Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nantes-Bordeaux (0-1)

Bordeaux se refait une santé à la Beaujoire

Un petit match pour un petit score, mais trois grands points pour Bordeaux qui redécouvre la saveur de la victoire.

Modififié

FC Nantes 0-1 Girondins de Bordeaux

But : De Préville (26e) pour Bordeaux

On utilise le mot « derby » pour un oui, pour un non. Deux villes sont reliées par un TER ? Parfait, disons que ça fait un derby. Nantes et Bordeaux sont sur la côte Ouest ? Ok, faisons de leur affrontement un derby de l'Atlantique. Mais si le mot « derby » a perdu de sa saveur à cause d'une utilisation pas toujours justifiée, dans le cas de Nantes et de Bordeaux, l'animosité entre les deux clubs est ancienne et bien réelle. Johan Hamel, arbitre du jour, a eu le plaisir de le constater en rappelant souvent les joueurs à l'ordre et en jouant les policiers avec talent. Car à défaut de bien jouer au football, des Nantais défaits et des Bordelais enfin vainqueurs ont décidé de jouer leur derby avec un état d'esprit de petits castagneurs. Et un match de cour de récré entre deux écoles rivales, ce n'est pas toujours une ode au grand jeu.

L'efficacité bordelaise


Ça fait deux matchs que Claudio Ranieri rentre au vestiaire avec les oreilles qui fument, le cerveau rendu bouillant par les fautes d'arbitrage. Cette fois, l'homme au sifflet décide de faire une petite faveur aux Nantais en oubliant de siffler une main discrète de Carlos dans la surface en début de première mi-temps. À croire que même l'arbitre était endormi par une entame de match pénible, peu palpitante, marquée par une absence totale d'actions et de folie. Une qualité de jeu moyenne qui saute aux yeux lorsque la balle passe au milieu de terrain, une zone où soit les joueurs manœuvrent trop lentement, soit ils perdent le ballon. Mais comme le football est bien fait, il n'y a pas besoin d'avoir cinquante opportunités pour marquer un but. Alors un simple centre de Sabaly vers la demi-heure de jeu suffit à De Préville pour monter plus haut que Dubois et envoyer sa tête dans le petit filet de Tătărușanu. Un tir cadré, un but, et basta ! Sans être excellents, les Girondins sont au moins récompensés pour être moins passifs sur le terrain que leurs adversaires du jour. Portés par une Beaujoire qui fait, comme d'habitude, un boucan d'enfer, les Canaris deviennent un chouia plus dangereux, mais s'exposent aux contres. Voilà l'équation que Ranieri doit résoudre à la pause.

Statu quo


Fâché, le coach italien aborde la deuxième période avec deux remplacements. Le sursaut d'orgueil passe par une première frappe cadrée de Rongier bien claquée par Costil, mais s'arrête là. Le pressing reste trop léger, les offensives ne sont pas assez sèches, et Bordeaux se remet à occuper le camp nantais. Tătărușanu sauve même le but du 2-0 d'une horizontale fabuleuse alors que Malcom avait téléguidé sa frappe enroulée vers le petit filet. Heure de jeu, Ranieri est toujours fâché et balance son troisième changement en envoyant El Ghanassy au front. Là encore, l'effet est quasi nul, et le FC Nantes reste bloqué dans des phases de jeu stériles. Aucun remède ne semble capable de soigner le marasme nantais, les vraies actions sont toujours aux abonnés absents, tandis que Bordeaux joue parfaitement la montre en attendant que le sablier s'écoule. Au bout du compte et malgré quelques ultimes tentatives nantaises, ça suffit aux coéquipiers de Costil pour gratter leur deuxième victoire en une semaine. Ça donne aussi un troisième match d'affilée sans gagner pour Nantes, et cette fois sans pouvoir pointer l'arbitrage du doigt. Et dire que c'est Bordeaux qui était censé avoir le rôle de l'équipe qui va mal...

FC Nantes (4-4-2) : Tătăruşanu - Dubois, Carlos (Lima, 45e), Pallois, Djidji - Khrin (Ngom, 45e), Girotto, Kačaniklić (El Ghanassy, 62e), Thomasson - Sala, Rongier.


Girondins de Bordeaux (4-3-3) : Costil - Poundjé, Koundé, Pablo, Sabaly - Meïté, Lerager, Malcom (Vada, 86e) - Youssouf, Laborde, De Préville.


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Alexandre Doskov
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 82

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70
    À lire ensuite
    Le Rivière pourpre