Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options

Conte à l'Inter, fausse bonne idée ou trouvaille de l'année ?

Sans club depuis son licenciement par Chelsea en juin dernier, Antonio Conte serait en négociations avancées avec l'Inter, pour s’asseoir sur le banc du club lombard la saison prochaine. Voilà qui constituerait un mariage audacieux, entre un homme toujours strictement labellisé Juventus et des Nerazzurri qui veulent s'affirmer comme le premier rival de la Vieille Dame dans les années à venir.

Modififié
Il y a d'abord ce chiffre, dix, qui ferait actuellement cogiter la direction interista. Dix, comme le montant net, en millions de dollars (environ 9 millions d'euros), que réclamerait Antonio Conte en guise de salaire, pour poser ses valises du côté de Milan. L'Inter, propriété du groupe Suning, dont le chiffre d'affaires dépasse les 50 milliards d'euros, n'est précisément pas un club dans le besoin, mais l'appétit de l'ancien gourou de la Juve n'en reste pas moins conséquent. Alors, l'Inter doit-elle franchir le pas pour offrir un pont d'or à l'ex-manager de Chelsea ? Voilà une drôle de question qui risque d'obséder dans les prochains jours, voire semaines, les tifosi nerazzurri.

Des chiffres et du fric


Quelques chiffres pour débuter. Si Conte signe pour deux saisons à l'Inter comme l'avance la Gazzetta dello Sport, il en coûterait un total de 60 millions de dollars brut au club lombard. Le Mister toucherait de fait 17,5 millions de dollars brut de salaire, pour une rémunération nette de 10 millions de dollars, loin devant Massimiliano Allegri, coach actuellement le mieux rémunéré en Italie avec sept millions de dollars de salaire annuel. Voilà qui est déjà énorme, alors que l'Inter débourserait 35 briques nettes sur deux saisons, pour le seul salaire de son nouveau coach super star. Mais ce n'est pas tout : l'Inter devra aussi verser des indemnités de licenciement à son entraîneur actuel, Luciano Spalletti, dont le contrat le lie en principe avec les Nerazzurri jusqu'en 2021. Bilan évalué de l'opération : 25 millions de dollars. Les zéro défilent, et si le club lombard se décidait à sortir le portefeuille pour attirer Conte, il faudrait nécessairement que les réussites suivent sur le plan sportif.


L'Inter à la croisée des chemins


Justement, sportivement, l'Inter est actuellement dans un entre-deux délicat. Cette saison a accouché de son lot de satisfactions : les Interisti, troisièmes de Serie A, sont bien lancés pour attraper pour la seconde année consécutive une qualification en Ligue des champions, signe qu'après des années de galère, les Lombards retrouvent enfin les hautes sphères de la Serie A. Mais elle a aussi été source de déceptions, à l'image de l'élimination des Nerazzurri en phase de poules de C1, ensuite suivie d'une sortie de route en C3 face à Francfort.


Surtout, elle a démontré que l'Inter restait un club à la gestion parfois approximative : Radja Nainggolan, recrue star du mercato estival, est le fantôme du joueur qu'il était à la Roma et s'est vu sanctionner pour raisons disciplinaires fin décembre. Mauro Icardi, dont la prolongation de contrat se fait toujours attendre, a lui retourné le vestiaire contre lui en entamant un conflit féroce avec sa direction, qui ne semble avoir pris fin que récemment. S'ajoute à tout cela le plan de jeu encore brumeux de Spalletti, qui a su refaire de l'Inter une formation aux bases solides (deuxième défense de Serie A derrière la Juve), mais sans grand éclat sur le plan offensif.

Le grand défi


Dans cette optique, l'arrivée de Conte pourrait bien contribuer à faire passer un nouveau palier à cette Inter, qui semble encore trop frêle pour assumer un bras de fer avec la Juventus, dont l'hégémonie sur la Serie A n'excite plus grand monde à part les tifosi piémontais. Personne n'a oublié que Conte avait fait d'une des Nazionale les plus faibles de l'histoire, celle de l'Euro 2016, l'une des formations les plus enthousiasmantes de la compétition, notamment en s'appuyant sur un 3-5-2 en béton armé et un bloc équipe au fonctionnement millimétré.



Conte, par ailleurs réputé pour ne travailler que dans un cadre taillé à sa mesure, retrouverait aussi en Lombardie son directeur sportif préféré, Giuseppe Marotta. Un vieux compère avec qui il avait refait de la Juve un mastodonte de la Serie A au début des années 2010, en empilant les coups de génie sur le marché des transferts. Un directeur sportif qui semble aussi savoir toujours tirer les bonnes ficelles, en atteste la signature annoncée de Diego Godín à l'Inter, alors que l'Uruguayen est en fin de contrat à l'Atlético de Madrid en juin prochain.


Reste un dernier obstacle, et pas des moindres : Conte, c'est d'abord et surtout 13 saisons comme joueur avec la Juventus, cinq Scudetti, une C1 et une C3 remportés avec les Juventini, le tout gratiné de trois autres Scudetti glanés comme entraîneur des Bianconeri. En bref, un des hommes les plus emblématiques de l'histoire de la Vieille Dame, ni plus ni moins. Nul doute que les tifosi interisti, qui ont fait de la Juve leur ennemi intime, ne se priveraient pas de mitrailler leur nouvel entraîneur à la moindre déception sportive. Même si, Conte, lui, ne fait pas de fixette sur son passé juventino. En 2013, interrogé sur la possibilité d’entraîner dans le futur un des deux clubs de Milan, il déclarait : « Il ne faut jamais dire jamais. Si je devais entraîner le Milan ou l'Inter, je deviendrais leur fan numéro un, comme je l'ai fait quand je suis passé sur le bancs d'Arezzo, Sienne, l'Atalanta et Bari. Je suis avant tout un professionnel.  » Un professionnel pour qui refaire de l'Inter un grand d'Italie et d'Europe pourrait bien constituer un formidable défi.

Par Adrien Candau Tous propos issus de la Gazzetta dello Sport.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi

il y a 2 heures Viens mater PSG-OM lors d’une soirée inédite 2 salles, 2 ambiances 4
il y a 3 heures Nike, Adidas et Puma se partagent 99% des crampons portés en Ligue 1 26
il y a 5 heures La Premier League illégalement streamée par 5 millions de personnes chaque année 64
Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 7 heures C'est quoi, TIME TO SO FOOT ? 2 il y a 8 heures Les U18 d'Ingré tabassés après un match de Coupe Gambardella 42