Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe de l'UEFA
  2. // Real Madrid-Atlético (2-4)

Costa à l’amiable

Diego Costa a passé sa soirée à prendre des beignes et à en remettre. Mais au milieu de tout ça, le bonhomme a surtout offert un trophée à l’Atlético de Madrid en faisant tomber le Real dans son propre piège.

Modififié
On l’avait laissé à un petit millier de kilomètres de là, sur la pelouse du stade Lujniki, désemparé et goguenard comme le reste de la Roja après une élimination au bout d’une séance de tirs au but remportée par le pays organisateur. Lors de ce huitième, rares ont été ses occasions de faire pencher la balance. Lui le grand gaillard qui avait jusqu'alors réussi à tirer son épingle du jeu dans ce Mondial (avec trois réalisations) n’avait plus qu’à se coltiner les larmes de crocodile de Sergio Ramos. Un mois et demi plus tard, c’est à Tallinn pour une Supercoupe de l’UEFA que Diego Costa faisait ses retrouvailles avec son capitaine en sélection.


Et c’est peu dire que les souvenirs de vacances ont rapidement été rangés au placard pour laisser place aux affaires courantes. Au bout de quarante-neuf secondes de jeu, la pointe des Colchoneros remporte son duel de la tête avec son vis-à-vis, le contourne et place une accélération à faire pâlir Raphaël Varane. Tout champion du monde que l'on est, on réfléchit à deux fois avant de se mettre sur la route du bus Costa. Au bout de l'action, pas de carambolage. Si ce n’est pour le ballon qui est venu s’écraser dans le petit filet opposé d’un Keylor Navas n’ayant eu le temps de fermer son premier poteau. Difficile de faire plus direct comme entrée en matière. Une manière d’envoyer valser les principes du jeu à l’espagnole, et sa possession à outrance qui l’a mené à sa perte. Dans un pays qui pense pouvoir se passer d'un 9, Diego, lui, ne tourne pas autour du pot.

Dégâts Costatéraux


Alors qu’il a déboulé au plus haut niveau comme un chien dans un jeu de quille il y a bientôt huit ans, l’Hispano-Brésilien semble encore ne pas avoir été complètement cerné par ses adversaires. Ceux-là-mêmes qui encore aujourd'hui cherchent à pousser à bout un type réputé sanguin et incontrôlable, à lui envoyer des piques pour que le taureau voit rouge. Cela a marché un temps, c’est sûr. Sauf que Diego Costa a réussi à faire de cette faiblesse une force. Un principe de base du judo, activité qu'il adore pratiquer avec Sergio Ramos et ses coéquipiers. Ce mercredi, le Merengue a bien essayé de provoquer le Matelassier, en témoigne son coude décollé dans un duel aérien. La réaction n'a pas tardé à venir, Costa laissant traîner la semelle un peu plus tard. Mais pendant que les Blancs s'acharnaient à le déstabiliser, c'est finalement le Real qui a vacillé. Car c'est encore ce même Costa qui était présent dans la surface pour convertir une offrande de l'entrant Ángel Correa et ainsi obliger ses voisins à prolonger les débats (2-2, 79e), avant de participer au coup de grâce en amenant le but de Koke (2-4, 104e).


À moins que la prestation du soir, à mettre en perspective avec celles réalisées depuis son retour à Madrid depuis janvier dernier, ne soit la preuve que Diego Costa n'avait pas fini de grandir et a élargi sa palette depuis son retour d'Angleterre. Plus que le déménageur qu'on a l'habitude de dépeindre, l'attaquant a laissé entrevoir d'autres qualités, plus fines. À Tallinn, les déviations étaient malines (même si Antoine Griezmann n'était pas dans le coup pour en profiter), les appels étaient lancés dans le bon timing, la protection de balle et la temporisation étaient impeccables et son activité au pressing a dû plaire à Diego Simeone depuis sa tribune. La panoplie parfaite de l'attaquant, tel que l'imagine le Cholo, et qui lui permet d'incarner à lui seul le jeu que son entraîneur prône : austère et bagarreur au premier regard, mais offrant en réalité bien plus de nuances qu'il n'y paraît. Alors si en plus, il se met à gagner des trophées aux dépens de son voisin...

Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

L'Atlético décroche la Supercoupe de Madrid




Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5