Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Copa Libertadores

Copa Libertadores : mais ils sont où les Brésiliens?

Alerte sur le football sud-américain, les Brésiliens ont tous disparu des radars de la Copa Libertadores. Pour la première fois depuis 23 ans, le Brésil n'aura aucun représentant en demi-finale de la plus prestigieuse des compétitions d'Amérique du Sud. La faute, en grande partie, aux petits préférés du pape et de Viggo Mortensen : San Lorenzo de Almagro.

Cette 55e édition de la Copa Libertadores, coupée en plein élan par le Mondial brésilien, réserve jusqu'à présent à ses spectateurs quelques drôles de surprises. Côté uruguayen, pas de Nacional ni de Peñarol, sortis (lamentablement) dès le premier tour, mais un beau Defensor Sporting qualifié pour la première fois de son histoire pour les demi-finales. Les gars de Montevideo y retrouveront les Paraguayens du Club Nacional, eux aussi puceaux à ce niveau-là de la compétition. Du nouveau, encore, avec les Boliviens de Bolivar, qui se mesureront pour une place en finale aux Argentins de San Lorenzo, le seul des cinq grands d'Argentine (Boca, River, Independiente et Racing) à n'avoir jamais soulevé la coupe. Conclusion : pour la première fois depuis 23 ans, il n'y aura pas d'équipe brésilienne en demi-finale de la compétition la plus relevée d'Amérique du Sud.

San Lorenzo, le reponsable numéro un

Il faut en effet remonter à 1991 pour trouver pareille déconvenue. Sauf qu'à cette époque, les dix pays de la zone ne présentaient que deux équipes en Copa Libertadores. Cette année, les Brésiliens étaient six : Cruzeiro, Atlético Mineiro, Botafogo, Flamengo, Atlético Paranaense et Grêmio. Un record. Parmi ces lascars, les deux faiblards sont tombés d'entrée, sans grande surprise : l'Atlético Paranaense de l'éphémère revenant Adriano, et Flamengo, presque là par hasard (vainqueur de la Coupe du Brésil et sauvé à la dernière journée du dernier championnat). Le tenant du titre, l'Atlético Mineiro d'un Ronnie pas au top physiquement, s'est lui fait taper en huitièmes par les Colombiens de l'Atlético Nacional. Quant aux trois autres, ils sont tous tombés sous les assauts du solide et séduisant San Lorenzo, dont cette Libertadores est le grand objectif (cf Viggo Mortensen au festival de Cannes). Les coéquipiers d'Angel Correa (la pépite de Rosario, sur le point de rejoindre l'Atlético Madrid), miraculés en phase de poules, ont sorti coup sur coup Grêmio et Cruzeiro, probablement les deux plus beaux effectifs de la compétition.

Plus de deux décennies de domination


Poids lourd historique du foot sud-américain avec ses voisins argentin et uruguayen, le Brésil a creusé l'écart depuis les 90's. Seuls Boca Juniors et ses quatre titres dans les années 2000 lui ont fait un peu d'ombre. Car pour le reste, c'est un massacre : les Brésiliens ont remporté les quatre dernières Copa Libertadores, ont disputé 19 des 22 dernières finales, ils sont les seuls à avoir eu droit à des finales « nationales » (São Paulo-Atlético Paranaense en 2005, São Paulo-Internacional en 2006) et ont même dépassé l'Argentine l'année dernière dans le nombre d'équipes envoyées en finale (32) depuis la création de la Libertadores, en 1960. Alors, la Bérézina de 2014 a-t-elle de quoi inquièter le Brésil, à l'heure de la Coupe du monde à la maison ? Pas vraiment. Dans les 23 de Scolari, on ne trouve que quatre « locaux » (Jefferson, Victor, Jô, Fred), dont deux gardiens de but. Fred, le seul titulaire de la bande, n'a d'ailleurs pas disputé cette Libertadores. Quant à l'avenir, pas de quoi s'alarmer non plus. Le football brésilien est, de loin, économiquement le plus puissant de la zone. L'échec de cette édition ressemble simplement à un bel accident de parcours. Ou à la malchance d'avoir croisé San Lorenzo et son pape protecteur.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 48 minutes Entraineurs de Premier League : une stabilité inédite il y a 55 minutes René Girard à Casablanca, c'est déjà fini
il y a 1 heure Venez regarder un match chez So Foot ! 9 il y a 1 heure Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 15

Le Kiosque SO PRESS

il y a 5 heures Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien 40
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible