Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Chelsea-United (2-2)

Chelsea, la tête aussi

Outre son jeu séduisant amené par Maurizio Sarri cette saison, Chelsea se distingue également par une certaine force psychologique qui lui permet de récolter de nombreux points en fin de match. L'égalisation de Ross Barkley contre Manchester United au bout du temps additionnel en est une nouvelle preuve.

Modififié
L'espace de vingt minutes, il a cru être le héros de la partie. Auteur de deux buts en seconde mi-temps, Anthony Martial avait réussi à renverser l'adversaire qui semblait pourtant supérieur à son Manchester United. Manque de bol, cet adversaire se nommait Chelsea, samedi. Et cette saison, les matchs des Blues sont souvent divertissants jusqu'au bout.


Le choc de la neuvième journée de Premier League n'a pas échappé à la règle. Alors que beaucoup pensaient la rencontre clôturée et le résultat entériné, Ross Barkley a pointé le bout de son nez et a balancé la quille dans les filets de De Gea juste après des tentatives de David Luiz et d'Antonio Rüdiger. Le chrono indiquait alors la 96e minute, et les Red Devils savaient qu'ils venaient de passer à côté des trois points au gré d'une ultime action.

Difficile de résister jusqu'au bout


Une réalisation tardive qui a donc permis à Chelsea de grappiller une unité tout en conservant son invincibilité depuis l'arrivée de Maurizio Sarri, mais qui témoigne aussi d'une certaine force de caractère déjà démontrée cette saison. S'ils sont bien plus séduisants que par le passé proche en raison de la philosophie imposée par leur nouvel entraîneur italien, les Londoniens semblent en effet solides psychologiquement parlant. Ainsi, pas moins de 45% de leurs buts inscrits en Premier League (à savoir neuf sur vingt) l'ont été dans le dernier quart d'heure de jeu, et on ne compte plus le nombre de pions décisifs dans cette période donnée.


Cette habitude a démarré dès la deuxième journée de Premier League, quand Marcos Alonso a achevé à la 81e minute des Gunners revenus au préalable de 2-0 à 2-2. Newcastle (87e) a également été battu sur la fin alors qu'il pensait le partage des points acquis. Et bien d'autres équipes ont subi les accélérations d'Eden Hazard et compagnie dans la dernière ligne droite. Même en League Cup sur le terrain de Liverpool, les Bleus ont renversé en six minutes des Rouges qui menaient jusque-là (goals d'Emeron à la 79e et d'Hazard à la 85e).

Tuer à petit feu


Le jeu exercé par Chelsea peut en partie expliquer cela. Avec plus de 63% de possession de balle en moyenne toutes compétitions confondues et 91% de passes courtes, les Blues font énormément courir les concurrents qui les défient. À tel point que ces derniers finissent la rencontre épuisés et plus tout à fait aussi concentrés que contre d'autres teams. Ce constat peut aussi s'appliquer, de manière plus relative, à la fin de la première mi-temps (le second moment où les hommes de Sarri sont les plus percutants se trouve entre la 30e et la 45e minute, avec 20% de buts inscrits).


Mais cette capacité à tuer l'ennemi en fin de match doit également beaucoup au calme et à la sérénité de leurs auteurs eux-mêmes. Il suffit de contempler l'égalisation de Barkley contre United pour se donner une idée de la confiance affichée par les Londoniens : alors qu'il ne reste qu'une poignée de secondes à disputer, Hazard, positionné dans l'axe en dehors de la surface de réparation, préfère chercher le décalage sur l'aile droite plutôt que d'envoyer une praline dans la boîte en espérant que la chance trouvera la tête d'un de ses partenaires. Les prochains à venir tester l'invincibilité bleue sont en tout cas prévenus.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:01 Venez regarder un match chez So Foot ! 6