Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. // Top 100 : les buts contre son camp qui ont marqué l'histoire

Mais on applaudit quand même bien fort Franck Queudrue

Il y a cinq ans, Franck Queudrue revenait pour sofoot.com sur le moment culte de sa carrière : son but contre son camp venu d'ailleurs à Furiani, un jour de SC Bastia-RC Lens, en 2001. Il était temps de ressortir son interview et de reprendre de ses nouvelles.

Modififié

#2: Franck Queudrue - 2001

SC Bastia-RC Lens (1-3), Division 1, 7 avril 2001


La première partie de l'interview est extraite de l'entretien culte paru sur sofoot.com en 2014.


CSC inoubliables (1er) : Escobar, prénom Andrés

Tu peux nous raconter la 58e minute de ce match contre Bastia ?
On mène 3-0 dans un match sans histoire, puisqu'on n'a plus rien à jouer à trois journées de la fin, je prends un coup et je me tords la cheville. Il y a une touche pour nous, on a le temps de faire entrer le soigneur pour s'occuper de moi, mais on ne sait pas pourquoi Charles-Édouard Coridon, Charly, joue vite la touche. J'ai à peine le temps me relever et je vois le ballon revenir vers moi. Je suis un peu énervé, je suis tourné de trois quarts et je veux dégager le ballon très fort de l'extérieur pour qu'il parte à l'opposé. Sauf que je la prends très mal, un peu intérieur. Le ballon part vers nos cages (bien aidé par un petit mistral, faut dire)... Et puis Gus (Guillaume Warmuz) ne l'a pas pris.

On a l'impression que Warmuz cherche à mettre la tête...
À 3-0, il ne voulait pas prendre le risque qu'on prenne un coup franc indirect (Rires.) Il a surtout été surpris il faut dire. Si j'avais voulu le mettre exprès, je n'y serais jamais arrivé.

Comment tes partenaires réagissent à chaud ?
Honnêtement, on a plutôt rigolé. Bon, on relançait un peu Bastia dans le match alors qu'il était plié. Mais comme le score est resté à 3-1, ce but n'a eu aucune incidence.

Sauf pour ta notoriété. Tu n'es pas vexé d'être surtout connu pour ça ?
Pas du tout, j'ai pas mal d'autodérision. J'ai même eu une récompense lors des Oscars du foot avec le Marcel d'or. Quand tu tapes mon nom sur internet, c'est tout de suite le CSC qui sort.

Est-ce que ce but t'a poursuivi en Angleterre où tu as passé la majeure partie de ta carrière ?
C'est marrant, parce que ce soir-là, il y avait deux recruteurs anglais venus me superviser. Comme quoi, ça ne m'a pas empêché de faire une carrière là-bas.

Avec Middlesbrough, tu es allé en finale de la Coupe de l'UEFA en 2006. Quand on y repense, c'est presque aussi improbable que ton CSC...
Et on gagne la finale de la Coupe de la Ligue deux ans avant. Mais attention, on avait une grosse équipe à l'époque, un bon coach (Steve McClaren, N.D.L.R.). Je me sentais bien là-bas, le club était un peu dans le même esprit que Lens avec un public populaire et toujours derrière nous. J'ai eu la chance de marquer pour mon premier match à domicile et d'être tout de suite adopté.

Tu étais un joueur apprécié en Premier League, pourtant on avait l'impression que tu étais un peu oublié en France. Tu avais ce sentiment ?
C'est un choix, je suis resté neuf ans en Angleterre. Quand Raymond Domenech prend Chimbonda pour la Coupe du monde 2006, il avait été élu meilleur arrière droit de Premier League. Et moi, j'avais été désigné meilleur latéral gauche. Il paraît que je n'étais pas loin, mais bon ça je ne le saurais jamais.

Qu'est-ce qui te plaisait autant en Angleterre ?
C'était un tout. L'engouement, les stades pleins, l'engagement sur le terrain qui correspondait bien à mon style de jeu. Je ne saurais pas expliquer, ma famille se sentait bien là-bas aussi. Mais à un moment, j'ai eu envie de me rapprocher de ma famille et je suis revenu en France. Mais je serais très content d'y retourner.

Que fais-tu désormais ?
Je viens d'obtenir mon BES, je peux entraîner jusqu'en en DH chez les seniors et -17 et 19 ans chez les nationaux. J'aimerais passer mes diplômes pour entraîner chez les pros, mais c'est assez cher. Il vaut mieux avoir un club qui t'aide.


Cinq ans plus tard...


Ton projet de devenir entraîneur est-il toujours d’actualité ?
J’ai passé le BES il y a cinq ans, mais je n’ai pas eu l’opportunité de prendre en charge une équipe. Or, il faut vraiment bénéficier d’une expérience concrète pour mettre en pratique les connaissances qu’on a acquises et passer les diplômes suivants. Je suis plutôt intéressé par la perspective de devenir entraîneur adjoint, d’être proche des joueurs et servir de relais pour l’entraîneur. J’ai quelques pistes dans des clubs ou dans des centres de formation.

Ton avis sur la dernière saison du RC Lens, qui a échoué aux barrages d’accession en L1 ?
On est un peu déçu du barrage retour à Dijon, mais ce n’est pas là-dessus qu’on rate la montée, c’est sur l’ensemble de la saison. Cette année, le club a effectué un recrutement intelligent et on a le sentiment que Lens avance. On attend de voir le début de la saison pour savoir où on en est réellement.

Un dernier mot sur ton CSC à Bastia, tu te rappelles ce que tu as ressenti au moment où le ballon rentre dans le but ?
Tu te sens seul et un peu con. Le contexte a été occulté : on ne voit pas que je me suis blessé juste avant et on ne comprend pas pourquoi je fais ce geste. Mon idée, à ce moment-là, c’est de jouer le ballon vite et comme je suis un peu énervé, de mettre une énorme chandelle le plus loin possible... Mais le ballon part du mauvais côté... et la caméra est droit sur moi. Quand je vois la balle rentrer, je me dis : « Oh putain, je vais en entendre parler de ça... » .

Dix-huit ans plus tard, on t’en reparle encore ?
On m’en reparle de temps en temps, mais plus autant. Des mecs qui ne me connaissent pas le mentionnent régulièrement : c’est toujours utile pour briser la glace.



Propos recueillis par Alexandre Pedro et Valentin Lutz

Dans cet article