Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 20 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Schalke 04-Manchester City (2-3)

City se sort du piège Schalke

Mené 2-1 à la mi-temps et réduit à dix à vingt minutes de la fin, Manchester City est allé remporter, à Gelsenkirchen, son huitième de finale aller aux tripes (2-3).

Modififié

Schalke 04 2-3 Manchester City

Buts : Bentaleb (39e s.p., 45e s.p.) pour Schalke 04 // Agüero (19e), Sané (85e) et Sterling (90e) pour City.

Il paraît que Schalke 04 était un vieux dauphin de Bundesliga échoué sur une plage de doutes, qu'il n'y avait rien à espérer et que la bande à Tedesco avait l'allure parfaite de la victime à dépouiller dans son salon. Peut-être parce que l'histoire avait ainsi été présentée, ces mecs-là n'étaient pas prêts à tout ça, pas préparés à se retrouver avec un but d'avance à la pause et une supériorité numérique de plus de vingt minutes à gérer face à Manchester City. Alors, on a vu Schalke mener puis trembler, espérer puis s'écrouler, tout ça à cinq minutes de la fin. Comment ? Bizarrement, mais inexorablement.

Vidéo Ga Ga


Il est debout, figé. L’horloge de la Veltins-Arena tourne, indique 21h19, mais Domenico Tedesco, lui, refuse de bouger. Cette soirée, c’est un peu la sienne : une nuit pour changer le cours d’une saison galère, où les supporters viennent davantage au stade pour hurler leur envie de voir le stade du coin changer de nom et où l’on vient s’évader d’une Bundesliga où Schalke 04 pointe à une quatorzième place sans goût. Mais voilà, le marasme est là et semble revenir sans cesse dans la tronche du jeune technicien allemand, un type né trois jours plus tard que Luka Modrić. « Pourquoi tant de haine ? » , semble-t-il se demander dans sa zone technique alors que Ralf Fährmann se retrouve avec une remise de Bruma à négocier. La suite est une relance foireuse du portier local, qui laisse Salif Sané dans la tempête et voit David Silva surgir : Agüero est à l’arrivée, cruel et logique. Logique au regard du début de match maîtrisé de la bande de Guardiola. Logique quand on sait que Fährmann a déjà sauvé une tête de l’attaquant argentin et capté facilement un pétard lointain de Kevin De Bruyne. Mais la logique n’a pas forcément les honneurs d’un huitième de finale de C1. Résultat, après un frisson offert par un enroulé de Mark Uth, le bordel s’est invité à Gelsenkirchen : en vingt minutes, Schalke 04 a retourné l’affaire grâce à deux penaltys, dont un validé après deux minutes de débat bizarroïde, transformés par Nabil Bentaleb. De quoi détendre Tedesco, pour de bon.

Et d'un coup, Sané


Fâché, Raheem Sterling montre les dents au retour des vestiaires, alors que David Silva reprend en douceur les platines de la soirée. Une soirée que Sergio Agüero veut faire sienne, ce à quoi son ancien coéquipier Matija Nastasić s'oppose avec délice avant de voir la gâchette argentine rater le cadre. La seconde période est surtout un tableau où les vagues anglaises viennent se fracasser sur un mur bleu et d'où Bernardo Silva peine à sortir la tête quelques heures après avoir reçu des roses des mains de Pep Guardiola. C'est tout ? Trop simple : à vingt minutes de la fin, Nicolás Otamendi se laisse déborder par Burgstaller, ramasse son deuxième jaune du jour et laisse Guardiola face à une situation imprévisible. Manchester City est dans un labyrinthe, où De Bruyne et Bernardo Silva se montrent incapables de trouver l'issue et autour duquel Tedesco tourne comme un vautour. Comment s'en sortir ? Par un éclair pour l'histoire, tiré du pied gauche d'un gosse du pays, lancé dans le bruit à douze minutes de la fin par Pep Guardiola. Qui ? Leroy Sané, évidemment, auteur d'un coup franc somptueux sur les dernières notes de la soirée. Sur un tremplin, City décolle et Sterling file battre Fährmann dans la foulée au bout d'un dégagement d'Ederson mal géré par Oczipka. City a été secoué, mais City est miraculé.


Schalke 04 (5-3-2) : Fährmann - Caligiuri, Bruma, Sané, Nastasić, Oczipka - Serdar, Bentaleb, McKennie (Skrzybski, 78e) - Uth (Harit, 88e), Mendyl (Burgstaller, 65e). Entraîneur : Domenico Tedesco.


Manchester City (4-3-3) : Ederson - Walker, Fernandinho, Otamendi, Laporte - Gündoğan, De Bruyne (Zincheko, 87e), D. Silva (Kompany, 70e) - B. Silva, Agüero (Sané, 78e), Sterling. Entraîneur : Pep Guardiola.


  • Résultats et classement de la Ligue des champions

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
    À lire ensuite
    Lainez, le divin enfant