Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG/Gazélec Ajaccio

Comment le Gazélec peut-il battre le PSG ?

Pour le deuxième match de son histoire dans l'élite, le Gazélec affronte l'ogre parisien, dans un duel des plus déséquilibrés. Perdu d'avance ? Pas si sûr que ça. Voici même quelques conseils pour glaner une victoire surprise.

Modififié
  • Jouer à 9 contre 11

    En novembre 2012, alors que le PSG est récemment entré dans une nouvelle dimension avec les arrivées de Zlatan, Silva et Lavezzi, Rennes avait réussi à créer la surprise en s'imposant au Parc des Princes, sur le score de 2-1. Et à neuf contre onze, qui plus est. Déstabilisés par le fait de n'avoir que neuf adversaires à humilier, les Parisiens ont trébuché, voyant toutes leurs tentatives renvoyées par le portier rennais. Enfin, les deux. Costil ayant été expulsé après 25 minutes de jeu, c'est Cheick N'Diaye qui a pris le relais par la suite. Voilà peut-être une solution pour le Gaz' qui peut donc espérer un résultat en jouant en infériorité numérique. Le tout est de bien respecter le timing : une expulsion par mi-temps. Deux expulsions auxquelles il faut ajouter un but sur coup franc et une équipe qui termine le match à neuf derrière, sur la ligne de but. Peu importe la manière, l'important, c'est de gagner, comme le dit si bien José.


  • Organiser un combat de free fight entre les deux capitaines

    On va pas se mentir, sur la pelouse, les choses risquent d'être compliquées pour un Gazélec qui dispute sa toute première saison dans l'élite. Face aux stars parisiennes, les Corses n'ont que très peu de chances de l'emporter. Au foot, du moins. Car pour maximiser ses chances, le Gaz peut en effet proposer un duel à la loyale entre les deux capitaines. Rodéric Filippi et Thiago Silva dans une cage, en short, gants aux poings. Cinq rounds durant. Et à ce jeu-là, la donne est clairement inversée. Le roc d'Ajaccio n'aurait sans doute pas besoin d'aller jusqu'au cinquième round pour venir à bout du Brésilien, lequel terminerait le combat K.O., après une bonne rafale de phalanges. Avant de fondre en larmes, bien sûr. La prochaine fois, ils enverront Verratti.


  • Parce que les Parisiens ont deux bras et deux jambes, après tout

    Tous les départements ont une équipe qui a bâti sa légende au fil des années. Une équipe redoutable où seuls les meilleurs de la région ont le droit d'évoluer. Et bah cette équipe, deux fois par an, vous la rencontriez, vous, avec votre petit club beaucoup moins glorieux. Toujours avec de l'appréhension. De la peur, même. Une peur que décelait à chaque fois Jérôme, votre coach. Et c'est pourquoi, dans les vestiaires, pour redonner de l'espoir à ses troupes aux mines défaitistes, Jérôme se laissait aller à un discours des plus motivateurs, ponctué par cette phrase cultissime du foot amateur : « Les gars, n'oubliez pas, ils ont deux bras et deux jambes, comme vous. » Une tirade que n'aurait pas renié Mel Gibson dans Braveheart. Bref, du très lourd. Voilà donc comment Thierry Laurey pourrait motiver ses hommes ce soir, dans les vestiaires du Parc des Princes. Transformer en une simple phrase onze hommes en onze guerriers, prêts à l'exploit. Même si, on ne va pas se raconter de conneries, vous preniez toujours la même branlée au final.


  • Demander à Aulas sur quoi porter réclamation

    Il n'y a aucune honte à avoir. Lorsque l'on n'est pas en mesure de s'imposer loyalement, il faut trouver une solution moins glorieuse. Plus mesquine. Il faut être prêt à tout, quoi. Et pour ça, la personne à consulter est évidemment Jean-Michel Aulas. En cas de défaite ce dimanche soir, à Paris, le président du Gazélec, Olivier Miniconi n'aura qu'à appeler Jean-Mi pour lui demander conseil. En gentleman qu'il est, le président de l'OL ne se refusera pas à livrer quelques précieuses astuces pour porter réclamation. Et si aucun joueur parisien n'a vu sa suspension levée au dernier moment, ce n'est pas grave, il existe plein d'autres choses : un parking pas aux normes, un problème d'eau froide dans les vestiaires, pas de réseau dans les tribunes. Peu importe, Jean-Mi trouvera toujours quelque chose en fouillant dans son petit carnet spécial « réclamation » .


  • Faire croire qu'il s'agit d'un match de Coupe de France

    De toutes les compétitions, la Coupe de France est sûrement celle qui réserve le plus de surprises. Chaque année, c'est la même chose, un petit poucet sort de nulle part pour s'offrir deux-trois exploits et quelques instants de gloire. Les grosses écuries de Ligue 1 sont d'ailleurs pratiquement toutes tombées au moins une fois face une équipe d'amateurs. Et si elle était là, la chance du Gazélec ? Se pointer au Parc en faisant croire qu'il s'agit du premier tour de la coupe nationale. Paralysés à l'idée de sortir si rapidement, les Parisiens vont sans doute déjouer, laissant la possibilité aux Corses de s'offrir une petite victoire à l'arrachée, au bout du temps additionnel, sur un bon vieux coup de pied arrêté des familles. Même si, derrière, il reste quand même 36 matchs pour aller bout.



    Par Gaspard Manet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    il y a 7 heures Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4 il y a 8 heures Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 27

    Le Kiosque SO PRESS

    il y a 11 heures Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 29
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
    il y a 12 heures Christian Vieri derrière les platines 23