Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // GR.F
  3. // OM/Arsenal (0-1)

Cruel pour l'OM

Solides pendant 91 minutes face à des Gunners plutôt calmes, les Marseillais sont sortis sous les sifflets après s'être fait cueillir comme des mômes dans les arrêts de jeu sur une frappe de Ramsey. Le foot n'est pas qu'injuste, il est cynique aussi.

Modififié
OM - Arsenal : 0-1

But : Ramsey pour Arsenal.



Cruel. Cruel pour les supporters, qui s’imaginaient s’endormir des rêves de meilleurs lendemains plein la tête. Cruel pour l’OM, qui pensait passer continuer sa route en tête du groupe F. Cruel pour la défense marseillaise, persuadée d’avoir livré sa meilleure prestation de la saison. Jusqu’à la 92e minute et ce centre qui atterrit miraculeusement dans les pieds d’Aaron Ramsey. A ce moment-là, tout le monde s’en doute, le but est au bout du pied du Gallois. Mandanda expire sur le coup, crucifié sur place. 0-1, score final. Et de nouveau des doutes plein la gueule avant d’affronter les promus d’Ajaccio. Voilà à quoi en est réduit l’OM.

Pourtant, dans l’ensemble, les Marseillais n’ont pas démérité. Défensivement s’entend. Un OM appliqué et désireux d’éviter les couacs et quiproquos derrière qui lui ont coûté tant de points en Ligue 1 cette saison, et dont Dortmund n’avait pas su profiter lors de la deuxième journée de Champions League. Didier Deschamps pouvait se réjouir : dans la foulée de son solide 0-0 obtenu à Toulouse, son équipe avait retrouvé une certaine sérénité. Et un stoppeur à l’avenir scintillant, en la personne de Nicolas Nkoulou. Aux côtés d’un Souleymane Diawara, présent dans l’impact physique et auteur d’un rendu de bonne facture, le Camerounais a, quant à lui, été tout bonnement excellent. Toujours bien placé, très sûr techniquement et dans la relance, le Camerounais était à une bourde – non décisive, face à Walcott en deuxième période - de produire, à seulement 21 ans, une performance majuscule en Coupe d’Europe. Une charnière protégée par un Alou Diarra sobre et sans fioriture, épaulée de deux latéraux plutôt frileux et soutenue par un Mandanda en forme, qui permettait au vice-champions de France de serrer le point du match nul. Jusqu’à la 92e minute, donc.

Rémy sans famille


Parce qu’il faut être honnête. Face à des Gunners franchement pas flamboyants, voire indignes de leur statut en première mi-temps, les Marseillais ne se sont jamais réellement montrés offensivement en mesure de faire suer Arsène Wenger. Manque de mouvement, manque de créativité, manque d’insoucsience… Les maux de l’OM sont connus. Alors oui, il y a bien une paire de tentatives signées Loïc Rémy, mais l’ancien Lyonnais se bagarre tout seul sur le front. Autour de lui, les Valbuena, Lucho, Cheyrou et autres Ayew sont à des kilomètres du niveau qui était le leur quand l’OM roulait à l’endroit. Suffit d’ajouter à cela un manque de réussite, comme lorsque que l’arbitre oublie une main de Jenkison sur un centre de Morel à la 13e minute - avant « d’égaliser » toutefois en se montrant indulgent sur une mimine de Diawara -, pour comprendre que le Vélodrome ne pouvait pas espérer mieux.

Du coup, les londoniens n’ont pas eu à forcer leur talent. Pas férocement inquiétés derrière, pas follement inspirés aux avant-postes, les anciens locataires du Big Four anglais, même requinqués par la belle entrée en jeu de Gervinho en fin de partie, auraient sans doute eux aussi signé pour un match nul… si, dans les arrêts de jeu, Ramsey n’avait pas reçu ce ballon en forme de cadeau inestimable. Et c’est bien connu : un cadeau, ça ne se refuse pas. Cruel.


Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 8
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 16