Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des champions – 1/2 finale aller – Atlético/Chelsea (0-0)
  2. // Notes

Courtois dort, Cahill flambe

Auteur d'une partie impressionnante aux côtés de John Terry, Gary Cahill a prouvé une nouvelle fois qu'il était l'un des meilleurs défenseurs du monde. Seul au monde dans ses buts, Thibaut Courtois a passé une soirée trop paisible.

Modififié

Atlético Madrid

Courtois (non noté) : Ce 22 avril, la Game Boy a fêté ses 25 ans. C'est quatre de plus que Thibaut Courtois qui n'aurait toutefois pas craché sur un petit Tétris ou mieux, la fameuse cartouche piratée avec plusieurs jeux dedans. Une belle sieste digestive.

Filipe Luís (6) : Un latéral brésilien avec une tête de défenseur du Spartak Moscou. Un homme qui ne refuse ni l'espace dans son couloir, ni quelques duels musclés. La force du métissage.

Godín (5,5) : Une rencontre menée sur un train de sénateur où il a cumulé les mandats face à des adversaires timides. Il est déjà réélu pour le match retour et les 13 827 qui suivent. Jean-Claude Godín.

Miranda (5,5) : En galère à Sochaux, l'homme s'est payé le luxe de tenter une roulette à l'entrée de sa surface à 0-0 et au bout de cinq minutes à jouer en demi-finale de Ligue des champions. Miranda (doesn't) Kerr.

Juanfran (6) : Du sérieux derrière, de la présence offensive, mais de nombreux centres pour personne qui se sont révélés être de fausses promesses. Fake tales of Juan Francisco, comme disent les Arctic Monkeys.

Gabi (7) : Parfois en manque de solution concrète, mais toujours là pour donner le sourire même face au Chelsea très Bree Van de Kamp de José Mourinho et John Terry Hatcher. Gabriel Soliste.

Suárez (5,5) : Le mec s'appelle Mario Suárez Mata. Dur d'avoir une identité bien à soi sur le terrain quand on souffre d'un triplement footballistique de la personnalité.

Koke (4,5) : Ce soir, l'adversaire musclé voulait endormir la soirée. Et dans ces cas-là, quand Koke se fait taper, le résultat n'est jamais très bon.

Raúl García (5,5) : Raúl a eu quelques occasions, mais il a eu du mal à exister face à la tenaille Terry - Cahill. Pas la vida Lorca pour Garcia.

Diego (6,5) : Seul dans son combat comme Cell face à Gohan en première mi-temps. Mais les ateliers conduite de balle devant la surface adverse et frappe de loin se sont soldés par des échecs. Pas grave Diego, c'est quand même toi le plus beau.

Diego Costa (4,5) : Si c'est pour faire des amortis de la poitrine et des retournés, c'est la sélection espagnole de beach soccer qu'il fallait choisir.

Turan (5) : Le faire entrer lors d'un match barbant n'avait rien d'illogique.

Villa (non noté): Faire entrer un homme qui a passé des saisons à abattre des bus avec le Barça n'avait rien d'illogique.

Sosa (non noté) : Faire entrer un homme qui a le nom du type qui a fait tomber l'empire de Tony Montana face à celui de José Mourinho n'a rien d'illogique.

Chelsea FC

Čech (10) : Il est grand, il ne se sert pas de sa tête, il ne se sert pas beaucoup de ses pieds et désormais, il ne peut plus se servir de ses mains. Čech Diabaté.

Cole (6) : La même barbe que James Harden, la défense en plus.

Terry (7) : C'est du déjà vu, ça fait trop longtemps que ça dure, tout le monde dit que c'est mauvais, mais au fond, ça marche toujours. Terry Richardson.

Cahill (7,5) : Ce soir, la surface de réparation de Chelsea était une boîte select et le physio Cahill n'a laissé entrer personne à part Eva Carneiro (en jogging, en plus). Et s'il était tout simplement l'un des meilleurs défenseurs du monde ? Gary Payton.

Azpilicueta (6) : Parce qu'au fond, ses touches longues étaient peut-être la meilleure chance de Chelsea pour planter un but.

David Luiz (10) : Vous n'avez jamais cru aux prospectus de marabouts qu'on vous distribue de temps en temps dans la rue ? C'était avant le passage de David Luiz. Parce qu'un CSC, c'est trop facile, le Brésilien a décidé de blesser coup sur coup son gardien et son capitaine. Problèmes d'amour, désenvoutement de carte SIM, chute de cheveux, problème de fertilité, Professeur Luis garantie 100% de résultat.

Lampard (5) : Il marque encore des pénos, il jouit d'un charisme naturel sur la pelouse, mais au fond, cet homme-là est fatigué. Il aura bien mérité la MLS après avoir donné tout son Power of love aux Blues. Frankie goes to Hollywood.

Obi Mikel (4,5) : Pour lui, être titulaire est un hobby nickel. Qui se joue avec un serpent mort sur la tête, apparemment.

Willian (4) : Si la vie ne lui apprend rien, le Mou lui apprend à tacler, à bloquer son couloir et à défendre comme un petit fou. Willian Foly.

Ramires (4) : Le seul ballon de contre-attaque des Blues est passé par ses pieds. Il a terminé dans les tribunes.

Torres (6,5) : Exit The Kid, on a revu un peu d'El Nino à la maison ce soir. Seul au monde sur le front de l'attaque, il a dégainé quelques beaux enchaînements.

Schwarzer (7): Une cougar dans une soirée de teenagers. À 41 balais, Schwarzie a fait un boulot de Terminator dans sa surface. Bourrin, sans classe, mais souvent efficace.

Ba (non noté) : Il a passé plus de temps à se faire briefer par Mourinho qu'à jouer. Franck Jurietti aime ça.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié