Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options

Coupe de la Ligue : bon débarras ?

La Coupe de la Ligue semble bien définitivement condamnée. La Ligue de football professionnel (LFP) l'a suspendue pour une durée indéterminée à partir de la saison prochaine. Son sort paraît néanmoins presque définitivement scellé. Suscitant peu d'engouement, et surtout pas assez de rentrées d'argent, sa raison d'être ne résiste plus ou pas aux dures lois de la réalité économique. Pourtant, avant tout bilan comptable, elle constituait surtout une aberration dans la culture foot de notre pays, peut-être un contre-sens absolu.

Modififié
La Coupe de la Ligue ne se tiendra pas la saison prochaine, et ensuite pour une durée indéterminée. La décision a été prise mercredi en fin de matinée par le Conseil d'administration (CA), et elle a commencé à fuiter dans l'après-midi, une fois validée par l'assemblée générale, alors que tous les regards et les inquiétudes se tournaient vers le Parc des Princes et PSG-Real. Le couperet est certes tombé brutalement, mais finalement de façon assez logique pour qui connaît un peu la LFP, cette instance si particulière et ses « bonnes manières » . Cette compétition, sa « compétition phare » , lancée en 1994 par son président d'alors, Noël Le Graët, pour faire rentrer des droits TV, n'a jamais réussi à s'imposer dans le paysage footballistique tricolore. À la grosse différence de la League Cup, née en 1961, son modèle assumé, et son alibi culturel, elle n'a jamais réussi à conquérir les parts de marché et encore moins les cœurs. Les mêmes raisons qui avaient justifié son absurde existence viennent de planter les clous de son cercueil, peut-être avec autant de cynisme et de ridicule.

Une faute de goût


Le désir absolu et obstiné de la Ligue d'imposer ce « truc » à la face de la patrie de Kopa et De Gaulle, et de sa grande famille du ballon rond, y compris en demandant presque de lui sacrifier la Coupe de France, constituait le running gag le plus affligeant et parfois angoissant, chaque saison. Tout s'avéra une faute de goût dans les choix qui se succédèrent. Au-delà de ses relations détestables avec les supporters, cela démontrait juste à quel point ce petit gouvernement du foot pro avait décidé d'ignorer toute dimension culturelle de ce qui cristallisait pourtant son fond de commerce, quitte à imaginer possible de le vendre, de bazarder le foot, à l'instar de n'importe quel « produit » de consommation. Les dernières moutures proposées pour réanimer la bête, puisque personne n'avait daigné en acquérir les droits télé pour 2020-2024 (ce que le naming BKT ne pouvait compenser), soulignent cette stratégie suicidaire. Il fut même suggéré de la transformer en une sorte de « Boxing Day » , toujours pour copier la perfide Albion. Voila qui démontre cruellement une parfaite incapacité à saisir le poids d'une tradition et le rôle d'une passion dans la dimension bankable du moindre match de milieu de semaine.


Comment arriver à comprendre cette volonté d'imiter à tout prix le modèle britannique ? En feignant surtout d'en ignorer l'histoire, l'ancienneté enracinée au cœur de la société de ces nombreux clubs, quel qu'en soit la dimension ou le prestige, leur rôle structurant dans les sociabilités populaires et enfin leur répartition géographique infiniment plus significative. La League Cup fut bien créée tardivement, elle n'avait rien d'artificiel. En France, le lent accouchement du professionnalisme au sein de cette nation où l'on joue plus au foot - amateur - qu'on ne remplit les gradins des stades de D1, ont modelé un autre rapport à cette sérieuse affaire qu'est le foot. Dans ce cadre, l'imbécile rivalité que la LFP instaura parfois avec la Coupe de France, héritage de la Grande Guerre et de notre amour républicain pour l'égalité, ne pouvait jamais tourner à son avantage. Certes, les joueurs des « grands » clubs pouvaient parfois râler quand il fallait arracher à la dure une qualification à Petit-Quevilly, voire connaître une humiliation face à une formation de PH. Il n'empêche. Aucune des multiples Coupe de la Ligue remportées par le PSG n'égalera jamais le trophée de 1982 contre Saint-Étienne.

Une victoire de la culture foot ?


Enfin, phénomène récent et déterminant dans la vie sociale et culturelle du foot, les supporters et les ultras n'ont jamais adhéré, sinon occasionnellement ou par opportunisme (cela reste un titre) à cette épreuve, ses horaires, ses rivalités. Et étrangement, alors qu'elle avait trouvé un semblant d'importance l'an dernier avec la victoire de Strasbourg et l'ambiance magnifique offerte par les fans alsaciens et bretons, justement ce paradoxe prenait tout son sens. Ajoutez-y que l'absence de débouché certain en Ligue Europa la prive aussi désormais d'un réel enjeu pour les prétendants.


Nous ne sommes pas à l'abri d'un énième rebondissement bien sûr. Et le pire se situe là. La Coupe de Ligue incarnait un foot business qui ne voulait pas s’embarrasser de respecter la culture foot, quand il était pourtant si simple de s'enrichir avec. Sa disparition témoigne que désormais, une seule sentence en une petite journée, après des années d’entêtement, peut suffire à tout arrêter, pour de simples calculs alarmants. De cela aussi, il faut s'inquiéter.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié





Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE

Hier à 17:00 Viens mater PSG-OM lors d’une soirée inédite 2 salles, 2 ambiances 6
Hier à 16:03 Nike, Adidas et Puma se partagent 99% des crampons portés en Ligue 1 53
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 13:35 La Premier League illégalement streamée par 5 millions de personnes chaque année 71
Hier à 11:44 C'est quoi, TIME TO SO FOOT ? 2