Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr.A
  3. // Russie-Arabie saoudite (5-0)

Cheryshev, j’ai rétréci les gosses

Plus personne ne croyait en Denis Cheryshev, qui n’avait jamais marqué avec la Russie. Mais la sortie sur blessure de Dzagoev a donné des ailes au gaucher de 27 ans formé au Real Madrid, qui a profité du match contre l’Arabie saoudite pour claquer un doublé (5-0).

Modififié
Jusqu’ici, pour le grand public, Denis Cheryshev n’était qu’un vieux problème administratif du Real Madrid. Le 3 décembre 2015, lors de la Coupe du Roi 2016, le Russe, titularisé pour la première fois de sa vie avec l’équipe A madrilène lors d’un 16e de finale aller à Cadix, ouvrait le score dès la 3e minute. La vie était belle, Isco plantait les deux autres buts du match, puis la nouvelle tombait. Cheryshev était suspendu pour ce match et aurait dû rester à la maison. Une élimination administrative plus tard, le Real Madrid chasse cette petite honte en réintégrant doucement ses cracks dans l’équipe, et Cheryshev disparaît de la circulation, se contentant de vulgaires bouts de match. Moins de trois ans plus tard, Cheryshev, pur produit de la Castilla qui évolue aujourd’hui à Villarreal, voit enfin son nom associé à autre chose qu’à une grosse farce. Rien ne prédisait pourtant qu’il s’emparerait de la tête du classement des buteurs du Mondial après son doublé contre l’Arabie saoudite, jeudi au stade Loujniki (5-0).

Le Christophe Dugarry russe


Celui qui devait être le leader suprême des lignes offensives russes, le fer de lance de cette attaque s’appelle Alan Dzagoev. Mais le joueur du CSKA Moscou s’est occasionné un vilain claquage très tôt dans le match (23e). Appelé à la rescousse, Denis Cheryshev va faire ce qu’on appelle dans l’Hexagone une Christophe Dugarry. L’ancien Bordelais avait remplacé Stéphane Guivarc’h lors du premier match des Bleus en 1998 face à l’Afrique du Sud, puis marqué sur l’un de ses premiers ballons. Si le but du chroniqueur RMC n’était qu’une pauvre tête dont le mérite revenait surtout au centre de Zinédine Zidane, Cheryshev a de son côté fait le plus gros du boulot en mettant deux Saoudiens dans le vent d’un joli piqué, avant d’allumer Abdullah Al Muaiouf. 2-0, les supporters russes peuvent exulter. Mais si Dugarry s’était arrêté à un but lors du Mondial 1998, Cheryshev, lui, a décidé de doubler la mise en envoyant un sublime extérieur du pied gauche dans les arrêts de jeu qui fait déjà de lui un candidat au titre du plus beau but du Mondial.

Il n’avait jamais marqué en 11 sélections


Ancien latéral gauche, repositionné ailier tel un Gareth Bale, Denis Cheryshev ne marque pas beaucoup – il n’avait d’ailleurs jamais planté la moindre brindille en onze sélections avant cette rencontre –, mais lorsqu'il s’amuse à faire trembler les filets, il n’est pas du genre à faire dans la dentelle. Et ce n’est pas le pauvre portier polonais, Łukasz Skorupski, victime d’une demi-volée de l’extérieur du pied (déjà) avec les Espoirs le 6 septembre 2012 qui dira le contraire. Ce golazo avait amorcé la réconciliation entre Denis Cheryshev et la Russie, pays qu’il a quitté à six ans au gré du transfert de son père footballeur au Sporting Gijón. Sous le soleil espagnol, Cheryshev se sent bien, au point d’avouer à Marca en 2011 qu’il ne sait pas vraiment quelle patrie choisir : « Je ne ferme pas les portes de la Roja. En fait, je me considère plus espagnol que russe parce que j'ai vécu toute ma vie en Espagne, même si je suis né en Russie. Mais bien sûr, j'ai une part en moi qui est russe. Par exemple, mon nom. » Des propos qui n’avaient alors pas vraiment plu au pays de Poutine.


Finalement appelé par la Russie, Denis Cheryshev n’avait jamais vraiment pu s’exprimer en sélection, du fait de son éviction au dernier moment en 2014 – alors qu’il était dans les 25 de Fabio Capello – et de sa blessure en 2016. Mais ça, c’était avant ce doublé face à l’Arabie saoudite qui a définitivement fait entrer celui qui sort d’une saison très solide avec Villarreal dans le cœur des supporters russes qui l’ont un temps chahuté, lui qui est le seul joueur de champ de cette sélection à évoluer à l’étranger. La preuve que l'amour rend aveugle. À ce propos, l’extérieur de la chaussure de Denis Cheryshev ne doit pas y voir très clair.



Par Steven Oliveira et Matthieu Pécot, au stade Loujniki
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

Henry : le retour

Vidéo



Dans cet article