Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // 8es
  3. // Croatie-Danemark (1-1)

Croatie, la peur de gagner

On les annonçait comme un candidat crédible pour le titre. Après leur qualification poussive face au Danemark, les Croates ont perdu une partie de leur aura. Car pour gagner un Mondial, le talent ne suffit pas, il faut aussi le mental.

Modififié
Ivan Rakitić a les nerfs et les intestins solides. Au moment de croiser sa frappe et de prendre à contre-pied Kasper Schmeichel, le milieu du FC Barcelone doit supporter la pression de tout un peuple. Un peuple qui imaginait son équipe disposer sans mal du Danemark, mais qui a finalement dû s'employer jusqu'au bout de la prolongation pour valider son ticket pour les quarts de finale. Une surprise, même si on connaît la solidité collective des Danois.


Car il faut se remémorer les récitals de la Croatie au premier tour. Comme deux ans plus tôt pendant l'Euro en France, Luka Modrić et sa bande ont survolé le premier tour dans les résultats comme dans le contenu. Bien plus convaincant donc, que la France, l'Espagne ou même l'Allemagne (cette dernière nation bien incapable de sortir de sa poule). Sauf que comme il y a deux ans, la Croatie de la phase à élimination directe ressemble peu à celle du premier tour : crispée, mal inspirée et sans maîtrise.

Les fantômes de 2016 dépassés ?


Il y a deux ans, cela s'était fini par un but tardif de Ricardo Quaresma au stade Bollaert-Delelis en conclusion d'une purge sans nom contre le Portugal, le futur vainqueur du tournoi. Ce soir, cela s'est encore terminé très tard – aux penaltys, pour être précis –, mais pas aussi mal pour l'équipe de Zlatko Dalić.


Un scénario qui devrait cependant relativiser, désormais, le statut de favori de la sélection croate : si le talent et le projet de jeu sont là, il manque la force mentale pour être capable de jouer son jeu avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Les optimistes pourront tout de même se dire que la bande à Dejan Lovren a vaincu le fantôme de 2016, et devrait monter en puissance en quarts de finale contre la Russie.

La Russie n'aura pas peur


Les plus pessimistes, en revanche, pourront se dire que c'est tout bon pour le pays hôte : si les Croates ont tellement peiné psychologiquement en huitièmes de finale contre un modeste outsider, comment vont-ils faire face à un stade hostile et onze morts de faim ? Face aux Scandinaves, auxquels ils étaient censés être supérieurs dans tous les secteurs de jeu, les Croates ont expérimenté ce que l'on appelle la peur de gagner.


Pas forcément anodin pour 23 mecs à qui l'on rappelle toutes les dix minutes l'exploit de leurs aînés en 1998. Ils ont cinq jours pour changer de mentalité. Car en face, les protégés de Vladimir Poutine ne se feront pas prier s'ils ont l'opportunité d'aller dans le dernier carré.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

Henry : le retour

Vidéo

Des tirs au but, des gardiens en folie et la Croatie qui s'arrache !




Dans cet article


À lire ensuite
Super Suba