Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. // Cahier Critique

Pêché Morel

Parce que le mercredi est un peu le jour du septième art, sofoot.com vous proposera désormais chaque semaine la critique d'une vidéo qui aura retenu l'attention de ses cinéphiles les plus pointus. Ainsi, en revenant à Lorient, son premier amour, Jérémy Morel s’est aussi mué en acteur, au service d’une production ambitieuse, estampillée film de sous-marins ascendant Chant du Loup : de quoi résolument cristalliser la tendance que charrie aujourd’hui le cinéma français et que met en exergue la fameuse dialectique image/réalité.

Modififié

Le vernis et la cabale


Il y a quelque chose d’incompréhensible dans les récents succès du cinéma français « d’auteur » (du moins ceux qui peuvent en revendiquer le patronage, mais il ne fait aucun doute que le tout nouveau film des réalisateurs bretons en est un) : l’inexplicable attrait de l’irréalisme cruel. Et de fait, le film perd son scénario en circonvolutions : de la partie de cartes paisible à la posture triomphale de Jérémy Morel en rade de Lorient, on passe par tout, surtout n’importe quoi, et notamment par une succession plongée/contre-plongée ahurissante d’un Jérémy Morel engagé sur l’échelle du sous-marin.


Bien sûr, les références sont claires, à mi-chemin entre le sous-marin du Chant du Loup et la trappe de Lost. Hélas, le film a emprunté à ses références ce qu’elle aurait dû laisser de côté : du premier, un jeu d’acteur qui n’a du réel que le vernis, et du second le caractère amphigourique, si ce n’est cabalistique, du message. À choisir, le contraire eut été préférable, bien qu’encore loin d’être optimal : Terry O’Quinn (qui n’a, au demeurant, rien des regrettés Montgomery Clift ou Michel Piccoli) dans le rôle de Jérémy Morel, et l’écriture simpliste d’Antonin Baudry (dont il faut regretter qu’en l’espèce, elle n’emprunte rien à, par exemple, Kalatozov) plutôt que celle, extravagante, des réalisateurs bretons.

Croire en la réalité, délaisser l’image


Ce constat a cela de regrettable que le début du film semblait pourtant engagé sur la voie que le cinéma français fuit à tort depuis des années, celle qui pourtant l’a fondé : l’héritage inaltérable du réalisme ontologique d’André Bazin. De fait, et malgré la profondeur de champ limitée (quoique pour des raisons évidentes), le montage est absent, la caméra consacrée à la foi inébranlable en la réalité (et non à l’image, ce qui fait toute la différence) : le cinéma de Jean Renoir semble tout proche, mais le charme est soudain rompu par l’apparition du présent sous la forme paroxystique du numérique prosaïque et disparate.


Il y a bien sûr une forme d’épiphanie du suspense dans la production des réalisateurs bretons, probablement car le pathos rejoint un court instant le logos pour dresser les contours d’un film qui devient ce à quoi il peut prétendre. En des termes plus simples, et pour dissiper toute ambiguïté, l’exaltation des émotions déchaînée par le montage rapide se lie à la pure (et unique) signifiance de l’image pour décrire une action dont on sent qu’elle est teintée de culture prométhéenne. C’est cela qui fait regretter que la bonne volonté des réalisateurs ne s’accompagne pas tout du long d’une tradition bazinienne qu’il ne faudrait jamais mépriser : montage du réel, cinéma-vérité.

Pêché Morel
Note de la rédaction
4.5
Note des lecteurs
8.1Moyenne de 139 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note


Par Valentin Lutz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE

Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 13:23 Georges Best, Rapinoe, OM... Offrez-vous un tirage photo exclusif !
Hier à 11:36 Cadix fête son retour en Liga en officialisant l'arrivée de Negredo 21 Hier à 09:53 Le frère d'Aurier tué par balle à Toulouse 182