Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // OL-Barcelone

Coutinho, pas encore gros

À Lyon, Coutinho pourrait démarrer sur le banc à l'occasion du huitième de finale aller de Ligue des champions. Une habitude pour le Brésilien, qui subit actuellement la concurrence d'Ousmane Dembélé et qui n'a pas encore convaincu en Catalogne depuis son arrivée en provenance de Liverpool il y un an.

Modififié

Rien ne dit, et surtout pas sa forme actuelle, qu'il rééditera un autre exploit. Mais il y a un peu plus d'un an et un mois, Coutinho entrait dans l'histoire du FC Barcelone. Pour une somme estimée à 120 millions d'euros, le Brésilien était en effet transféré de Liverpool au club catalan et devenait ainsi la recrue la plus chère de l'entité. C'est dire si l'on comptait sur le nouvel arrivant, qui ambitionnait de passer un cap après cinq années passées à faire kiffer les Reds et qui visait la Coupe du monde avec sa nation. En quelques mois, le bonhomme a malheureusement pour lui vu Ousmane Dembélé soulever le titre mondial et la concurrence du Français faire foirer pas mal de ses plans. À tel point qu'il pourrait, une fois de plus, faire banquette à Lyon ce mardi soir à l'occasion du huitième de finale aller de Ligue des champions.


Si les deux « rivaux » se sont partagé un temps de jeu équivalent depuis l'été (22 titularisations toutes compétitions confondues pour l'ancien du Borussia Dortmund et du Stade rennais, 24 pour l'ex-Interiste), le Bleu – sous condition d'être en forme – est aujourd'hui considéré par Ernesto Valverde comme l'ailier gauche de la formation. Impensable au regard du prix du Sud-Américain, dont le statut se rapproche de plus en plus du remplaçant de luxe. « Quand je ne faisais pas jouer Dembélé, tout le monde me parlait de lui. Et maintenant que Dembélé joue et que Coutinho ne joue plus, il se passe l’inverse, déclarait d'ailleurs son technicien face à la presse au milieu du mois de janvier, reconnaissant ainsi la tendance du moment. Les joueurs doivent travailler pour inverser ces situations. Si l’un n’est pas content, il doit se battre pour revenir. »

Dembélé ? Oui, mais Busquets et Messi, aussi


Un conseil directement adressé à Coutinho. Car si ce dernier n'a pas encore réussi à s'installer durablement dans le onze de Valverde, ce n'est pas seulement à cause du talent de Dembélé. Malgré une adaptation qui a semblé se dérouler à merveille lors des premières semaines 2018 (huit buts en Liga en seize titularisations, deux en quatre de Coupe du Roi), l'esthète paraît finalement avoir du mal à se caler sur l'identité du FCB. Sans doute davantage à l'aise dans un jeu de transition (observé à Liverpool) que de possession et plus efficace dans la recherche de rythme que dans celle du contrôle, l'instinct technique du petit Philippe galère un peu à s'entendre avec le pragmatisme tactique de Sergio Busquets. Ses statistiques s'en ressentent (quatre réalisations et deux passes décisives seulement en championnat), son influence sur le jeu blaugrana aussi et sa faculté de sourire également.


Et puis, l'Auriverde doit désormais rester dans une pénombre qu'il avait oubliée en Angleterre pour laisser la lumière à un certain Lionel Messi. « Coutinho était à Liverpool où il brillait, et était l'une des étoiles. Et soudain, il est allé à Barcelone. Le changement est grand, tout est complètement différent pour lui, a, dans le même esprit, noté Cafu dans les colonnes de Marca. Si à Barcelone, vous avez un joueur comme Messi qui se distingue partout, les autres joueurs ne peuvent pas en faire de même à côté de lui. » Autrement dit, l'homme le plus coûteux du Barça qui avait pris l'habitude de rayonner et qui avait goûté à l'agréable sensation d'être la star parmi ses partenaires est condamné à n'être qu'un commis de cuisine au service du chef gastronomique. Il savait à quelle sauce il allait être mangé, et a signé en connaissant le menu ? Oui, mais encore faut-il le digérer.

Choix de luxe


« Coutinho vit une période plus difficile. Mais je suis certain que dans quelques semaines, nous le verrons meilleur, a cependant détendu le président Josep Maria Bartomeu en conférence de presse récemment, tenant à calmer le jeu à propos de son joueur qui conserve une énorme cote sportive (et donc économique) aux yeux des autres dirigeants européens. Son arrivée représente un pari sérieux, un fort investissement et nous lui faisons confiance. » Sauf qu'aux côtés de Messi et Luis Suárez dans la ligne offensive barcelonaise, il ne reste qu'une place.


L'international de 26 piges peut-il trouver la sienne au milieu du 4-3-3 de son coach, là où certains l'imaginaient en successeur d'Andrés Iniesta ? Ce ne sera vraisemblablement pas le cas au Groupama Stadium, où Valverde devrait privilégier un entrejeu lui permettant une certaine maîtrise (Busquets, Sergi Roberto) et lui offrant un soupçon d'expérience voire d'agressivité (Busquets, Ivan Rakitić, Arturo Vidal). Mais attention, amis lyonnais : un garçon d'une telle qualité sur le banc n'est pas forcément bon signe.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 2 heures Platini : « Je ne me sens pas suspendu » 24
Hier à 17:40 Horoya AC : Didier Gomes Da Rosa remplace Patrice Neveu 15 Hier à 17:05 Une joueuse de Sheffield United suspendue pour insultes racistes 26
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE