Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Barcelone-Real Madrid

Ce Barça est-il vraiment invincible ?

Toujours invaincu en Liga cette saison, le Barça compte bien garder son statut jusqu'à la fin du championnat. Pour cela, il va falloir tâcher de ne pas perdre contre le Real dimanche, l'une des rares équipes à pouvoir se targuer d'avoir battu le Barça d'Ernesto Valverde.

Modififié

8 avril 2017. À la lutte avec le Real Madrid pour le titre de champion d'Espagne, le Barça se fait surprendre à Málaga (2-0), trois jours avant son quart de finale aller de Ligue des champions face à la Juventus. Les Blaugrana ne le savent pas encore, mais ils viennent d'avaler leur dernière défaite en date à la Rosaleda, terminant la saison dernière sur sept succès, avant d’enchaîner par 26 victoires et huit matchs nuls l’exercice 2017-2018. Simple : seuls trois clubs peuvent se targuer d’avoir fait tomber le Barça cette saison : le Real Madrid, qui s’est imposé par deux fois en Supercoupe d’Espagne, l’Espanyol, qui a remporté une manche aller de quart de finale de Coupe d’Espagne (1-0) avant de chuter au retour, et la Roma qui s’est offert la plus belle remontada de la saison, lors des quarts de finale de la Ligue des champions. Toujours invaincu en Liga, le Barça ne s’est donc incliné qu’à quatre reprises toutes compétitions confondues cette année, soit le plus petit total des cinq plus grands championnats européens. Costaud.

Valverde aux manettes, Messi à la finition


Grand connaisseur du FC Barcelone, avec lequel il a notamment remporté deux Ligue des champions et trois Liga, Pep Guardiola avait pourtant prévenu dès juillet dernier dans le quotidien L’Esportiu que le Barça allait être très très dur à manœuvrer cette année après un exercice 2016-2017 en demi-teinte : « Tout le monde peut être tranquille. Je crois que le Barça a besoin d’un entraîneur comme Ernesto. Un effectif comme celui-ci
« Tout le monde peut être tranquille. Ça se passera bien pour Ernesto, comme je savais que ça allait bien se passer pour Luis Enrique. » Pep Guardiola, en juillet 2017.
, qui a tout gagné, a besoin de quelqu’un qui les aime. De plus, c’est un entraîneur avec beaucoup de connaissances. Ça se passera bien pour lui, comme je savais que ça allait bien se passer pour Luis Enrique.
 » Dix mois plus tard, difficile de donner tort à Guardiola, qui a vu son « ami » lui voler son record d'invincibilité avec le Barça en Liga en élevant la barre de trois journées. Pour le moment.


Arrivé cet été en Espagne, où il s'est engagé avec le Betis, Ryad Boudebouz est passé de téléspectateur à adversaire du Barça en quelques semaines. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ancien Montpelliérain, fessé avec violence par les Blaugrana en janvier (0-5), a été scotché par la bande à Andrés Iniesta : « Ce qui m’a le plus impressionné, c’est cette force collective. Quand tu les vois jouer à la télé, ce n’est pas aussi frappant. Dès qu’ils perdent un ballon, ils te sautent dessus tout de suite pour que tu ne puisses pas enchaîner les passes et afin qu’ils gardent eux la possession. C’est là où ils sont très forts. Une fois le ballon récupéré, ils font tout pour que Messi soit libre et qu’il trouve les décalages. Ils font tout pour le mettre dans les meilleures conditions. » Et Lionel Messi le rend plutôt bien, puisqu'il a déjà claqué 32 buts en championnat cette saison, dont un doublé sous les yeux de Boudebouz.

« Franchement, ils sont injouables »


Un amour de la possession, un jeu de passe léché, un Lionel Messi stratosphérique, finalement ce Barça version Ernesto Valverde ressemble énormément à ses prédécesseurs. Mais alors pourquoi ce Barcelone-là, plus que les autres, est-il sur le point de devenir la première équipe à terminer une Liga à vingt clubs (Bilbao et le Real ayant réussi cet exploit dans un championnat à dix-huit équipes en 1930 et en 1932) invaincu ? Si la solidité défensive – seulement 21 buts encaissés – et plus précisément celle de Marc-André ter Stegen peut expliquer la bulle au rayon défaite des Blaugrana en Liga, leur mental d’acier et leur envie de ne pas perdre la moindre rencontre fait le reste.


C’est bien simple : les Barcelonais ont été menés au score à neuf reprises cette saison. Et lors de sept de ces neuf rencontres, les potes de Lionel Messi ont égalisé ou se sont imposés grâce à un but dans les dix dernières minutes. Avec, en point d’orgue, ce match sur la pelouse du FC Séville, le 30 mars dernier, où le Barça s'est retrouvé à courir derrière
« Face à eux, tu peux tenir 45 minutes, une heure, mais après, tu es mort. Ils ont tout le temps la balle, et toi, tu cours derrière, c’est très très dur. Ils sont tellement convaincus de leur force qu’ils te fatiguent tout le match. » Ryad Boudebouz, victime d'un soir.
deux buts de retard avant que Luis Suárez (88e) et la Pulga (89e) n’arrachent le point du nul. Pour Ryad Boudebouz, cette capacité à marquer dans les dernières minutes est loin d’être un hasard : « Face à eux, tu peux tenir 45 minutes, une heure, mais après, tu es mort. Ils ont tout le temps la balle, et toi, tu cours derrière, c’est très très dur. Ils sont tellement convaincus de leur force qu’ils te fatiguent tout le match, et à la fin ils t’en mettent un ou deux et c’est plié. Franchement, ils sont injouables. » Intraitable face au Real à l’aller au Santiago Bernabéu (0-3), le Barça compte bien donner raison à l’ancien Sochalien en terminant son dimanche soir dans la peau de l’Invincible. Un statut qui est pour le moment accolé au dos de Zinédine Zidane, qui n’a jamais connu la défaite au Camp Nou depuis son arrivée sur le banc des Merengues, et qui connaît la recette pour battre le Barça de Valverde. Allez, à table.



Par Steven Oliveira Propos de Ryad Boudebouz recueillis par SO.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 6 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 6 heures Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 24 il y a 7 heures Infantino contre les matchs de Liga aux USA 27 Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 7