Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 27e journée
  3. // Bordeaux-Brest (0-2)

Brest enfonce Bordeaux

Pris à la gorge par le Stade Brestois, les Girondins, défaits chez eux pour la troisième fois de la saison (0-2), ont laissé passer, dimanche après-midi, l'occasion de se rapprocher de leurs concurrents directs. Les Bretons, en revanche, ont assuré leur coup.

Modififié
BordeauxBrest : 0-2
Buts : Licka (19e) et Kantari (83ess.p.) pour Brest.


Les Girondins étaient attendus au tournant, après leur qualification pour les huitièmes de finale de l'Europa Ligue. Problème, le terme « pression » ne fait pas partie du vocabulaire du club. Et face à Brest, chez eux, ils ont une nouvelle fois déçu. Déçu dans tous les compartiments du jeu. Dans un match terne et ennuyeux à souhait, ils ont chuté face à une équipe de Brest plus maligne et plus réaliste. Un but en première, un but en deuxième, et les hommes de Landry Chauvin pouvaient savourer leur troisième succès à l'extérieur de la saison. Bon, il faut rappeler aussi que les deux formations ont perdu à la trêve leurs meilleurs buteurs-maison : Ben Basat (9 buts) et Gouffran (8 buts). Ce qui peut expliquer certaines choses… Mais quand même ! Un spectacle si affligeant pour une rencontre de Ligue 1 devrait faire réfléchir les annonceurs-télé. Mais sans parler de différence de niveau entre deux clubs aux objectifs différents, force est de constater qu'avec plus de malice et d'adresse devant le but, Brest l'a logiquement emporté.

Des stats pourries

C'était le troisième match de la semaine pour les Girondins, ainsi que le troisième à domicile, après Lyon (0-4) et Kiev (1-0). Avec toujours le même contingent d'absents (Nguemo, Mariano, Henrique et Rolan, blessés) et une statistique pourrie : deux défaites consécutives en Ligue 1. En face, c'était pire : Baysse, Ferradj, blessés, Lejeune, suspendu, et Martial et Khaled punis, pour omission volontaire d'entraînement. Plus quatre revers d'affilée et un nul contre Ajaccio (1-1), la semaine dernière… Avec huit roustes en déplacement, aussi ! Bref, pas un grand choc en perspective. Pourtant, l'enjeu du classement était bien réel de part et d'autre. Et « 4-4-2 » versus « 4-1-4-1 » pour animer les débats. Raccrocher le wagon de tête pour les uns, distancer celui de queue pour les autres.

Le dos de Trémoulinas

Bon, il y avait le froid et les nombreux corners obtenus par le Stade Brestois, une tête de Sané que Thébaux repoussait (5e), et une frappe puissante de Maurice-Belay au second poteau (15e), pour réchauffer l'atmosphère. Le tir de Faubert, également, repoussé sur sa ligne de but par Coulibaly (35e). Et ce but gag, bien sûr, inscrit par des Bretons très prompts à se projeter vers l'avant. Suite à un ballon centré de la gauche par Chafni, et intelligemment laissé par Ayité plein axe, Licka frappait sur Trémoulinas qui, en voulant se tourner, détournait le cuir ! Carrasso pris à contrepied (19e), c'est tout le onze marine et blanc qui l'était. Lui qui, pourtant, avait montré de vraies intentions offensives, tout au long du premier acte. Mais celui de Landry Chauvin avait bien préparé son coup, et ses coups, surtout en contre. Arme redoutable, qui sanctionnait quarante-cinq minutes aussi fades que ternes, hachées par des fautes à répétition. Et une mi-temps complètement en manque d'intensité, comme souvent, finalement, à Bordeaux.

Manque d'ambition et penalty


Il fallait croire que les Girondins avaient laissé toute leur énergie en Europa Ligue, puisqu'ils n'ont encore jamais gagné sur le pré, après une échéance continentale. Et la neige tombante ne semblait pas leur donner plus de motivation pour tenter d'inverser le cours des choses. A l'image d'un Ludovic Obraniak très peu inspiré, et ombre de lui-même. En revanche, dans le camp visiteur, le système de jeu à « la toulousaine » faisait le bonheur de la quarantaine de supporters bretons massée dans le virage nord. Les approximations techniques des joueurs de Francis Gillot, symbolisées par des passes mal ajustées, des retards dans la conquête de balle et des déviations sans destinataire, contrastaient avec la gestion des efforts et le jeu au sol en petit périmètre distillé par leurs adversaires. Et leur réalisme, aussi. Un coup-franc de Bellion capté par Thébaux (47e) ou la seule véritable occase des Marine et Blanc en seconde période. Triste, comme le temps, et les ambitions du club aquitain. Les Brestois, eux, ont su imposer leur réalisme froid, et transformer un pénalty par Kantari, leur capitaine, suite à une faute de Sané sur Touré (82e). Le truc qui fait bien mal quand on croit pouvoir revenir au score. Fin du calvaire. Les émissaires de Benfica présents au stade ont dû prendre bonne note…

Bordeaux : Carrasso – Faubert, Planus, L. Sané, Trémoulinas – Plasil (cap), Poko (Sertic, 83e), Obraniak (Ben Khalfallah, 66e), Maurice-Belay – Ch. Diabaté, Bellion (Saivet, 64e).

Brest : Thébaux – O. Coulibaly, I. Traoré, Kantari (cap), B. Mendy – A. Sissoko, Raspentino (L. Touré, 75e), Chafni (Grougi, 78e), Licka, M. Gueye (Lesoimier, 69e) – J. Ayité.

Par Laurent Brun, à Chaban-Delmas.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié