Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 21e journée
  3. // Real Madrid/Grenade

Comment Luka Modric a pris le pouvoir au Real

Décrié l'an dernier, Luka Modrić fait l'unanimité cette année. Un changement de statut qui doit beaucoup à l'arrivée de Carlo Ancelotti au Real Madrid et au départ de Mesut Özil. Mais avant tout, c'est son talent et son attitude irréprochable qui lui ont fait prendre le contrôle du jeu merengue.

Modififié
La carrière madrilène de Luka Modrić a débuté le 5 mars 2013. À Old Trafford, il trépigne sur le banc de touche. Comme d'habitude. À la 59e minute, José Mourinho fait appel à lui : malgré une fraîche supériorité numérique, le Real est pour le moment éliminé (1-0 pour MU). Il court, il dribble, il sue et il frappe. Une frappe merveilleuse de spontanéité qui se loge dans le petit filet de De Gea. Dans la foulée, Cristiano Ronaldo inscrira le but d'une qualification qui n'aurait pu être effective sans l'entrée du Croate. Ses 37 minutes passées sous la pluie mancunienne changeront son destin du tout au tout. De flop à 40 millions d'euros, Luka Modrić devient le sauveur de la patrie madrilène. De remplaçant de luxe, il se mue en l'espace de quelques mois en métronome du jeu merengue. Ce changement de statut, il le doit autant à Carlo Ancelotti, nouveau gourou du Real, qu'à un talent intact. Depuis le début de saison, Luka Modrić est la pierre angulaire du système de Carlito. Celui qui dicte le tempo, fait des différences, distille des caviars et comble les trous : du football champagne importé des Balkans.

Özil gênant, Pirlo 2.0

Cette adaptation tardive devait beaucoup à Mesut Özil. Indiscutable dans le XI madrilène, l'Allemand jouissait d'une certaine liberté sur le pré. De fait, lorsque les deux hommes étaient alignés, ils se marchaient dessus. Proche de la caricature, cette situation s'est répétée à maintes reprises. De quoi exaspérer le Santiago Bernabéu et une presse qui n'a pas tardé à parler de flop. Plutôt qu'un titulaire en puissance, il devient une motivation supplémentaire pour Özil : « L'arrivée de Modrić va bousculer Özil » , espérait-on dans les arcanes du Santiago Bernabéu, dixit Marca. À plus de 40 millions d'euros, la carotte est chère. D'autant plus que le milieu de José Mourinho ne réserve pas de place à Luka. Derrière le quatuor offensif, la paire Khedira-Xabi Alonso est intouchable. Modrić sert donc à boucher les trous, à pallier une blessure ou à jouer les matchs de moindre importance. Son but mancunien va changer la donne, l'ambiance dans le vestiaire merengue également. Le climat délétère entre Mourinho et son escouade va profiter au Croate. En fin de saison, il affiche 53 apparitions sous la liquette madrilène.

À nouvelle saison, nouvel entraîneur. Et nouvel objectif, donc. Dès son arrivée, Carlo entend proposer « un jeu attractif » . Modrić saisit la balle au bond. Lors de la pré-saison américaine, il marque des points et étonne la nébuleuse du Nord de la capitale. La presse découvre le Modrić de Tottenham : « S'il y a quelque chose à souligner dans cette pré-saison du Real, c'est la vitesse et l'agilité avec laquelle Modrić projette le ballon vers l'avant avec des caresses à une ou deux touches de balle » , selon El País. Mieux physiquement et mentalement, Modrić prend de l'épaisseur aux yeux d'Ancelotti. Carlito s'essaye donc à faire du Croate son « Pirlo 2.0 » . Autrement dit, il va le faire reculer d'un cran. Conséquence, Khedira saute du onze, Illarramendi accompagnant Modrić au cœur du jeu – en attendant le retour de blessure de Xabi Alonso. Les débuts sont prometteurs. Moins proche du front de l'attaque, il profite de sa technique et d'un pressing moins intense pour faire des différences. Souvent, un décalage en découle. Du pain béni pour les flèches madrilènes.

Comme un air d'Iniesta merengue


Le départ en fin de mercato du Némo local ne va finalement rien changer. En concurrence l'an dernier, ils ne l'étaient plus suite au repositionnement de l'intéressé. La grave blessure de Khedira ne va que renforcer son importance. Ainsi, depuis le début de saison, Modrić est le quatrième joueur le plus utilisé de l'effectif derrière les intouchables Diego López, Cristiano Ronaldo et Karim Benzema. Un cercle dont il fait désormais partie. Pourquoi ? Parce qu'il rayonne. Sa justesse technique et sa vision du jeu en font l'un des chouchous du Bernabéu qui s'extasie devant ses sucreries. Dans sa gestuelle, il rappelle un certain Andrés Iniesta. Depuis le retour aux affaires de Xabi Alonso, il a pris une nouvelle dimension. Grâce à la science de son comparse basque, Luka Modrić n'est plus au four et au moulin. Il est au four ou au moulin. Leur complémentarité permet au Real de trouver un juste équilibre. Rien de surprenant si, depuis décembre, le fonds de jeu est enfin au rendez-vous. Plus porté vers l'avant, il se permet quelques envolées offensives. Comme cette caresse face à Copenhague. Football plaisir.

Vidéo


Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 14

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 75
À lire ensuite
Metz tombe, Caen se replace