Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Real Madrid-Leganés

Brahim Díaz, la jeunesse au secours du Real

Nouvelle recrue d’un Real Madrid en période de crise liée à ses résultats en championnat, Brahim Díaz amène un vent de fraîcheur dans un vestiaire madrilène en pleine ébullition. Cette arrivée du prodige espagnol s’inscrit dans le désir de renouveau politique initié par Florentino Pérez.

Modififié
09/01/2019, 21h30
Copa del Rey - Huitièmes

Les yeux remplis d’étoiles au moment de s’adresser aux journalistes lors de sa présentation au Santiago-Bernabéu, Brahim Díaz entre dans un nouvel univers que le jeune homme souhaite croquer à pleines dents. « Quand j’ai décidé de quitter Manchester City, j’avais trois options sur ma table : la première, jouer pour le Real Madrid, la deuxième, jouer pour le Real Madrid et la troisième, jouer pour le Real Madrid. Je ne voulais aller nulle part ailleurs, car il est impossible de partir dans un meilleur club. Je souhaite triompher ici, j’ai faim de temps de jeu et je souhaite apporter ma pierre à l’édifice. » Un discours de présentation aussi original qu’ambitieux pour ce garçon de 19 ans. S'ensuivent les traditionnelles photos aux côtés du président Florentino Pérez, avec son maillot orné du 21. Clin d'œil : le 21 était justement le numéro de Santiago Solari, l'actuel coach du Real.

David Silva : « Brahim est le futur de la Roja »


Malgré son visage d’ange, Brahim Abdelkader Díaz est un joueur programmé pour faire un sacré boucan dans les années à venir. Le meilleur moyen de s’en rendre compte, c’est d’écouter la prise de position de Josep Guardiola sur son ancien poulain à l’époque où celui-ci était encore un joueur des Citizens. « Le cas de Brahim est simple, déclarait Pep fin novembre. Nous le voulons, nous souhaitons étendre son contrat à quatre ou cinq années supplémentaires et nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour le convaincre de rester ici. Mais comme je l’ai déjà dit plusieurs fois, la décision finale est entre ses mains. S’il ne veut pas rester, il doit partir. Manchester City l’a protégé avant même que j’arrive, et nous avons continué de le faire depuis que je suis en poste. » Un gros mois plus tard, voilà donc Brahim Díaz au pupitre officiel du Real, prêt à accomplir son « rêve » .

Voir cette publication sur Instagram

‪Football or basketball? ‬

Une publication partagée par Brahim Díaz (@brahim) le



Concernant le natif de Málaga, l’argument du club de cœur semble en effet tout sauf frauduleux. En 2015, l’adolescent hispano-marocain s’engage chez les Sky Blues pour cinq ans contre une indemnité de transfert de quatre millions d’euros, au nez et à la barbe... du FC Barcelone. Pourtant, cette queue de poisson effectuée au Barça ne va pas empêcher Guardiola de croire dur comme fer au potentiel de Díaz, milieu de terrain offensif que son aîné David Silva décrivait il y a peu sur Twitter comme « le futur de la Roja » . Avec Phil Foden et Jadon Sancho, Brahim Díaz fait partie des trois pépites peaufinées par City. Si le premier a décidé de renouveler son bail à City et le deuxième possède une clause de rachat prioritaire à l’encontre du Borussia Dortmund, Díaz devient définitivement un joueur du Real Madrid grâce à un contrat signé jusque juin 2025, une clause libératoire de 750 millions d'euros et un transfert de 24 millions d’euros bonus inclus, cumulés à un versement de 15% d’une éventuelle revente par les Blancos. En bref, un joli cadeau de roi mage pour l’Épiphanie à Madrid.

L’élixir de jouvence madrilène


Mais comment City a-t-il pu laisser partir une telle perle au sein de son effectif ? La raison se situe dans le féroce conflit d’intérêt aux postes où Díaz se retrouvait susceptible d’être aligné. Sur les ailes des Sky Blues, Raheem Sterling, Leroy Sané, Bernardo Silva ou Riyad Mahrez sont déjà en pleine bataille pour obtenir les faveurs de Guardiola. Dans l'entrejeu, Kevin De Bruyne, David Silva, İlkay Gündoğan ou... Phil Foden sont prioritaires. Un embouteillage qui obligeait Díaz à se contenter des miettes : aucune minute jouée en Premier League et trois petits matchs de Coupe d’Angleterre pour deux buts inscrits. En clair, beaucoup trop peu pour un joueur qui aspire à devenir l’une des références à son poste dans les prochaines années. À Madrid, cette arrivée est perçue comme une nouvelle étape vers la fin de la deuxième ère galactique de Florentino Pérez, symbolisée par les quatre Ligue des champions acquises en cinq saisons.


Possible successeur de Luka Modrić, grâce à ses capacités pour évoluer en milieu relayeur, Díaz constitue une manière d’annoncer aux sénateurs du Real que la période de la récréation est maintenant terminée. Ce week-end, Vinícius Júnior est apparu comme le meilleur Madrilène sur le terrain, du haut de ses 18 printemps. Une preuve supplémentaire que la jeunesse toque à la porte de ce Real Madrid déjà trop poussiéreux, et que l’heure de voir des cadres du vestiaire rendre leur tablier n’est plus si lointaine.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE

Hier à 11:35 Viens mater PSG-OM lors d’une projection So Foot inédite 12
Hier à 15:52 Gignac présente ses excuses après son but contre Veracruz 36
Hier à 13:29 Jonathan Barnett est l'agent le plus puissant en 2019 39
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur