Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des champions- Barrages retour

Ça passe pour le Zénith, le Celtic et Plzen

Ce soir, la petite Europe se disputait, elle aussi, les derniers billets pour la grande Ligue des champions. Un beau duel Est-Ouest qui s'est terminé sur un score de 2-1 en faveur de la vieille aristocratie footballistique de l’Ouest. Mais d’année en année, l’écart est de moins en moins net.

Modififié
Zénith St-Pétersbourg - Paços de Ferreira : 4-2 contre 4-1 à l'aller

Premier match de la soirée et premier carton. Le Zénith, déjà facile vainqueur contre les Portos de Paços de Ferreira (4-1) au Portugal, s'est de nouveau imposé avec 4 buts au compteur. La qualification était assez prévisible, mais là n’est pas l’événement de la soirée. Ce qu’il faut retenir, c’est qu'Arshavin joue encore au football, et marque même des buts. Le suspense n’a pas trop duré au stade Petrovski. Dès la 29e minute, le Portugais Danny ouvre le score pour l’équipe de Spalletti. La remontée, déjà improbable, devient impossible. Au retour des vestiaires, rebelote, les buts de Danny (48e) et Bukharov (66e) continuent de creuser la tombe des Portugais. Malgré une réaction des visiteurs par Vieira (67e), c’est donc l’ex-futur star mondiale du football Arshavin qui conclut le festival russe sur penalty à la 78e minute. Carlao fait quand même l’effort de marquer un dernier but (83e), juste pour dire que, d’un match à l’autre, les Portugais ont un peu progressé. Costinha a encore du boulot, du moins dans le monde des entraîneurs.

Maribor - Viktoria Plzeň : 0-1 contre 1-3 à l'aller

Le match des experts, le match des connaisseurs, le match des passionnés. Ok, on va pas se mentir, Maribor – Viktoria Plzeň n’était pas l’affiche la plus sexy de ces play-offs de la Ligue des champions. Mais le club tchèque, déjà vainqueur 3-1 à l’aller et à domicile, a fait preuve d’une belle maîtrise en Slovénie pour battre le champion local. Les hommes de Pavel Vrba se sont même permis de caler une victoire tranquille (0-1), à la papa. Tranquille, avec un but à la troisième minute de l’international tchèque Stanislav Tecl. La suite, c’est une défense intraitable qui tient le score jusqu’au bout, malgré des occasions franches pour les locaux. Le champion tchèque se qualifie donc les doigts dans le nez pour la phase de poules, où il risque de passer du rôle de chasseur à chassé.


Celtic Glasgow - Chakhtior Karaganda : 3-0 contre 0-2 à l'aller

Le meilleur pour la fin. Celtic Glasgow – Chakhtior Karaganda, c’est un peu l’histoire du film d’action américain, où, malgré une pléthore de difficultés imprévues, le héros s’en sort quand même, au dernier moment, comme un patron. Battu à la surprise générale au Kazakhstan 2–0 à l’aller, les catholiques de Glasgow devaient réussir un sacré retournement de situation. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que malgré un Celtic Park toujours aussi impressionnant – pour les adversaires comme pour les spectateurs – il fallait être bien sûr de soi pour y croire. Car il a fallu attendre la dernière minute du temps réglementaire de la première période pour voir l’ouverture du score écossaise par Commons (45e). Bien leur a pris d’y parvenir avant les citrons, car l’équipe crispée de la première période a laissé place à un Celtic conquérant en seconde. Dès la 48e le Hatem Ben Arfa grec – Georgios Samaras – ramenait les deux équipes à égalité parfaite sur les deux matchs. Les changements et les cartons ne changeant rien au tableau d’affichage, on croit à la prolongation lorsque le 4e arbitre affiche 4 minutes de temps additionnel. C’est l’instant choisi par le jeune international écossais James Forrest pour mettre le but du happy end. Du very late happy end (93e), mais ça suffit. L’émotion reste, une année encore, du côté de la vieille Écosse. Les Kazakhs auront eu le mérite de surprendre l’Europe. Avant, peut-être, comme les autres anciens du bloc soviétique, d’y jouer un rôle majeur.

Par Philippe Colo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1 Hier à 15:00 Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 3 Hier à 13:01 La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 16 Hier à 11:32 Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 66
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Lyon dit au revoir à la C1