Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lorient-Marseille

Comment JUL a ruiné la saison de l'OM

À dix journées de la fin, l'OM est 14e de Ligue 1. Inattendue, scandaleuse, triste, les adjectifs pour qualifier la saison des Marseillais ne manquent pas. En revanche, la cause semble évidente.

Modififié
8 août 2015, la Ligue 1 reprend du service, et Marseille accueille Caen, au Vélodrome. Marcelo Bielsa est encore là, le cul posé sur sa glacière. Mais plus pour très longtemps. À l'issue de la défaite du jour, le technicien argentin quitte la Canebière, la faute à un désaccord avec son président, et surtout à cause de la bêtise d'un club qui n'a pas su garder son meilleur élément. Un autre arrive, les résultats ne sont pas constants. Les semaines défilent et à Marseille, chacun a trouvé son bouc émissaire. Pour certains, il s'appelle Michel, pour d'autres c'est De Ceglie. Mais le vrai coupable est peut-être sous les yeux de tout le monde. De toute la ville, de toute la France, sans que personne ne s'en aperçoive. Officiellement, il ne fait pas vraiment partie du club, mais officieusement, il est un des piliers du vestiaire. Lui, c'est JUL. Le rappeur originaire de Marseille casse tout sur son passage. Les ventes, surtout, mais aussi les oreilles des Olympiens. Il les suit partout, tout le temps. Même chez eux, ils ne le quittent pas des oreilles, à tel point que le chanteur décoré de trois disques de platine a attiré toute l'attention.


Tu fais le signe JUL ? Mercé


En championnat, l'OM n'a plus gagné au Vélodrome depuis septembre 2015. Et de cette dernière victoire au Vélodrome, on retient la correction infligée au SC Bastia (4-1), mais aussi la célébration de Benjamin Mendy après son but. Le latéral gauche court vers la caméra et claque un signe JUL. Oui, le fameux signe que le rappeur reproduit partout, tout le temps. Très simple à tenter. Les deux mains collées en position « flingue » , à la verticale, canon vers le haut. Quelque temps plus tard, c'est au tour de Cabella d'afficher son addiction. À Rennes, en décembre, il marque et court, comme Mendy, fêter son but devant la caméra. Sauf que l'ancien de Newcastle fait plus original et invite son pote Alessandrini à faire le fameux signe à deux, pour deux fois plus de puissance. Le virus continue de se propager, et les joueurs de l'Olympique de Marseille sont de plus en plus proches du rappeur. À tel point qu'après une apparition furtive dans un de ses clips il y a quelques mois, Rémy Cabella est de nouveau aperçu dans une vidéo Snapchat, en train de fêter l'anniversaire de JUL en janvier dernier. Aujourd'hui, plus qu'un effet de mode, il fait complètement partie du quotidien de l'OM. Quand ce n'est pas Cabella ou Mendy, ce sont Batshuayi et Alessandrini qui font la communication. Sur son compte Twitter, l'attaquant belge a repris les paroles de JUL à plusieurs reprises. Et plus récemment, Romain Alessandrini s'est teint le casque d'un blond platine, comme son chanteur favori avait pu le faire il y a de ça quelques mois. Comme une coïncidence.


TOUT D'ABORD MERCI À TOUS CEUX QUI ME SOUTIENNENT ET QUI CROIENT EN MOI !!! APRES CE LONG MOMENT D'ABSENCE JE VOUS...

Posted by JUL (saint Jean La Puenta) on Thursday, October 1, 2015

Benjamin « Mendé »


Toute cette « hype » aurait pu être drôle, si seulement l'OM avait des résultats à la hauteur de son standing. Sauf qu'à l'heure actuelle, il est 14e, coincé au beau milieu du ventre mou de la Ligue 1. Si JUL a ruiné la saison de Marseille, c'est malgré lui. Victime de son succès, ses compositions se glissent dans le quotidien des Marseillais, entre deux selfies postés sur Instagram, et une teinture de cheveux. Forcément, ça ne laisse plus beaucoup de place pour l'entraînement. Pourtant, pour d'autres, le combo JUL-football fonctionne à merveille. À Leicester, Riyad Mahrez en est l'exemple type, puisque le milieu apparaît sur les vidéos du rappeur, fait son signe en match, mais ça ne l'empêche pas de marquer, ni de mettre des passes du futur à ses coéquipiers. En quelques mois, JUL est devenu incontournable à Marseille, jusqu'à faire partie de la famille OM. Mais s'il en est là à ce jour, c'est en grande partie grâce à - ou à cause de - son featuring avec Benjamin Mendy. En octobre 2015, le morceau Mais qu'est-ce qui se passe est relayé par le rappeur. Pendant toute la durée du son, le latéral de l'OM backe en disant « Mercé » , une autre manière de dire merci. Résultat ? Un carton à plus de 11 millions de vues sur Youtube : « Un jour, vers 2h du matin, il m’a dit : "Qu’est-ce que tu fais ?", explique JUL dans une interview accordée à Noisey. J’ai dit : "Rien, passe à la maison si tu veux." J’ai fait une instru, il est venu, on s’est chauffés, je chantais, lui aussi, je lui ai dit : "Viens au micro." Normal. On se prend pas la tête. » Eh bien à dix journées de la fin, il va falloir commencer à se la prendre.

Par Benjamin Asseraf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 27 minutes Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 24 il y a 3 heures Wenger est prêt à retrouver du boulot « à partir du 1er janvier 2019 » 18
Hier à 17:53 Action commune et grève des chants dans les stades de Ligue 1 ce week-end 42
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 16:34 Tuto Panini Adrenalyn XL : les points 14 Hier à 16:06 La boulette d'Ali Ahamada lors de Comores-Maroc 25
À lire ensuite
Wolfsburg était large