Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2019
  2. // Groupe A

Coupe du monde 2019 : ce qu'il faut savoir sur le groupe des Bleues

C'est LE groupe à suivre. Parce que c'est celui des Bleues, mais aussi celui des championnes d'Afrique en titre, d'une Norvège revancharde et d'une Corée du Sud mystérieuse. Le menu, c'est par ici.

Modififié

Le gros morceau : la France


Bah ouais, cocorico. Comment avoir peur ? Bon, ok, il y a un peu de quoi si l’on s’en tient au physique. Simple : lors de la préparation, chaque joueuse a eu son pépin, à l’exception notable de Wendie Renard et Sarah Bouhaddi. Mais ce week-end, Solène Durand, la troisième gardienne, est venue rassurer son monde : « C’est vous qui vous inquiétez. Nous, on ne s’inquiète pas du tout. Toutes les joueuses ont eu une longue saison, mais ce sont des battantes, elles veulent à tout prix remporter ce titre. » Alors, elles seront prêtes, et ce, dès vendredi pour le match d’ouverture contre la Corée du Sud, au Parc des Princes. Avant d’attaquer la Coupe du monde, un chiffre : depuis le mois de mars 2018, les Bleues n’ont perdu qu’un match – face à l’Allemagne (0-1), le 28 février dernier – et en ont remporté treize, dont un important pour l’image face aux États-Unis (3-1) en janvier. Deux ans après la défaite en quarts de finale de l’Euro 2017 face à l’Angleterre et quatre après celle au même stade de la compétition, au Mondial 2015, contre le Canada, l’objectif est clair et affiché par Corinne Diacre : « Le président de la Fédé m’a fixé l’objectif d’aller en finale. Je ne peux pas aller contre l’opinion de mon président, sinon je laisse ma place. » Allez, feu.


Le cadeau surprise : le Nigeria


Difficile de prendre le poids de ce Nigeria. On parle pourtant d’un monstre à l’échelle continentale : onze victoires en treize CAN disputées dans l’histoire, dont la dernière, l’an passé, décrochée au Ghana au terme d’une séance de tirs au but complètement foirée par l’autre finaliste, l’Afrique du Sud. Un monstre qui se bat surtout pour avancer dans un pays où les mecs sont là aussi favorisés. La preuve ? Entre le 3 décembre 2016 et 15 février 2018, les Super Falcons n’ont disputé aucune rencontre, ce qui a poussé la NFF à réagir avant ce Mondial. Alors, Thomas Dennerby, médaillé de bronze sur le banc de la Suède en 2011, a été amené sur le banc, une préparation digne de ce nom a été montée et voilà le Nigeria prêt à sauter la palissade : sortir des poules pour la première fois depuis vingt ans. Pas impossible quand votre attaquante (Asisat Oshoala) brille au Barça et que vous possédez une artiste comme Rasheedat Ajibade, freestyleuse et championne de roller. Ouais, de roller.


La joueuse frisson : Ji So-yun


Attention légende : Ji So-yun est la plus jeune joueuse de l’histoire à avoir marqué un but pour la Corée du Sud, la femme qui a marqué le plus de buts dans l’histoire pour les Taegeuk Nangja (54 buts en 115 sélections) et une dame de 28 piges qui a glissé son nom à quatre reprises dans l’équipe de l’année en Angleterre. Oui, Madame ne rigole pas et sera l’étincelle à surveiller pour les Bleues vendredi dans le 4-2-3-1 sud-coréen. Parce qu’elle sait tout faire, marquer, dribbler, et ce, dans les moments importants. Les Lyonnaises en savent quelque chose.

Vidéo


Trois bonnes raisons de suivre ce groupe :


  • Si on a organisé une Coupe du monde, c’est bien pour quelque chose, non ?
  • Parce que les faucons, c’est mignon. Et Hennery, il devient quoi d’ailleurs ?
  • Parce que la joueuse sud-coréenne Jang Seul-gi est surnommée le Welsh Corgi et que Guro Reiten, l’internationale norvégienne, a élevé trois crevettes dans son adolescence. C’est le parti animaliste qui va être fier.


    Trois bonnes raisons de n’en avoir rien à cogner :


  • Justement, vous n’en avez rien à faire des animaux. Alors les poules, très peu pour vous.
  • Deux entraîneurs suédois sur quatre, ok. Mais quelqu’un a-t-il déjà été satisfait d’une Volvo ?
  • Pour s’éviter un aller-retour Paris-Nice en train, synonyme de punition ultime pour tout être humain bien constitué.


    Mais pourquoi elle n’est pas venue ?


    Elle, c’est Ada Hegerberg. Oui, madame Ballon d’or, qui avait prévenu dès le mois de décembre qu’elle ne viendrait pas en France : « J’ai bien donné mes raisons à la Fédération. C’était important pour moi de prendre cette décision et de continuer ma carrière au plus haut niveau. » Ces raisons, Hegerberg, 23 ans, les avait dépliées il y a deux ans, à la sortie de son dernier match avec la Norvège après un premier tour de l’Euro 2017 désastreux (trois matchs, trois défaites) : « Si l’équipe nationale veut atteindre les objectifs et les résultats que l’encadrement a fixés, ça nécessite selon moi des améliorations dans plusieurs domaines. » Résultat, la joueuse de l’OL sera consultante pour Canal +, et ce, alors que ses propos auront fait plier la Fédération norvégienne, devenue la première du monde à payer les joueurs et les joueuses de manière égale. Solide sur ses valeurs.


    L’inexpertise de Franck, responsable d’une école de fauconnerie dans le Morbihan :


    « Des faucons dans une poule ? Bizarre votre histoire. Ce match contre le Nigeria semble être le plus important pour les Bleues, alors le conseil, c’est d’être patient avec ces super faucons. L’essentiel, dans l’affaitage, parce qu’on ne parle pas de dressage, est de gagner la confiance de l’oiseau. Normalement, ça peut prendre plusieurs jours, donc il faudra être patient et accepter de prendre le temps. C’est un art. L’avantage, c’est que les faucons s’attaquent principalement aux autres oiseaux, plus faibles. Je pense que ça devrait le faire parce que les filles françaises ont l’air solides. »


    La stat à la con :


    28 - Comme la taille, en millimètres, des poches installées au fil de la préparation sous les yeux de Corinne Diacre.


    Si ce groupe était un tube de l’été :


    Vidéo


    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 12:27 EXCLU : 10€ offerts GRATOS pour parier sur le Mondial féminin et la Copa América !
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
    À lire ensuite
    Un S qui veut dire Soro