Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. D
  3. // Tchéquie-Turquie

David Limberský, roi de Plzeň

Idole du Viktoria Plzeň, David Limberský est détesté partout ailleurs en Tchéquie. La cause ? Des soucis avec les supporters du Sparta Prague et un goût prononcé pour l’alcool. Et surtout, une célébration de but totalement folle. Portrait.

Modififié
Marquer le premier doublé de sa carrière de latéral, ça se fête. Si Lilian Thuram a trouvé la célébration parfaite, David Limberský, international tchèque du Viktoria Plzeň, n’a pas vraiment eu la même idée. Le 13 septembre 2015, trois jours après avoir été arrêté en état d’ébriété avant d’essayer de prendre la fuite en insultant les policiers, il décide de fêter son improbable doublé en mimant un volant. Le tout avec un grand sourire.


D’abord déchu de son brassard de capitaine, Limberský doit aussi payer « la plus grosse amende que le club ait jamais infligée » (environ 37 000 euros) selon les dires du manager général du Viktoria Plzeň, Pavel Pillár. Devant l’immense polémique générée par sa célébration, le joueur s’excuse pour « son erreur terrible » . La dernière d’une belle liste.

Détesté par les fans du Sparta Prague


2003, Coupe du monde des moins de vingt ans aux Émirats arabes unis. Dans une compétition survolée par l’Argentine de Cavenaghi, un joueur tchèque attire l’attention des recruteurs. Pourtant, son équipe ne passe même pas la phase de poules. Buteur contre l’Australie et le Brésil avec la sélection des jeunes Tchèques, David Limberský, latéral gauche habile des deux pieds, quitte rapidement son club formateur de Plzeň pour rejoindre l’Italie et Modène. Le début du chemin de croix. Après seulement quatre apparitions avec son nouveau club, il rejoint Tottenham en prêt. Le caprice de Martin Jol, qui ose même comparer sa nouvelle recrue avec la légende tchèque Pavel Nedvěd : « Limberský est rapide et travaille beaucoup. Pavel est un cas spécial. Je le connais bien et il m’a dit que David avait le même profil que lui. Peut-être qu’il exagère un peu » , déclarait l’entraîneur néerlandais à l’époque. Effectivement, Limberský n’aura jamais la réussite de l’ancien joueur de la Juventus. Après une saison blanche, il rentre au pays et rejoint le Sparta Prague. Pour une nouvelle saison dans l’anonymat. La solution pour relancer sa carrière est simple : revenir au bercail. Le Viktoria Plzeň accueille le latéral en 2008. En quelques années, David Limberský devient une idole au club. La cause ? Des performances de qualité, mais surtout une belle embrouille avec les supporters du Sparta Prague, son ancien club. Alors que les deux équipes se disputent le titre en 2012, il obtient un penalty plutôt généreux transformé par un coéquipier et qui offre le titre à Plzeň. Le début de la guerre. Depuis, l’international tchèque présent à l’Euro est la cible préférée des supporters du Sparta et traîne cette réputation sur tous les terrains du pays. Une situation qu’explique Pavel Pillár, manager de Plzeň : « David, c’est un natif de Plzeň. Il l’a dit souvent, il est chez lui. C’est une légende pour les supporters et le club, mais il n’est pas vraiment aimé dans le reste du pays. On a dû gérer pas mal de problèmes avec lui, notamment avec le Sparta. Il est vraiment détesté par le reste du pays et surtout par les fans du Sparta. Il les a insultés après avoir quitté le club. » Aussi, il s’est dernièrement fait remarquer avec un double doigt d’honneur adressé aux supporters de son ancien club alors que Plzeň gagnait 3-0.

La cible préférée des médias tchèques


Outre le conflit avec les supporters de Prague, le manager du Viktoria Plzeň a dû gérer la tourmente après la célébration folle de Limberský : « On a dû communiquer, présenter des excuses, gérer en interne ces soucis. Il a pris une énorme amende, il a perdu le brassard. On n’a pas été clément avec lui et il sait parfaitement pourquoi » , avance Pavel Pillár. Et de poursuivre : « On a tout fait pour que David se concentre sur le football. Le reste, c’est entre le club et lui. Il est essentiel sur le terrain, et il a eu un rôle majeur pour le titre de cette année. Il a eu des problèmes et on en est conscient, mais il travaille énormément pour corriger cela. Ce n’est pas facile pour nous, car cela affecte le club et notre image, mais il fait tout pour faire oublier ces polémiques. » Le manager du club tchèque revient aussi sur le comportement du joueur après avoir crashé sa Bentley : « À propos de sa célébration, il sait que c’était inapproprié et stupide. On a dû une nouvelle fois venir au front pour lui. C’était très difficile à gérer, on s’est une nouvelle fois assis avec lui pour discuter. Ça fait partie du passé maintenant. »




Cadre un temps incontesté de la sélection, Limberský est désormais la cible facile des médias locaux. Après la rencontre contre l’Espagne, le journal tchèque Sport a affirmé que le joueur « paraissait en surpoids, avec des difficultés pour bouger » . L’intéressé a rapidement répondu que les critiques de la presse lui importait peu et que son poids « était toujours le même depuis sept ou huit ans » . Le manager du Viktoria Plzeň vole au secours du latéral : « Du côté de la presse tchèque, c’est désormais simple de taper sur David. Ils savent qu’ils seront lus s’ils le critiquent, c’est facile. Tout le monde veut lire ces papiers. David a eu des problèmes dans le passé, et il n’est pas vraiment en forme pour cet Euro, mais le traitement qui lui est réservé n’est pas juste. Il est loin d’être le pire joueur de la sélection nationale. » Alors que la Tchéquie joue sa place en huitièmes de finale contre la Turquie, Pavel Pillár se concentre lui sur l’avenir de son joueur en club : « Je pense qu’il va rester ici jusqu’à la fin de sa carrière. Chaque fois qu’il est parti, ça s’est mal passé. Il devrait jouer encore deux ou trois ans, il a déjà 32 ans. Il joue toujours à un excellent niveau et j’espère que cela va continuer ainsi sans soucis en dehors du terrain. » Histoire de conserver le trône de roi de Plzeň.

Par Ruben Curiel Propos de Pavel Pillár recueillis par RC.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 2 heures Prolongation imminente pour Gignac avec les Tigres 14
Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 39

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:04 La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 61
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 14:33 Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 16