Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // En partenariat avec Uber Eats

« Le Titi Parisien, un jambon-beurre, servi chaud et complètement revisité »

Quand il n’est pas pas aux fourneaux de son restaurant versaillais, Xavier Pincemin transpire régulièrement en jouant au foot à cinq. Avant de goûter au repos des braves, devant les matchs de Paris. Pour l’opération « La Buvette des Chefs » d’Uber Eats, partenaire de la Ligue 1 Conforama, il s’attaque lui aussi au célèbre jambon-beurre.

Modififié

#3: Xavier Pincemin

Qu’est-ce qui te plaît dans le foot ?
Plus jeune, j'ai joué 8 ans dans un club à côté de Versailles, plus précisément aux Chesnay. Je joue toujours en Urban, environ 1 dimanche sur 2, avec des potes. Ça reste un plaisir fédérateur pour moi. Je jouais plutôt attaquant, j'étais rapide quand j'étais plus jeune, j'aime les joueurs du Barça, les ailiers type Messi, Ronaldinho, donc je voulais évoluer à leur poste... Bon maintenant, en foot à cinq, je joue plutôt défenseur, j'ai perdu un peu de vitesse et de souplesse.

Tu vas souvent au stade ?
Alors, plus jeune, le grand-père d'un de mes amis était dirigeant du Havre AC en Ligue 2, donc j'allais régulièrement en présidentielles avec lui. Ça m’a beaucoup marqué dans mon rapport au foot... Puis, j'ai suivi un peu de loin la période lose du PSG. Mais depuis quelques années, je vais au Parc des Princes de temps en temps. Certains me cracheront dessus, mais je suis plus assidûment Paris depuis l'arrivée du Qatar, ça leur a redonné un nouveau souffle. Ce qui me plaît au sein du PSG actuel, c’est que le club est à la fois très homogène collectivement et différent en matière d'individualités : j'aime autant Mbappé, qui renvoie une image très saine, que le côté prétentieux, provocateur de Neymar et ses gris gris qui vont avec. Après, tout n’est pas parfait : la Ligue des champions pour Paris, ça reste difficile... Rien que d'en parler, ça me serre un peu le cœur, la remontada, je l'ai vécue difficilement.

Tu as gagné Top Chef en 2016. Tu troquerais ta victoire dans l’émission contre une victoire de Paris en Ligue des champions ?
Ah question difficile, mais non, je ne pense pas ! En vrai de vrai, je peux dire que l'émission m'a ouvert beaucoup de portes, j'ai pu ouvrir mon restaurant grâce à ça... Vous avez quand même failli m'avoir !

La buvette, ça représente quoi pour toi ?
Lors de la dernière Coupe du monde et pendant l'Euro, j'étais beaucoup dans les buvettes. Le match, on ne le vit vraiment que quand on est à la buvette, avec les supporters. Ça fait partie du décor en quelque sorte.

Pourquoi as-tu décidé de participer à l’événement organisé par Uber Eats ?
Ça me permet aussi d'innover un peu, je fais pas mal d'événements avec des sportifs et des rappeurs en dehors de mon restaurant, c'est des petits défis en plus, qui changent du quotidien. Par exemple, je m'entends très bien avec Mamadou Sakho, j'ai fait des inaugurations d'établissements avec lui. Sakho, lui, il faut lui cuisiner surtout du poisson... Attends, qu'est-ce que je lui ai préparé la dernière fois ? Ah, je lui avait fait une belle Saint-Jacques avec une purée de pomme de terre, de la crème d'oignons, des champignons... L’important avec lui, c’est de proposer un plat très visuel, il aime les couleurs.



Qu’as-tu imaginé pour La Buvette des Chefs ?
Alors, le plat que je propose, c’est le Titi Parisien, un jambon-beurre complètement revisité, qu'on sert chaud. On a simplement repensé un grand classique sauce Xavier Pincemin, si je puis dire : c’est un sandwich avec du beurre aux algues. Il y aura deux sortes de jambons utilisés : un jambon de Paris persillé ou un jambon de pays ibérique. Pour le pain, on est encore en phase test avec mon boulanger, on proposera soit du pain aux champignons, soit un pain traditionnel revisité.

Il y a un joueur pour qui tu souhaiterais cuisiner ?
J’aimerais bien mitonner un truc à Zidane. Je pourrais lui faire une petite bouillabaisse à ma sauce. Ou alors, je pars dans mes travers à moi. Je suis très terre et mer, je pourrais lui faire un filet de bœuf avec un beurre noisette poché, des trompettes de la mort, des petits champignons de saison, des épinards, des girolles, ce genre de choses... Ou alors, un beau poisson : quand je bossais au Trianon, j’ai travaillé le poisson uniquement, c’est un produit que je maîtrise. Donc, on pourrait lui servir un turbot braisé, avec des légumes de saison, des choux fleurs colorés, des topinambours, du salsifis... Et hop, du poisson pour Zizou !

Vivez le match comme si vous étiez dans les tribunes avec les plats cultes de buvettes, revisités par des chefs de renom, disponibles sur l'application Uber Eats dès le 9 décembre !
Propos recueillis par AC, Photos : Guillaume Blot