Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options

Comme Leicester, ils ont épaté l’Angleterre…

Leicester City vient donc de se pavaner une semaine de plus en tête de la Premier League. Passé le cap de la 30e journée, ça devient sérieux. Oui, les Foxes peuvent le faire ! En attendant de voir Claudio Ranieri le pelage teint en orange lors de l'ultime match à Stamford Bridge, retour sur ces équipes qui ont fait trembler la hiérarchie anglaise jusqu’au sprint final.

Modififié

1977-78 : Nottingham Forest


Huit titres de champion en une décennie, ça vous pose une domination sur l’Angleterre ! Dans la foulée de l’œuvre de Bill Shankly (1959-74), Liverpool FC trône sur le Royaume en ramassant au passage quatre Coupes d’Europe des clubs champions. Sauf qu’en 1977-78, un promu va rabattre la donne. Sur le banc de Forest, Brian Clough, manager charismatique et personnage haut en couleur, épaulé de son bras droit Peter Taylor. Après avoir fait des miracles à Derby County et s’être ramassé à Leeds, The Damned Utd entreprend alors le plus beau chapitre de son épatante carrière. « Je ne peux pas le remercier assez. C'était juste génial d'aller s'entraîner tous les jours. (…) On ne jouait pas bourrés, on ne buvait pas les jours de match, mais on buvait la nuit d’avant » , se marrait l’attaquant Garry Birtles, interrogé l’an passé par SO FOOT. Cette saison-là, Nottingham Forest remporte ce qui restera son unique titre national, avant d’aller conquérir ensuite deux Coupes d’Europe. True Legend.


Vidéo

1992-93 : Norwich
 City

Le championnat d’Angleterre historique est mort, vive la Premier League ! Rayé de la carte du football européen après le drame du Heysel, le football britannique entame son renouveau avec la création de cette nouvelle compétition sous l’inspiration du modèle américain. Objectif : se débarrasser du hooliganisme, créer un vrai show et devenir the place to be. Et avec huit points d’avance sur Manchester United début décembre, Norwich City semblait parfaitement lancé pour ouvrir le bal. « Nous n’avions pas peur, mais on ne réalisait pas pour autant qu’on pouvait le faire » , rembobinait il y a quelques semaines l’attaquant Chris Sutton, dans les colonnes de l'Independent. « Comme Leicester, on ne lâchait rien semaine après semaine. » Jusqu’à la réception de MU début avril. En 20 minutes, les Red Devils claquent trois pions et bouclent l’affaire. Leaders au coup d’envoi, les Canaries s’inclinent finalement 3-1, avant de se faire écrabouiller 5-1 la semaine suivante à White Hart Lane. Manchester peut s’envoler vers le sacre, Norwich échoue finalement à la 3e place derrière Aston Villa. Le meilleur bilan dans l'histoire du club, quand même.

Vidéo

1994-95 : Blackburn Rovers


Manchester United, Arsenal, Chelsea et Manchester City. Un Big Four qui se partage jusqu’à présent l’intégralité du palmarès de la Premier League… à une exception près. Blackburn Rovers. Le duo Alan Shearer/Chris Sutton en feu sur le front de l’attaque, la patte de Kenny Dalglish et Jack Walker, un actionnaire atypique, voilà la recette d’un succès inespéré face à l’ogre mancunien, et ce, même si les Rovers avaient empoché une 2e place la saison précédente. « Les gens aiment comparer Jack Walker à Roman Abramovitch, raconte Graeme Le Saux, défenseur arrivé dans le nord de l’Angleterre en 1993, dans son autobiographie, mais je ne suis pas sûr que Michael Ballack ait déjà parié un billet avec Abramovitch à qui enverra la pièce de monnaie le plus proche du mur sans le toucher ! » Ou l’histoire de la fantastique saison des hommes de Dalglish, qui ont bien cru perdre le titre à la 90e+4 minute de la dernière journée, quand Jamie Redknapp donna la victoire à Liverpool (2-1). Un coup franc magistral finalement sans conséquence, car, dans sa lutte à distance, MU ne parvient pas à arracher la victoire sur la pelouse de West Ham (1-1) et échoue à un point de Blackburn. À Anfield, la grosse poigne de King Kenny part féliciter les siens un par un.

Vidéo


1995-96 : Newcastle United

D’une légende des Reds à une autre. Après l’épopée des boys de Kenny Dalglish chez les Rovers, Kevin Keegan, jeune entraîneur des Magpies, entre dans la danse pour stopper l’hégémonie des Mancuniens (six titres de champion dans les années 90, neuf fois dans le duo de tête). Quelques années avant l’ère de Gary Speed, Alan Shearer, Laurent Robert & co, les premiers entertainers : de Rob Lee, patron du milieu de terrain au goleador Les Ferdinand, en passant par David Ginola, esthète en exil. Au début de l’année civile 1996, Newcastle compte jusqu’à 12 points d’avance sur MU ! Mais c’était sans compter sur une deuxième partie de saison monstrueuse des Red Devils (15V, 2N, 2D), à commencer par Éric Cantona, suspendu (248 jours) jusqu’en octobre 95 et décisif lors de la victoire 1-0 si précieuse à St James' Park. Symbole de la désillusion des Magpies, la déclaration mémorable de Keegan à l’issue de la victoire des siens à Leeds (0-1) lors de la 36e journée. Bouillonnant, le double K s’en prend à Sir Alex Ferguson, qui avait mis en doute la motivation des adversaires de NUFC. « Vous pouvez lui dire qu’on n’a pas lâché le titre et qu’il va devoir batailler à Middlesbrough. Et je vous le dis honnêtement, j’adorerais qu’ils se ramassent là-bas. I would love it ! » Manchester s’imposera 3-0 à Middlesbrough, et 20 ans plus tard, Newcastle n’a toujours pas dépoussiéré son armoire à trophées. Kevin qui perd.



Vidéo


Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 10 il y a 1 heure Infantino contre les matchs de Liga aux USA 11 il y a 37 minutes GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 7 Hier à 12:40 Les joueurs poussent une ambulance en panne sur le terrain au Brésil 12 Hier à 12:10 Concours FIFA 19 : Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clásico