Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe E
  3. // Suisse/France (2-5)

Ce qu'il faut retenir de la victoire des Bleus

Faciles vainqueurs de la Suisse (5-2), les Bleus peuvent voir venir pour la suite de la compétition, puisque Didier Deschamps commence à être entouré de certitudes...

Modififié
* Un groupe compétitif
Elle doit être sacrément solide, la formation qui se permet de laisser Paul Pogba sur le banc après avoir perdu Franck Ribéry juste avant le Mondial... C'est comme si l'Argentine jouait sans Lionel Messi et Javier Mascherano. Pourtant, l'absence du Turinois n'a absolument pas perturbé le rendement de cette équipe de France. Preuve que le groupe est compétitif et les joueurs interchangeables sur le court terme. «  La star, c'est l'équipe  » , avançait Patrice Évra lors de sa folle conférence de presse. Hier, Moussa Sissoko et Olivier Giroud faisaient leur apparition du côté des titulaires. Au coup de sifflet final, le duo pèse deux buts et une passe décisive. Autant dire que le pari est réussi. Mieux, Pogba a fait son entrée à l'heure de jeu et s'est fendu d'un amour de passe décisive de l'extérieur, à faire pâlir Javier Pastore, l'homme qui a breveté la chose, sur le but de Karim Benzema. Les joueurs qui entrent sont aussi solides que ceux sur le terrain. La preuve : dans une autre sélection, la perte de Cabaye, suspendu pour l'Équateur, après deux énormes premiers matchs, aurait enrayé la machine. Pas là. Rio Mavuba est dans le coin et sortira sans doute son petit match de bonhomme la semaine prochaine. Didier Deschamps l'a toujours dit, il voulait un groupe capable d'aller loin à 23. C'est encore tôt pour se faire une idée définitive du « bien vivre ensemble » , mais ces 23-là ont envie de faire quelque chose ensemble. Ça change.

* Karim Benzema, le X-factor
Un doublé contre le Honduras, un but et deux passes contre la Nati, le Benz a déjà réussi son Mondial. Contre la Suisse, il est même privé d'un doublé sur une formidable reprise de volée en dehors de la surface qu'un coup de sifflet prématuré de l'arbitre annule en toute fin de match. On a l'impression de se répéter, mais l'attaquant du Real Madrid n'est plus le même depuis son but contre l'Australie au Parc des Princes. On a presque l'impression que le forfait de Franck Ribéry l'a libéré... Le Madrilène a compris ce que les Bleus attendaient de lui. Il a confiance en lui, tente des choses et gère tout ce qu'il faut en attaque. Bien épaulé par Mathieu Valbuena – intenable -, Benzema est en train de devenir ce que tout le monde prévoyait : le patron des Bleus. Vainqueur de la Ligue des champions avec le Real Madrid, Rim-K est capable d'ambiancer le Brésil pour bien terminer sa saison.

* La maturité tactique de Didier Deschamps
Olivier Giroud pour faire remonter le bloc et privilégier le jeu long. Moussa Sissoko pour défendre sur les latéraux suisses et jouer le contre. Didier Deschamps a tenté des choses contre la Suisse. Banco. La Dèche avait tout bon. Avec un cahier de jeu complètement différent du premier match, Deschamps a demandé à ses hommes de frapper la Suisse là où elle avait des faiblesses. Tactiquement, l'ancien entraîneur de l'OM s'est amusé d'Hitzfeld, pourtant réputé fin tacticien. Et ça, c'est une sacrée bonne nouvelle. « La France a des joueurs exceptionnels. Cette équipe est bien plus forte que l'Angleterre ou l'Italie » , a balancé le sélectionneur helvète en fin de match. Autre point positif dans la gestion de Deschamps, c'est l'apport de Paul Pogba à l'heure de jeu. En injectant le Turinois en électron libre à la place de Giroud pour consolider son milieu, Deschamps a voulu asseoir la domination de son équipe. Résultat, la France claque deux buts dans la foulée. Sur deux accélérations. Cette équipe de France ressemble à son sélectionneur. Et quand on regarde son CV, on se dit que c'est une bonne chose.

* La tuile Mamadou Sakho
« Sur un tacle, j'ai senti une douleur à la cuisse droite, j'ai préféré ne pas prendre de risques. On verra les sensations au réveil et on fera un bilan avec le staff.  » Deux phrases qui font craindre le pire pour Mamadou Sakho. Le héros de Saint-Denis a trouvé sa place en équipe de France depuis son doublé ukrainien. Avec Raphaël Varane, la charnière passait un premier vrai test, hier soir. Quand Sakho laisse sa place sur blessure, Hugo Lloris est encore vierge. 25 minutes plus tard, les Bleus en ont pris deux dans le buffet. En attendant les premiers résultats de l'IRM du joueur de Liverpool, il serait préférable que sa blessure ne soit pas une lésion. Qui dit lésion, dit absence d'au moins 2 à 3 semaines, ce qui signifierait la fin de l'aventure brésilienne pour le défenseur central. Et terminer le Mondial sans sa charnière titulaire, c'est compliqué. Laurent Koscielny, très impressionnant du côté d'Arsenal, a eu le malheur de jouer le mauvais match contre l'Ukraine. Sakho, c'est un peu le talisman des Bleus. Le karma, quoi. Difficile de faire sans lui, qu'on le veuille ou non.

* La fin de match qui laisse un goût amer
Quand on mène 5-0, on a tendance à se relâcher. À se regarder jouer. C'est humain. Mais prendre deux caramels en 5 minutes, ça agace. Sans tout remettre en cause, ces deux buts suisses gâchent un peu le plaisir. On termine sur une légère fausse note. Quand on sait qu'une Coupe du monde se joue parfois sur des détails, comme la concentration, autant être irréprochable pendant 90 minutes. Surtout, ces deux buts entament un peu plus l'aura du gardien et capitaine Hugo Lloris. Après une saison pénible à Tottenham, l'ancien Lyonnais a besoin de se rassurer. Hier, il sort une double parade en première période avant de sortir intelligemment dans les pieds de Mehmedi. Malgré tout, il prend deux buts. C'est frustrant. Et ça laisse planer le doute sur sa capacité à être costaud quand on aura vraiment besoin de lui. Alors que le relâchement de la fin de match est collectif, il apparaît comme le premier coupable indirect de par son poste. C'est ingrat, mais c'est le jeu qui veut ça.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 112
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE