Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bordeaux
  3. // Retro

Bordeaux, couleur café

Depuis début décembre, le Rwanda a pour nouvel ambassadeur le Paris Saint-Germain, dans la prolongation du partenariat déjà établi par Kigali avec Arsenal en mai 2018. Si ces partenariats entre un club européen et un État africain peuvent paraître novateurs, ils sont pourtant loin d’être récents : lors de la saison 1973-1974, Félix Houphouët-Boigny faisait déjà la promotion du café ivoirien sur la tunique des Girondins de Bordeaux.

Modififié
On ne sait pas si le président rwandais Paul Kagame a vu dans les partenariats avec Arsenal et le Paris Saint-Germain un potentiel important de supporters le plus souvent déçus dès le mois de mars – voire avant – et donc ensuite libres de partir en vacances dans son pays. Qu’importe, cela fait maintenant plusieurs mois que « Visit Rwanda » s’affiche sur le maillot des Gunners et depuis début décembre sur les maillots d’entraînement du PSG, ainsi que sur les panneaux publicitaires du Parc des Princes, où les spectateurs pourront aussi déguster thé et café rwandais à la buvette.



Signé en présence de l’ambassadeur du Rwanda en France, le partenariat entre le club de la capitale et le pays africain devrait rapporter entre huit et dix millions par an au PSG. S’il peut paraître novateur, ce partenariat entre un pays africain et un club européen ne l’est pourtant pas tant que ça. Et bien avant l'éphémère idylle entre le FC Metz et le Tchad (2016-2017), la Côte d’Ivoire faisait déjà la promotion de son café sur le maillot des Girondins de Bordeaux. Bienvenue dans la saison 1973-1974.

Les dirigeants ne mettent pas de Vittel dans leur vin

Dans la lignée de l’entrée du petit écran dans les foyers européens durant les années 1960 et du développement de la diffusion télévisuelle des matchs, les sponsors font progressivement leur apparition sur les maillots des joueurs, et la France ne fait pas exception. En 1968, l’ancêtre de la LFP signe un accord avec Vittel, qui stipule que le nom de la marque doit figurer sur les maillots de toutes les équipes de première et deuxième divisions. Les Girondins de Bordeaux refusent cependant de porter sur leur maillot le nom d’une eau minérale, et ce désaccord amorce par la suite des discussions entre les clubs français. D’un côté, les partisans de contrats de sponsoring collectifs gérés par la Ligue – dans le but de maximiser les revenus de l’ensemble des clubs –, de l’autre, ceux qui préfèrent les actions individuelles et qui vont finalement avoir le dernier mot. Quelques années plus tard, le café se rapprochant manifestement plus du vin que l’eau pour les dirigeants bordelais, le Café de Côte d’Ivoire devient le premier sponsor de l’histoire des Girondins.

« Un Giresspresso s’il vous plaît... »

Fini le traditionnel scapulaire sur le maillot marine et blanc, le jeune Alain Giresse, Jean-Pierre Tokoto ou encore Jean Gallice sont pour une saison les ambassadeurs du pays de Félix Houphouët-Boigny. Initié par celui qui a présidé la Côte d’Ivoire de 1960 à 1993, le partenariat est révélateur de la stratégie de développement choisie par le pays lors des années 1960 et 1970. Un modèle avant tout basé sur les exportations de matières premières telles que le café ou le cacao – de plus en plus consommés dans les économies occidentales où le niveau de vie augmente – et largement soutenu par l’État, qui a assoupli le code des investissements – facilitant l’arrivée de capitaux étrangers et permettant de rapatrier jusqu’à 90% des bénéfices – et investi dans des infrastructures telles que le port de San Pedro ou dans la construction du quartier d’affaires du Plateau à Abidjan. Premier producteur de cacao et 3e producteur de café dans le monde lors des années 1970, la Côte d’Ivoire voit son modèle érigé en exemple en Afrique : on parle alors du « miracle ivoirien » .


Si la présence de « Café de Côte d’Ivoire » sur le maillot des Girondins a pu contribuer à populariser le café auprès des Français et est précurseur dans son genre, difficile de ne pas y voir un symbole de la proximité toujours très forte entre les dirigeants ivoiriens et la France, assumée par « le Sage » , qui aurait d’ailleurs été le premier à utiliser le terme « Françafrique » . Le partenariat initié par la présidence en personne traduit également l’omniprésence des grands propriétaires de plantations dans les élites politiques du pays. La rente des matières premières va d’ailleurs largement leur profiter – comme en témoigne la fortune personnelle colossale d’Houphouët-Boigny – au détriment d’investissements suffisants pour diversifier l’économie ivoirienne. Ce phénomène va d’ailleurs accentuer la crise des années 1980, causée par la brutale chute du prix des matières premières, et contribuer à exacerber les tensions entre les Ivoiriens et leurs élites. En attendant, le sponsor ne restera sur le maillot marine et blanc qu’une seule saison, et le café n’aura visiblement pas été assez efficace pour réveiller les Girondins : Bordeaux termine cette saison-là à la quatorzième place du championnat.

Par Victor Launay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom

Hier à 10:00 La LFP dans l'incompréhension face à la décision de Canal + 31