Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Finale
  3. // Eintracht-Rangers

Cinq choses à savoir sur James Tavernier

Capitaine des Rangers, James Tavernier s'est imposé comme l'un des hommes de base du club depuis son arrivée, à l'été 2015. Latéral de métier, l'Anglais et son profil ultra-offensif trônent pourtant en tête du classement des buteurs de la Ligue Europa à l'approche de la finale. Un trophée que le bonhomme de 30 ans au parcours des plus sinueux se verrait bien soulever avec son club d'adoption, quatorze ans après la dernière finale européenne des Gers.

  • Il connaît le Royaume-Uni comme sa poche

  • Leeds, Newcastle, Gateshead, Carlisle United, Sheffield Wednesday, MK Dons, Shrewsbury, Rotherham, Wigan, Bristol City... En à peine cinq ans, James Tavernier a traversé l'Angleterre du nord au sud, de la League One à la cinquième division, en passant par quelques maigres apparitions en Premier League avec les Magpies, son club formateur. Mais partout où il passe, la confiance n'est guère au rendez-vous. Le globe-trotter né à Bradford a connu tous les étages du football anglais, avant de s'exiler chez les Rangers en 2015. L'explosion. Là encore, il doit en passer par la deuxième division – où naviguent encore les Gers lors de son arrivée – avant de s'épanouir pleinement à l'étage supérieur. Sédentarisé dans la deuxième ville du Royaume-Uni depuis sept longues saisons, le bonhomme a enfin trouvé une deuxième maison.


  • Il pourrait égaler Ronald Koeman

  • Sept buts en treize matchs : comme à son habitude, James a fait tombr la foudre depuis le début de cette Ligue Europa. Dortmund, l’Étoile rouge, Braga et Leipzig : tout le monde y est passé depuis le début de la phase éliminatoire. Une réussite qui le place en tête du classement des buteurs de la compétition avant la finale, avec 7 buts. Le dernier défenseur à avoir été sacré meilleur buteur d'une compétition européenne ? Ronald Koeman et ses huit pions lors de la C1 1993-1994.


    Depuis qu'il a débarqué à Glasgow, « Tav » s'est mué en une machine à stats (345 matchs, 83 buts, 107 passes décisives) qui ne s'est que rarement grippée depuis son premier coup franc réussi pour ses débuts contre Hibernian. Des chiffres impressionnants, même s'il convient de préciser qu'il est le tireur de penalty de l'équipe. « Le meilleur compliment que je puisse lui faire est qu'il pourrait jouer pour Liverpool si Alexander-Arnold était absent. Il pourrait aussi avoir sa place dans l'équipe de Manchester City. Il conviendrait aux deux » , disait d'ailleurs de lui Steve Evans, son entraîneur à Rotherham en 2013-2014, pour la BBC.


  • Il a évidemment sa chanson à Ibrox Park

  • Et spoiler, elle ne porte pas sur ses qualités défensives. « He’s James Tavernier / He makes defenders fear / Running down the wing / Hear the Rangers sing... » (C'est James Tavernier / Il fait peur aux défenseurs / Il court sur l'aile / Écoutez les Rangers chanter... en VF). Une illustration du symbole qu'est devenu le joueur en sept saisons, lui qui est arrivé dans un club en pleine reconstruction avant de participer à la remontée en première division, puis au titre de champion d’Écosse, la saison dernière. Une année bouclée avec 17 caramels, 20 passes décisives, un titre de joueur de l'année et un brassard noué autour du bras par Steven Gerrard.



    « Certains diront que je fais partie des meubles, confiait-il cette semaine dans une interview à Sky Sports. Gagner la Ligue Europa comme capitaine ? Cela me placerait parmi les grands du club. C'est là que nous voulons tous être. Nous voulons laisser un héritage. » Nul doute qu'au moment de partir, celui de « Tav » aura une saveur particulière dans l'ouest de Glasgow.



  • Chez lui, le vert est banni

  • Comme tout bon Ger qui se respecte, James Tavernier a appris à détester l'encombrant voisin du Celtic. Un désamour qui en devient parfois maladif. « Je l'ai appelé en Facetime lorsque le Celtic jouait contre Ross County et c'était comme s'il jouait contre eux dans les cinq dernières minutes. Il était en train de coacher County, de leur dire de dégager, de passer des consignes » , se marrait son frère Marcus l'an passé dans The Athletic. Une passion contagieuse qui a également atteint certains membres de sa famille, à l'image de sa maman. Marcus, toujours : « Elle est devenue la supportrice n°1 des Rangers, elle adore le club. Elle refuse d'avoir quoi que ce soit de vert à la maison, et ne prononce plus aucun mot qui puisse évoquer le nom d'un joueur du Celtic. » Difficile dans ces conditions de cacher son bonheur d'avoir privé les Bhoys d'un dixième titre consécutif au printemps dernier.


  • Il a créé un élevage de chiens avec un ami... avant de le fermer rapidement

  • Grand amoureux des chiens, James Tavernier était l'heureux maître de deux boules de poils nommées Rio et David, en hommage à Rio Ferdinand et Edgar Davids, pendant son enfance. En 2018, il décide donc avec un ami d'ouvrir un élevage de cabots, Designer Bullies UK. « C'est quelque chose que j'ai commencé avec un ami que je connais depuis que j'ai trois ans. Nous avons décidé de créer une entreprise autour de ces chiens, et ça marche très bien en ce moment. J'aime ça et j'aime être avec les chiens, révèlait-il lors d'une conférence de presse. Aucun de mes coéquipiers n'en a encore acheté un, mais je sais que Josh (Windass) cherche un chien, alors je vais peut-être essayer de le persuader. » Un business qui n'a malheureusement pas duré, après la publication de photos du joueur en compagnie de bullmastiffs aux oreilles coupées, une pratique interdite au RU et en Europe. Devant la pression de plusieurs associations de défense des animaux, l'entreprise est alors obligée de fermer.

    Francfort-Rangers : les barjots de Séville


    Par Tom Binet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.





    Dans cet article


    Partenaires
    Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 17:30 Trois matchs de J-League reportés à cause d'un typhon 5
    Partenaires
    Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
    Hier à 12:24 Le co-président de l’UNFP s’inquiète de la mise en place de lofts 44
    Hier à 09:37 Mbappé : « Je suis un candidat plus crédible au Ballon d'or » 205