Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tirage au sort

Chelsea-Barça et Juve-Tottenham, merci Alonso !

Des duels insolites qui n'ont encore jamais été proposés, et des chocs opposant deux grosses cylindrées : les huitièmes de finale de Ligue des champions tirés au sort par Xabi Alonso vont régaler.

Modififié

Juventus-Tottenham


Pas de bol. Les Spurs croyaient pourtant avoir fait une belle affaire en se classant à la première position du groupe devant le grand Real Madrid. Las : après avoir dû combattre le champion en titre, Tottenham se coltine le finaliste de l’épreuve pour une opposition de style qui s’annonce intéressante à suivre. Bien que deuxième de poule, l’expérimentée Vieille Dame s’avance tout de même avec l’étiquette de favorite. Si seulement elle parvient à résoudre le problème Kane.

Les précédents : Aucune confrontation n’a encore vu le jour entre les deux équipes. Face aux équipes anglaises, Turin ne connaît pas de tendances précises (18 victoires pour 15 défaites). Du côté de Tottenham, on se souvient en revanche parfaitement du dernier quart de finale en C1 : les Britanniques l’avaient accroché aux dépens de l'AC Milan...


Bâle-Manchester City


Revivez le tirage au sort des huitièmes

De la purée. Voilà comment devrait finir le malheureux Bâle devant le leader anglais. United au premier tour, City en huitième : les Suisses ne sont pas vernis. Et s’ils sont sortis des poules en faisant tomber les Red Devils, difficile de croire à un exploit vu le niveau des Citizens cette saison. Pep, on aligne une équipe bis pour garder un peu de suspense ?

Les précédents : Là non plus, les archives ne renseignent pas de trace sur un quelconque duel entre les deux formations. Attention : Bâle réalise parfois de belles surprises contre les Anglais. United (deux défaites et deux nuls en six matchs), Chelsea (deux défaites en quatre matchs), Tottenham (aucune victoire en deux matchs) et Liverpool (une défaite et trois nuls en quatre matchs) en savent quelque chose.


Porto-Liverpool


Les cotes des bookmakers devraient être élevées pour cette partie. Car si Liverpool semble disposer d’une longueur d’avance, Porto ne compte pas faire office de victime expiatoire. Loin de là. Pas hyper au point en championnat, les hommes de Jürgen Klopp vont devoir faire gaffe à un Porto qui connaît parfaitement la musique de la coupe aux grandes oreilles. En réalité, il faudra voir les états de santé des deux clubs dans quelques semaines pour se faire une idée de l’issue finale de ce petit choc.

Les précédents : Deux succès pour deux égalités en faveur des Reds. Qui ont éliminé les Portugais en quart de finale de Coupe UEFA (en 2000-2001), puis les ont battus en phase de groupes de C1 2007-2008.


FC Séville-Manchester United


En voilà une jolie promesse. Séville, bien loin des standards défensifs de MU, est capable du pire comme du meilleur. Son adversaire, drivé par un José Mourinho qui a déjà compris que le championnat était fini, va sûrement faire de la C1 sa compétition privilégiée. Un Special One qui connaît parfaitement les Espagnols pour avoir coaché le Real Madrid par le passé. Et ça, ça peut compter.

Les précédents : Pas de précédents United-Séville. Il faut seulement savoir que le Mou n’a perdu qu’une fois face aux Andalous en sept confrontations.


Shakhtar Donetsk-Roma


Sans doute l’opposition la moins relevée du tableau en apparence. Pourquoi ? Parce que la Roma semble moins solide que ses homologues italiens (Naples, Juventus...), et parce que le Shakhtar est très régulièrement sous-estimé. Voilà des raisons qui laissent penser que la surprise des huitièmes pourrait se trouver juste là. Même si, facteur non négligeable, le retour aura lieu à la Roma.

Les précédents : Avantage Donetsk, très clairement. Si en 2006, les Romains ont explosé les Ukrainiens lors d’un match de poule de LDC (4-0), la Louve a ensuite sombré au retour (1-0). Et s’est ensuite fait éliminer en 2011 (2-3, 3-0). C’était en huitième de finale de C1...


Chelsea-Barcelone


Tout sauf surprenant. Contrairement à ce qui a pu être dit, cette affiche n’avait pas une chance sur trois d'apparaître, mais plus de 42 % (les calculs sont formels). Pas franchement de hasard qui tienne, donc. Et si les Catalans peuvent le regretter, eux qui ont terminé large premiers, les Blues ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. En laissant la Roma récupérer le fauteuil de leader de la poule à la dernière journée, le champion d’Angleterre en titre a provoqué lui-même cette épreuve barcelonaise. À lui de prouver qu’il a les épaules pour tenir la marée.

Les précédents : La liste est longue. On se souvient bien sûr du but magique de Ronaldinho, ou de celui d’Andrés Iniesta au bout d’un match marqué par les erreurs d’arbitrage et la colère noire de Didier Drogba. Mais quoi que l'on puisse penser, Barcelone réussit bien à Chelsea. Ce dernier a gagné quatre fois pour trois défaites et cinq nuls. Surtout, il est invaincu contre les Espagnols depuis sept rencontres et le 22 février 2006. Qui peut en dire autant ? Bienvenue au classique attaque-défense des années 2000.


Beşiktaş - Bayern Munich


Un huitième plutôt classique, entre un ogre et un outsider qui vendra chèrement sa peau. Sans trop croire en une qualification. D'autant qu'avec Jupp Heynckes, les Allemands ont repris du poil de la bête, et les feux sont au vert pour que cela continue. Bonne chance au Beşiktaş.

Les précédents : Deux victoires 2-0 en deux matchs pour le Bayern en phase de poules lors de la saison 1997-1998. Circulez, y a rien à voir.






Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article