Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Coucou, revoilà Nasser

Fantôme médiatique depuis que Leonardo lui a repris le rôle officieux de porte-étendard du PSG, le dirigeant parisien est revenu sur le devant de la scène en cette fin de semaine. Il lui incombera en effet de piloter le groupe de quatre présidents de club qui tentera de négocier avec Canal + le paiement d'une partie des droits TV que la chaîne cryptée doit à la Ligue. De quoi se demander si ce n'est finalement pas l'activisme du patron francilien et, in extenso, du Qatar, qui conditionnera l'avenir proche d'une Ligue 1 pressurisée comme jamais sur le plan économique.

Modififié
On ne l'attendait plus. Que fait précisément Nasser al-Khelaïfi au PSG depuis le 14 juin 2019, date du retour de Leonardo comme directeur sportif du club de la capitale ? Difficile de répondre. Non pas que le bonhomme chôme. C'est même tout le contraire. Dirigeant de Qatar Sports Investments, le fond souverain de Doha dédié au sport, vice-président de la Fédération asiatique de tennis, président de beIN Sports, désormais membre du comité exécutif de la puissante association européenne des clubs (ECA), Al-Khelaïfi ne cumule pas les mandats, il les empile. Sans surprise, on l'a moins vu, moins entendu ces derniers mois, alors que son nom trempait également dans un certain nombre d'affaires judiciaires, ce qui l'incitait peut-être aussi à planquer au chaud son distingué museau.


Un signe éventuel, aussi, que sans délaisser le PSG et la Ligue 1, il souhaitait prendre un peu plus de hauteur, notamment dans la gestion du secteur sportif du club francilien. Puis le Covid 19 est arrivé, et les emmerdes avec : Canal et beIN ont refusé de payer les droits TV qu'ils doivent à la LFP et les clubs s'en sont retournés vers le seul type qui semble capable de desserrer les cordons de la bourse des diffuseurs : Nasser al-Khelaïfi, évidemment.

Nasser les poings


Voilà désormais le dirigeant du PSG officieusement à la tête d'un groupe de quatre présidents, composé également de Jacques-Henri Eyraud, Jean-Pierre Rivère et Olivier Sadran, chargé de négocier avec Canal le paiement d'au moins une partie des droits TV que le groupe audiovisuel doit à la Ligue. À en croire une source de L'Équipe proche du boss francilien, c'est Maxime Saada, le grand manitou de Canal, qui aurait lui-même exigé la présence d'Al-Khelaïfi pour chapeauter les discussions : « C’est Saada qui a demandé à ce qu’il soit présent. Sinon, il n’y serait pas allé, même si ça fait sens que le patron d’un gros club discute avec les diffuseurs. Nasser aime davantage l’action que quand les choses ronronnent. C’est pour cela qu’il prend davantage la parole et le leadership. Il s’agace que les choses n’aillent pas plus vite et considère que les réunions avec trop de participants manquent d’efficacité. En fait, il s’inquiète de la situation. »


Jusqu'ici tout va bien ? Pas vraiment, car Nathalie Boy de la Tour, la présidente de la LFP, a logiquement pointé l'émergence d'un possible conflit d’intérêts. La chose est évidente : Nasser al-Khelaïfi est président de beIN Media Group, qui a aussi annoncé suspendre son paiement des droits TV de la Ligue 1 à la LFP. Et beIN est aussi, depuis quelques mois, en partenariat exclusif avec Canal+, qui deviendra à partir du 1er juin 2020 le distributeur exclusif de la chaîne qatarie sur toutes les plateformes en France. Autre bizarrerie, c'est bien avec la Ligue, et non pas avec le collectif de présidents désigné pour discuter avec Canal, que les chaînes ont signé les contrats en cours sur les droits TV. La constitution de ce quatuor chargé de négocier avec la chaîne cryptée dénoterait-elle une perte de contrôle des instances du football français sur le dossier ?



Ces dernières se sont manifestement résignées à refiler la patate chaude à Nasser al-Khelaïfi qui, en ces temps mouvementés, démontre que les intérêts qu'il représente sont la vraie clé de voûte économique du football national. Ajoutons que le président du PSG n'est évidemment pas le moins bien placé pour convaincre beIN de consentir à payer au moins une partie des 42 millions d'euros de droits TV que la chaîne refuse elle aussi de verser à la LFP. « Ce que Nasser va faire avec Canal +, en allant négocier avec Maxime Saada, il le fera avec beIN Sports si les autres clubs le lui demandent » , ajoute ainsi la source proche du dirigeant parisien dans L'Équipe.

L'indispensable Monsieur Nasser


La signification du schmilblick ? Difficile d'y apposer une lecture définitive, mais la crise actuelle semble comme accentuer le phénomène de concentration des pouvoirs qui caractérise désormais le football hexagonal. Président d'un club dont la domination sportive et économique est quasi hégémonique à l'échelle nationale, à la tête d'un diffuseur majeur, lui-même désormais en affaires avec Canal +, un autre ayant-droit de taille, Al-Khelaïfi et le PSG sont à la croisée des mondes et des influences. Personne ne doute que c'est aussi très largement au club francilien et à ses stars en pagaille que la Ligue 1 doit par ailleurs l'explosion des droits TV du championnat pour la période 2020-2024. Une forme de PSG dépendance, que la pagaille du moment ne risque pas d'atténuer. Difficile de jauger si la Ligue 1 s'en portera mieux ou pas à terme, mais une chose est sûre : la santé économique du football français semble plus que jamais assujettie aux décisions d'un président à l'influence tentaculaire.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE

il y a 13 minutes Les joueurs de la Liga demandent au gouvernement un délai supplémentaire avant la reprise il y a 33 minutes Papin va bien redevenir entraîneur à Chartres 2
il y a 3 heures Trois joueurs de Charlton refusent de reprendre 2 il y a 5 heures Jaume Roures rejoint Aulas et s'inquiète pour la Ligue 1 35 il y a 5 heures Le casse-tête se poursuit à Toulon entre Boudjellal et Joye 15
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 8 heures Hommages à George Floyd : la FIFA demande du bon sens 52
il y a 11 heures La collection de tirages photo So Foot de juin est dispo ! Hier à 21:30 La Serie A dévoile son calendrier 18