Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // 30 ans d'Internet

Ce qu'Internet a changé dans le foot

Le web a trente ans. Ce nouveau protocole au cœur de l’Internet naissant va en transformer l’usage de manière radicale et conduire à une véritable révolution copernicienne dans notre rapport à l’information et la communication. Le temps et le monde vont se raccourcir au point de tenir dans notre smartphone au creux de notre main. Et le foot, aussi, a changé de visage avec la démocratisation du http.

Modififié
Mars 1989. Un informaticien britannique qui bosse pour le nucléaire européen, Tim Berners-Lee, « invente » le Web. Il numérise ainsi, sans le vouloir d’ailleurs, la face du monde, pour le meilleur et le pire. Le foot connaît alors lui aussi d’autres évolutions décisives, économiques et culturelles, qui le transforment radicalement. La rencontre entre ces deux révolutions produira quelques étincelles, et beaucoup d’impatience sur de pauvres souris victimes d’une connexion 56k défaillante, en attendant que s’affichent les premières vidéos de buts, en format QuickTime évidemment. Alors, qu'est-ce qu'a vraiment changé Internet dans notre rapport au foot ?


Connaître les scores


Il s’agit de se remémorer une autre époque. À part ceux qui pouvaient se payer Canal +, pour savoir qui avait gagné ou perdu en direct, il fallait d’abord se rendre au stade et patienter à la fin, comme dans une bonne scène post-générique Marvel, que le speaker énumère les résultats sur les autres stade de Division 1 (et bien les écouter pour calculer le classement). On pouvait également rester l’oreille collée au poste de radio pour les multiplex en grandes ondes. Sinon, il fallait attendre Téléfoot le lendemain matin ou acheter L’Équipe, pour ceux qui aimaient aussi suivre les championnats étrangers. Cette lenteur était la marque ou le signe distinctif des vrais passionnés. Le web, lui, a permis à n’importe qui de pouvoir suivre l’actualité, quand bon lui chante. Des sites comme Soccerway ou Flashresultats permettent de suivre tous les scores de tous les championnats, en temps réel. Chose inimaginable il y a trente ans. Pour connaître un score de deuxième division italienne, il fallait passer un coup de fil au tonton en Italie le dimanche soir.




36-15 supporters


On l’oublie souvent, mais avant l’ordi, le modem et club-internet, il y eut le minitel. Fierté de l’innovation technologique française, la petite boîte et ses gros pixels sur écran trop lumineux vont permettre, en plus des premiers émois virtuels du libertinage, de se familiariser avec les us et coutumes des forums, bien loin de l’esprit antique. Avec Internet, supporters et ultras voient leur horizon s’ouvrir. Ces derniers, en plein essor dans les virages et les kops hexagonaux, découvriront avec le web de nouveaux espaces pour leur univers d’initiés, d’abonnement à Sup Mag, et de correspondances épistolaires. Le mail, les sites et leur forum, bien avant la page Facebook, où tous pourront échanger avec les plus beaux des pseudos et les plus ridicules des avatars, redéfiniront aussi l’ADN des tribunes.



Les matchs en streaming


L'arrivée d'Internet a permis à un supporter de pouvoir regarder tous les matchs de son équipe favorite grâce au streaming. Certes, c'est illégal. Mais personne n'a encore trouvé la parade, et tout le monde en profite. Le streaming dépend évidemment de la qualité de la connexion, rendant folle n'importe quelle personne en buggant au moment d'une action chaude. Sans oublier les innombrables pop-up qui vous ont refourgué un bon tas de virus.




La tête des footballeurs


Le web, c’est autre chose que du texte trop long et bourré de fautes, ou même des images en basse déf. Désormais, les photos vont circuler. Autrefois, il fallait posséder l’appli mémoire dans son cerveau pour se rappeler la gueule des stars du ballon rond. Ou coller des posters de magazine au papier glacé pour contempler à volonté son idole. Dorénavant, plus besoin des albums Panini. La tronche des joueurs va squatter les rétines comme les acteurs des Feux de l’amour, leur coupe de cheveux, leur changement de maillot et leur conjointe du moment.


Les réseaux sociaux


Facebook a été le premier réseau social sur lequel les gens ont commencé à pouvoir exprimer chacun leur avis sur le foot. Avant, on débriefait les matchs du week-end au bistrot, parfois dans la cacophonie ambiante. Désormais, ce sera sur Facebook et, très bientôt, sur Twitter. Twitter, le grand Far West. L'endroit où chacun peut écrire et dire ce qu'il veut, où tout acte est traqué. Impossible désormais pour un commentateur de dire une bêtise à l'écran, il sera affiché sur Twitter. Impossible pour un joueur de dire quelque chose sans que ses propos ne soient repris, retweetés, critiqués. Twitter permet aussi de suivre les matchs, que chacun s'improvise journaliste sportif, et de voir les vidéos des buts trois minutes après que ceux-ci ont été inscrits. Bref, du bon et du mauvais. Comme au bistrot.




La mémoire dans le flux


Fini la transmission orale. Tout ne sera plus qu’affaire de débit et progression du téléchargement. Terminé, les légendes plus ou moins approximatives sur les exploits de l’Ajax de Cruyff ou encore le périple des bleus en 1958. Désormais, en faisant circuler les vidéos, le web va offrir à tout le monde la possibilité de se constituer une vaste culture foot de première main, en autogestion devant son écran. Une lente construction d’une tour de Babel numérique où tous les savoirs finiront à une portée de clic.



Mais aussi...


- Les paris en ligne
- L’achat de maillot en ligne
- Les blogs de foot
- Les sites officiels de clubs
- Les gifs
- Les sextapes
- Les chants de supporters sur Napster

Par Nicolas Kssis Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 59 minutes Platini : « Je ne me sens pas suspendu » 10
Hier à 17:40 Horoya AC : Didier Gomes Da Rosa remplace Patrice Neveu 15 Hier à 17:05 Une joueuse de Sheffield United suspendue pour insultes racistes 25
Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur