Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // Rétro
  2. // 10 ans de football vus par SO FOOT
  3. // 2004/2005

Ce qu'il faut retenir de 2004/05 : L'arrivée de Raymond et de Rooney, la fin du foot à papa

So Foot fête ses dix ans cet été, l'occasion de revenir sur dix ans de foot saison par saison. Aujourd'hui, 2004/2005, avec au casting : un Raymond Domenech encore populaire, un Rooney déjà infernal et une Ligue 1 sous le joug lyonnais.

Modififié
Coach de l'année :

Raymond Domenech


1 - Communiquer.
On a tendance à l'oublier, mais Raymond Domenech a été apprécié en France. Mieux encore, on a cru en lui. L'histoire se passe en juillet 2004. L'équipe de France connaît alors son année 0 après avoir connu la gloire, puis la chute. Déjà pressenti pour endosser le costume en 2002, Ray Do prend les manettes d'un groupe où tout doit être repensé. Dès son intronisation, il apporte un souffle nouveau. En communiquant, tout d'abord, avec son humour et des phrases bien construites. Pas grand-chose a priori, mais déjà beaucoup après les mutiques Santini et Lemerre. Bon client, il relance alors une relation Bleus/médias qui bat de l'aile. Il ne le sait pas encore, mais cette relation sera le fil rouge de son mandat. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Si ses détracteurs avancent son palmarès, plutôt léger, au moment de sa nomination, son profil de formateur apparaît comme le bon dans une période qui annonce un rajeunissement de l'effectif. « Ne rien changer, ne rien tenter conduirait à monter directement à l'échafaud. Il faut changer les habitudes et donc il faut changer les gens. L'équipe de France n'appartient à personne » , avance-t-il avec la ferme ambition de reprendre la main sur une équipe laissée à des egos un peu trop hauts dans la stratosphère. Il s'en doute un peu, sa relation à France 98 sera l'autre fil rouge de son mandat. Pour le meilleur et surtout pour le pire.

2 - (Dé)Construire.
Pour tout reconstruire, Domenech cherche donc à détruire tout ce qui reste. Les habitudes tout d'abord, pour asseoir son autorité, recadrer les sénateurs et intégrer au mieux les nouveaux. Les protège-tibias deviennent obligatoires lors des entraînements, tout comme le débriefing d'après-match dans les vestiaires. Comme prévu, des différents arrivent très vite. Avec Fabien Barthez puis Robert Pirès, qui devient le leader de la fronde, par presse interposée : « Rien dans l'attitude du sélectionneur ne me permet de penser qu'il me fait confiance à 100%. Non, j'ai l'impression d'être à l'école, d'avoir 20 ans et de commencer à jouer au foot. » Le 13 octobre 2004, contre Chypre, il jouera son dernier match en bleu. Suivront dans le désordre Giuly, Zidane, Coupet, Mexès, Landreau... La liste est longue. Le pacificateur devient rapidement un homme de conflit. Sur le pré, il fait avec les forces du moment, alternant 4-4-2 ou 4-2-3-1 selon les joueurs à disposition. La seule constante : deux milieux déf. Et une réponse à toutes les critiques : « Mais c'est quoi, un projet de jeu, merde ? Moi, c'est faire jouer les joueurs de manière à optimiser leurs qualités, c'est tout. »

Vidéo

Phénomène naissant :

Wayne Rooney


Lorsque Rooney débarque à Manchester, les avis sont partagés. Il est évident que le gamin est un joyau, « le plus grand talent anglais depuis que je suis arrivé en Angleterre  » , dixit Wenger. À 18 ans, il affiche déjà 77 matchs de championnat pour 17 buts au compteur. Et surtout 4 pions à l'Euro 2004. Une performance qui lui vaut d'ailleurs le surnom de « Wazza » . Ce qui en dit long sur le personnage. Après tout, Rooney n'est qu'un Scouser qui a dégainé un T-shirt « Once a Blue, always a Blue » lors d'un match avec les jeunes d'Everton. Un type qui a récolté plus de biscottes qu'il n'a fait trembler les filets. Et 31 millions, c'est beaucoup d'argent pour un petit gros. Puis vient le 28 septembre 2004. Premier match, contre Fenerbahçe en Ligue des champions. Un triplé et une passe décisive plus tard, Rooney met tout le monde d'accord. Il est de la race des grands. De ceux qui font chavirer les cœurs. Mieux, un besogneux, qui ne rechigne pas à la tâche, se bat sur tous les ballons, tacle sans relâche et presse comme un dératé. Roy Keane avec le sens du but. Old Trafford s'est trouvé une nouvelle idole, bien plus raccord que cette midinette de Cristiano. Le rouquin boucle sa première saison sous ses nouvelles couleurs avec 11 buts en championnat, mais ne parvient pas à garnir l'armoire à trophées du club. Ce sera pour plus tard. Enfin pas trop. Wayne aime faire les choses vite. N'en déplaise à Coleen.

Vidéo

Requiem de l'année 2004/2005 :

La fin du foot à papa


Grand favori de l'édition 2004/2005 après trois titres consécutifs en championnat, l'Olympique lyonnais remporte, sans grand suspense (officiellement champion à la 35e journée de championnat, l'OL finira l'exercice avec 12 points d'avance sur Lille, son dauphin), un quatrième titre d'affilée et égale les records de Saint-Étienne et de l'Olympique de Marseille. Plus qu'un symbole, ce nouveau trophée représente l'apogée de l'ère Aulas et lyonnaise sur le foot français et, d'une certaine manière, la fin du « foot à papa  » . Fini le Bordeaux de Claude Bez, le jeu « à la nantaise  » des Canaris. Les millions investis par le groupe Pathé, actionnaire des Gones, en février 1999 ont porté leurs fruits et le club de JMA est devenu une véritable machine à gagner. En plus de survoler le championnat de France, l'Olympique lyonnais séduit l'Europe (foutus quarts de finale) et une introduction en Bourse est déjà à l'étude. Comme la construction d'un nouveau stade. Mais outre l'OL, la fin de ce vieux football peut aussi se résumer en un chiffre : 600. Comme les 600 millions d'euros que Canal+ promet à la Ligue 1 par saison pour ses droits de diffusion. Annoncé le 10 décembre 2004, le contrat sera signé le 22 juillet 2005 au siège de la Ligue professionnelle de football et promet une manne financière exceptionnelle aux équipes de Ligue 1. Le temps passe bien vite.

Par la rédaction So Foot
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 16 minutes Tournois rétro vintage indoor 2019
il y a 2 heures Alessandro Nesta va prolonger l'aventure à Pérouse 15 il y a 2 heures Un match de D4 argentine retardé à cause d'une grenade 1

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
À lire ensuite
Top 10 : Pépites de Maicon