Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Arrivée de Jérémy Mathieu

Ces Français qui ont joué au FC Barcelone

Après cinq ans de bons et loyaux services rendus au FC Valence. Jérémy Mathieu vient de s'engager avec le Barça. Une récompense pour le défenseur formé à Sochaux. Pourtant, le rouquin n'est pas le premier Français à avoir relevé le défi du FC Barcelone. Revue d'effectif, entre échecs et réussites.

Modififié
  • Ils ont réussi au Barça


    Lucien Muller (1965-1968)
    La première expérience concluante d'un Français en terre catalane n'avait pourtant rien d'idyllique, au départ. Après trois années passées au Real Madrid, le Barça décide de piquer le « Petit Kopa » à son rival. À l'époque, le meneur de jeu n'est que le premier joueur d'envergure internationale que les Blaugrana parviennent à débaucher chez le rival. Précurseur, Don Luciano le sera une nouvelle fois en 1966, lorsqu'il gagne la Coupe des villes de foires (remplacée en 1971 par la Coupe UEFA). Aucun Français ne l'avait alors remportée avant lui. Müller va même entraîner le club catalan entre 1978 et 1979.

    Ludovic Giuly (2004-2007)
    Quoi de mieux qu'un doublé en quarts de finale de Ligue des champions, face à un Real Madrid favori de la compétition, pour taper dans l'œil du FCB ? Moins de trois mois après la rencontre, Ludo côtoie Eto'o, Xavi et Ronaldinho au Camp Nou. Peu à peu, le Français s'installe sur le flanc droit de l'attaque de Frank Rijkaard, profitant des blessures à répétition de Lionel Messi. En avril 2006, « la souris » tricolore envoie le Barça en finale de C1, en inscrivant l'unique but de la double confrontation face au Milan AC. Le retour du génie argentin propulse Giuly sur le banc, qui partira finalement à la Roma durant l'été 2007.


    Éric Abidal (2007-2013)
    Le défenseur français restera sans contestation dans l'histoire du FC Barcelone. Abi a tout gagné avec le club catalan, faisant partie de cette génération double championne d'Europe en 2009 puis 2011. Bien plus qu'un titulaire et cadre du vestiaire, le numéro 22 fut un symbole. Un symbole de lutte contre la maladie, de détermination, de professionnalisme, de combativité. Ce n'est pas pour rien si le soir du titre européen de 2011 face à Manchester United, les capitaines habituels (Puyol, Xavi) décident de laisser le brassard au Français pour soulever le trophée.

    Vidéo

  • Ils auraient dû réussir


    Thierry Henry (2007-2010)
    Arrivé en juin 2007 chez les Blaugrana et présenté à plus de 30 000 personnes, Titi avait toutes les cartes en mains, et dans les pieds, pour marquer l'histoire d'un club alors bercé par Lionel Messi, Ronaldinho ou Eto'o, entre autres. Pourtant, ses performances au Camp Nou ne seront pas à la hauteur de celles réalisées sur la pelouse fraîchement coupée du défunt Highbury. Parti sur de bonnes bases après un premier but inscrit en Ligue des champions face à Lyon, l'éternel numéro 14 fera débat, auteur de 12 buts et 9 passes décisives en championnat pour sa première saison sous le maillot catalan. La faute peut-être à un Frank Rijkaard qui le positionnera à un poste d'ailier peu adapté à son style de jeu. Peu en réussite lors de ses trois saisons passées à Barcelone, le Français perdra sa place de titulaire avant de filer vers New-York. Mitigé.

    Lilian Thuram (2006-2008)
    L'affaire des matchs truqués du Calcio en 2006 aura bel et bien eu raison de l'histoire d'amour entre Lilian Thuram et son club, la Juventus de Turin. Alors reléguée en Serie B, le défenseur central, nommé par Pelé à la FIFA 100 pour avoir marqué sa génération, décidera de quitter sa Vieille Dame pour les Blaugrana, signant un contrat de deux ans sans demander son reste. Faisant pourtant partie des tout meilleurs défenseurs au monde, le bourreau de la Croatie en 1998 sera barré dès ses débuts au Camp Nou par Carles Puyol et Rafa Márquez, postés à l'arrière-garde de l'équipe. Un faible temps de jeu qui ira jusqu'à le mener à un statut d'erreur de casting en Espagne et qui marquera également la fin de sa carrière en Bleu, après un euro 2008 décevant. Échec.


