieux que des petites victoires.

Les larmes de Villa

Pour ce dernier match, il avait administré le temps en bon père de famille. Reina et Albiol joueraient enfin, Koke et Cazorla pourraient prendre le relais, Villa et Mata ne seraient pas venus pour rien. Quand à la 58e minute, il sortit David Villa pour donner un peu temps à Juan Mata, l'attaquant asturien et meilleur buteur de la sélection espagnole vit son monde s'effondrer. Tête basse et dos courbé, il traversa tout le terrain sous les tapes amicales de ses coéquipiers, qui semblaient comprendre son désarroi. Arrivé au bord du banc de touche, il s'effondra sous les yeux du monde sans une seule pensée pour Xavi, pour Puyol, pour Aragonés, pour Raúl, pour Hierro, pour Guardiola, pour tous ces gens qui avaient marqué moins de buts que lui mais avaient quitté cette équipe sans un seul gramme d'ingratitude. Vicente regarda ailleurs, l'impudeur de Villa dût le troubler pour son manque d'à propos et son irrespect à l'égard de tous ceux qui avaient su quitter la scène dignement. Il pensa à Marcos Senna, meilleur joueur de l'Euro 2008 mais qu'il avait fallu écarter pour méforme juste avant le Mondial sud-africain. Villa n'avait pas beaucoup joué cette saison à l'Atlético et partait pour la MLS. Il aurait pu s'estimer heureux de partir au Brésil avec les autres. « Je ne savais pas que c'était son dernier match avec la Roja » fit Del Bosque à la fin. Non, il ne le savait pas. Parce que Villa ne lui avait pas dit. Quand on est un homme, on parle haut et on pleure en silence.


Ce qu'embrasser veut dire

Au bord du terrain, l'éléphant s'approcha alors de son plus cher héritier, celui qui ne disait jamais rien mais qui était toujours là. Dans cette manière d'être déjà un peu chauve, de ne jamais trop en dire et de se tenir droit quand on lui parle, il y a quelque chose de la moustache de Del Bosque sur le visage d'Andrés Iniesta. Pour une fois, oui, Del Bosque fut injuste et donna un tout petit plus d'amour que les autres à l'un de sa meute. De ceux qui ne parlent pas beaucoup et dont la qualité la plus admirable consiste en l'aptitude à la retenue plutôt qu'en l'expansion, il faut savoir interpréter le moindre des gestes. Iniesta s'approcha de son chef pour lui tendre la main, Del Bosque l'attrapa et lui colla sa tête contre son poitrail de géant. Vicente pencha légèrement la joue contre le gamin de Fuentealvilla et le serra contre lui quelques secondes en posant la main sur son crâne. Dans cet abrazo sur une pelouse brésilienne, on ne sait pas qui tient l'autre, on se demande même si tous les deux ne vont pas tomber. Iniesta lâcha Del Bosque. Pudiquement, le sélectionneur tourna les yeux hors-champ pour que ne devine pas l'émotion qu'il peinait à dissimuler. Adieu ou à bientôt ? En Espagne, on se demande comment interpréter ce geste inhabituel chez le timide Del Bosque. Le petit Andrés au visage pâle donna la réponse : « C'était un abrazo de respect » . Oui, c'est ça, de respect.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Le Kiosque SO PRESS

Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi
Hier à 08:01 Venez regarder un match chez So Foot ! 6