Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Finale
  3. // France-Croatie

Croatie, à qui profite l'épopée ?

Finaliste du Mondial russe, la Croatie réalise la meilleure performance de son histoire. Un succès qui pourrait prendre encore plus de poids dimanche soir en cas de victoire contre la France. Pour quelles retombées dans la société croate ?

Modififié

En atteignant la finale de la 21e édition en Russie, la Croatie devient le plus petit pays à disputer une finale de Coupe du monde de football depuis l'Uruguay, vainqueur de l'édition 1950 au Brésil. Quatre millions de Croates vont donc croiser les doigts pour faire pleurer plus de 67 millions de Français en quête d'un deuxième titre mondial. À peine vingt-six ans après son indépendance, le pays balkanique confirme avec cette épopée russe qu'il est en avance sur tous ses voisins de l'ex-Yougoslavie, après avoir atteint le dernier carré – déjà contre la France – il y a vingt ans.

Loïc Trégourès, professeur à l'Institut catholique de Paris et spécialiste des relations entre football et politique dans les pays de l'ex-Yougoslavie, rejette l'idée que cette place de finaliste serait une victoire contre les rivaux serbes, car « les deux équipes ne se sont pas rencontrées dans le tournoi, et tout le monde sait que la Croatie est nettement plus forte » . Reste que la possibilité de voir la Croatie sur le toit du monde n'enthousiasme pas les supporters serbes : «  Ils peuvent nourrir une pointe de jalousie en voyant des gens pas si différemment organisés qu'eux réaliser une telle performance. » Plus que la réussite croate, la vraie claque pour les Aigles blancs de Serbie est leur défaite contre la Suisse « avec les célébrations dont on a déjà trop parlé » ...

« L'hyperpolitisation du football sous Franjo Tudjman, c'est terminé »

Pendant que les Serbes grimacent, les Croates ont le sourire. Mais pour Loïc Tregourès, le bénéfice dans la société croate se limitera au bonheur passager, à une hausse du moral et peut-être à un « léger baby boom dans neuf mois » . Quant aux espoirs de développement du tourisme ou de l'économie grâce à la nouvelle visibilité du pays, le spécialiste des Balkans ne s'enflamme pas : « Le tournoi n'a pas eu lieu sur place, donc il y a zéro retombée, et question tourisme, le potentiel est déjà exploité à fond. » Même la récupération politique - véritable sport national en France - sera limitée sur le sol croate. « Le temps de l'hyperpolitisation du football sous Franjo Tuđman est terminée, mais bien sûr au moment des élections, tu verras des clips de campagne avec Kolinda Grabar-Kitarović (la présidente de la République, N.D.L.R.) et son maillot, qui embrasse Dalić (le sélectionneur, N.D.L.R.), pour montrer qu'elle est proche du peuple. Mais ça ne change rien aux équilibres politiques qui se structurent sur d'autres enjeux et temporalités. »

Seul le crime paie

La Croatie pourrait vivre un été euphorique à une époque où son football est secoué depuis des mois par le scandale Zdravko Mamić, l'ancien boss du Dinamo Zagreb reconnu coupable de détournement de fonds sur différents transferts dont un concernant Luka Modrić. « Grâce aux résultats, toutes les magouilles autour de la Fédération vont redevenir inaudibles pendant un moment. Mamić a quand même financé la campagne et la fête d'anniversaire de la présidente ! Qui, en Russie, était accompagnée de Damir Vrbanović, le secrétaire général de la fédé, lui-même condamné à de la prison ferme en même temps que Mamić. Tout ça va être oublié un moment, alors que si la Croatie était sortie au premier tour, on serait revenu là-dessus.  » Le grand nettoyage attendra que la fête soit terminée.







Par Nicolas Jucha Propos de Loïc Tregourès recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article