  • Ils ont joué au Barça, mais on ne s'en souvient plus


    Laurent Blanc (1996-1997)
    Le Cévenol aura pas mal vadrouillé au cours de sa carrière. Neuf clubs dont quatre dans lesquels il ne reste qu'une saison. Barcelone sera de ceux-là. Le libéro aux 152 buts ne plantera qu'un pion en 28 matchs avec le FCB. Pas convaincu et pas spécialement convaincant, « Le Président » décide de revenir en France à un an du Mondial. Bien vu. C'est au Vélodrome qu'il acquiert ce surnom qui ne le lâchera plus.

    Emmanuel Petit (2000-2001)
    Quand il arrive au Barça, Emmanuel Petit est champion du monde et champion d'Europe. En club, il a quitté Monaco sur un titre de champion de France avant de réitérer l'exploit avec Arsenal, en 1998, puis de terminer deux fois deuxième derrière Manchester United les années suivantes. À 30 ans, Manu est au sommet, il file chez des Blaugrana qui viennent de perdre le titre au profit du Deportivo La Corogne après l'avoir remporté deux fois de suite. Les Catalans ne remporteront plus rien jusqu'en 2005. Manu sent le mauvais coup, reste une petite année et repart là où son style de jeu est plus apprécié, à Chelsea. Les Blues viennent de glaner la Coupe de la Ligue, mais ne garniront plus leur armoire avant 2005, eux aussi. Un an après que Manu soit parti.

  • On se souvient d'eux, mais c'est pas forcément bon signe


    Philippe Christanval (2001-2003)

    Considéré comme l'un des plus grands espoirs du football français de sa génération, Philippe Christanval a 22 ans quand il débarque au FC Barcelone en 2001. Le club catalan l'arrache à l'AS Monaco pour un transfert de 16 millions, alors que l'ancien pensionnaire de Clairefontaine affiche déjà un titre de champion de France à son palmarès, conquis en 2000 avec le club du rocher. Un sacre qui restera le seul de sa carrière arrêtée en 2008. Sous l'ère Van Gaal, « Garfield » se distinguera néanmoins en étant choisi par les supporters comme titulaire dans le pire onze barcelonais de tous les temps. Le début d'une longue descente aux enfers pour Christanval, qui tentera de se relancer à l'Olympique de Marseille. En vain, puisqu'il terminera à deux reprises sur le podium du fameux ballon de plomb attribué par les Cahiers du football, qui récompense le pire joueur de l'année. Triste.


    Richard Dutruel (2000-2002)
    Comme Christanval, Richard Dutruel a aussi le privilège d'avoir marqué l'histoire du club, en étant nommé aux côtés de son compatriote dans le pire onze barcelonais de toute l'histoire du club. Pourtant élu meilleur gardien du championnat d'Espagne en 1996 sous les couleurs du Celta Vigo, Dutruel ne disputera qu'une quinzaine de matchs en deux saisons avec le club catalan, entre 2000 et 2002, relégué sur le banc par l'Argentin Bonano. Dutruel aura quand même l'occasion de briller en équipe de France, à l'automne 2000, en remplaçant Letizi à la mi-temps lors d'un match amical contre le Cameroun, après la blessure de Fabien Barthez. Le natif de Thonon terminera finalement sa carrière au Racing Club de Strasbourg.

  • Ils ont joué milieux défensifs


    Christophe Dugarry (1997)
    En 1997, Christophe Dugarry espère engranger du temps de jeu lorsqu'il décide de s'engager avec le FC Barcelone, un an avant la Coupe du monde. Une compétition à domicile à laquelle le Français se jure de participer. Désireux de s'attacher les services du Girondin, qui évolue à l'époque au Milan AC, Louis van Gaal ira jusqu'à débloquer 4,6 millions, pour finalement utiliser l'attaquant au poste de milieu de terrain défensif. Agacé, Duga quittera la Catalogne pour rejoindre l'Olympique de Marseille 13 matchs après l'officialisation de son transfert, au mercato hivernal. Avant d'être sacré champion du monde, six mois plus tard.

    Frédéric Déhu (1999-2000)
    Un but du milieu de terrain. Le seul et l'unique que « Fred » plantera avec le FCB. C'est ce qu'on retiendra du passage de Déhu en Catalogne. Arrivé en 1999, celui qui vient de passer 8 saisons à Lens débute titulaire, mais se blesse rapidement. Il revient en cours de saison, mais se blesse à nouveau. Dommage, il ne bénéficiera pas du turn-over. Fier d'avoir tenté sa chance, le champion de France 98 (au poste de milieu) renouera avec l'Hexagone dès l'année suivante, en signant au PSG. Et ici aussi, on peut se rappeler de l'un de ses buts.



    Par BT, ES, MN et VvdW
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 4 heures Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 9 il y a 5 heures Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 13

    Le Kiosque SO PRESS