Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finale aller
  3. // Atlético Madrid/Chelsea (0-0)

Chelsea a endormi l'Atlético

Terne soirée au Vicente-Calderón. Les 55 005 supporters en tribune se sont arraché les cheveux devant l'échec des offensives des Colchoneros face à l'imperméable défense d'une équipe de Chelsea venue chercher le 0-0. Merci monsieur Mourinho.

Modififié

Atlético - Chelsea
(-1--1)


José Mourinho est un homme qui aime se faire détester. Ce soir, bien engoncé dans son survet' de marque, le Mou n'a pas seulement fait le déplacement pour rendre fou Vicente-Calderón et entendre les travées chanter « José Mourinho, hijo de puta  » (traduction inutile), il a aussi décidé d'ennuyer tous ceux qui, calés dans leur canap' ou entre potes au bistro, avaient envie de vibrer devant une demi-finale de Ligue des champions. Après avoir fait la gueule en conférence de presse, le Special One a concocté un équipe composée de 10 défenseurs associés au mètre 80 de nostalgie et de déprime de Fernando Torres. Une équipe qui permet à José, avant le coup d'envoi, de dire clairement : « Je viens chercher le 0-0 et je vous emmerde. » Ce bon vieux Special One a réussi son coup : ses onze salopards ont tranquillement broyé les timides et maladroites offensives des Matelassiers. Un petit but sur coup de pied arrêté à Stamford Bridge et le bougre s'offrira sa troisième finale de C1. Impressionnant pour certains, insupportable pour beaucoup.

11 joueurs contre 11 défenseurs

Ce mardi matin, Madrid, capitale européenne du football, centre du monde footballistique même l'espace de deux jours, frissonne. Dès l'aube, les premiers commerçants s'interpellent et se chambrent. Au repas de midi — enfin, de trois heures —, les noms du Cholo, de Courtois et de Mourinho sont sur toutes les lèvres. À 17h, les abords de Calderón se remplissent. Dès 19, les premiers fumigènes craquent sous le regard sévère des policiers déjà en armure. À 20h30, un quart d'heure avant le coup d'envoi, les 55 000 supporters sont déjà tous dans la place. Ils agitent leurs écharpes et couvrent de leurs chants la soupe techno qui accompagne l'entraînement des deux équipes. Après quelques minutes de pure folie avant le coup d'envoi, les deux coachs peuvent mettre en route leurs petits soldats. Ceux de Simeone, comme à leur habitude, se livrent à un pressing de tous les instants tandis que ceux de Mourinho ont visiblement reçu la consigne de ne pas passer le rond central.

Forcément, le jeu est haché, haché menu : corner à droite, faute au milieu, corner à gauche, duel en bas, tacle en haut, le choc est viril. Trop viril même pour Čech dont le coude craque après un violent choc avec Raúl García sur corner. Il est remplacé par un Schwarzer à peine échauffé pendant que Calderón, chambreur, scande le nom de Courtois. Le ballet des duels s'intensifie à mesure que la domination territoriale des Colchoneros grandit. À chaque fois que Jonas Eriksson porte son sifflet à la bouche en faveur des Blues, une nuée de sifflets descend des travées. Le douzième homme de l'Atlético est frustré par l'anti-football qu'exécutent les hommes du Mou. C'est simple, à la demi-heure de jeu, les deux gardiens des Blues ont effectué plus de passes que Fernando Torres... Mis à part une mine lointaine de Mario Suárez qui frôle le poteau de Schwarzer et quelques coups de pied arrêtés chauds, les fous du Cholo et de ses hommes n'ont pas grand-chose à se mettre sous la dent, ce qui ne les empêche pas de continuer de s'égosiller comme des timbrés.

Le douzième homme a tout donné, en vain

La deuxième période reprend comme la première avait terminé. Toujours autant de duels, d'échauffourées, de coups de sifflets et d'arrêts de jeu. L'Atlético attaque avec maladresse. Gabi fait souvent les mauvais choix, tandis que Koke et Raúl García multiplient les centres - comprenez les offrandes faites à ce vieux vicelard de John Terry. Pas franchement gâté par le spectacle, le public refuse d'abdiquer, s'enflamme à chaque ballon récupéré, fête comme un but chaque demi-occasion, crie au meurtre à chaque intervention arbitrale défavorable et surtout conspue dès que possible ce bon vieux José. L'ambiance déjà tendue vire au pugilat, les cartons jaunes pleuvent, les suspensions pour le match retour s'accumulent, les arrêts de jeu sont plus nombreux que les temps de jeu. L'entrée en lice de Schürrle à la place de Terry ne trompe personne : l'Allemand est entré pour défendre. Heureusement, d'un joli coup franc légèrement contré, Gabi redonne un brin d'espoir aux siens. Quelques minutes plus tard, d'un amorti poitrine suivi d'un retourné largement à côté, Diego Costa leur redonne un brin de spectacle. De son côté, Courtois se tourne les pouces et fait les cent pas pour ne pas piquer du nez. L'entrée de Villa et les dernières offensives des locaux n'y font rien, la muraille de José Mourinho est INFRANCHISSABLE. Les Blues passent même à deux doigts d'un hold-up mémorable en s'offrant la dernière occasion du match sur un coup franc de David Luiz. Triste soirée pour le spectacle.

Par Pablo Garcia-Fons au Vicente-Calderón
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1 Hier à 15:00 Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 3 Hier à 13:01 La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 18 Hier à 11:32 Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 66
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE