Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Bordeaux-Nice (0-0)

Bordeaux bute sur Nice

Dans un match qu'ils ont dominé de bout en bout, les Bordelais ne sont pas parvenus à trouver la faille face à une pâle équipe niçoise. Zéro but et résultat nul, donc.

Modififié

Bordeaux 0-0 Nice




Le monde se divise en deux camps : ceux qui n'aiment pas l'été et ceux qui n'aiment pas l'hiver. C'est ainsi que Bordeaux et Nice se sont privés d'un printemps européen à six mois d'intervalle, mais hument encore son parfum par projection. Dans un championnat non pas à deux, mais à trois vitesses, la cinquième place fait désormais office de plus belle dame de la soirée dans la salle des prétendants sans trop d'atouts. Avec chacun 35 points au compteur avant la rencontre, Girondins et Azuréens pouvaient perpétuer l'espoir d'un heureux dénouement d'une saison éprouvante. Il fallait pour cela prendre sa chance, envoyer un petit message ferme aux autres concurrents, de Nantes à Montpellier, adeptes de la tergiversation au moment de conclure. Mais sans Balotelli, au repos, et Malcom, suspendu, les candidats du jour manquaient eux aussi d'un peu de charme. Alors, il a fallu chercher la beauté intérieure des deux équipes. Et à ce jeu du « Pourquoi pas moi ? » , c'est l'envie des Bordelais qui aurait dû faire la différence dans un duel agréable.

Harcèlement


Ce sont d'ailleurs les Girondins qui font le premier pas du match. Mais Kamano n'a pas les talents de tombeur de Malcom et gâche une première opportunité. Le pressing des hommes de Gustavo Poyet fait bafouiller à plusieurs reprises la défense niçoise et Meïté, Braithwaite puis De Préville sont tout proches de conclure. Un poteau, un Benítez exceptionnel et une barre transversale sauvant les joueurs azuréens d'une première mi-temps délicate dans laquelle seul Pléa a tenté sa chance. Parfois, les hommes mentent et les chiffres parlent : avec seulement deux petits tirs à la pause (contre huit pour les Bordelais), les hommes de Lucien Favre ne font en tout cas pas preuve d'un grand esprit de conquête. Au retour des vestiaires, même configuration : la détermination girondine tranche avec la nonchalance de Niçois sans doute atteints d'avoir laissé passer le train européen cette semaine. Mais il faut savoir emballer la partie pour ne pas avoir de regrets et, peu à peu, les Marine et Blanc s'engluent dans le faux rythme imposé involontairement par leurs invités. Malgré quelques nouvelles tentatives de De Préville, les minutes défilent et le score reste vierge.

Domination stérile


Certes, les chiffres parlent – et, à un quart d'heure du terme du match, ils sont éloquents avec vingt tirs à deux pour le club au scapulaire –, mais frapper sans marquer, « c'est comme danser avec sa sœur » . Et Pablo est d'ailleurs tout près de zouker contre son camp sur une tête sauvée sur sa ligne par De Préville pendant que Laborde saborde un face-à-face avec Benítez. Mais personne ne trouvera la faille malgré une aile de pigeon de Paul Baysse et un missile de De Préville qui échouent encore sur les montants du chanceux, mais brillant Benítez. 0-0, un résultat pas forcément équitable, au contraire des chances de cinq à six clubs de conquérir un cinquième ticket européen qui ne s'offre pour le moment à personne, mais qui pourrait sourire aux Girondins s'ils se montrent toujours aussi pressants. La drague laborieuse risque en tout cas de durer jusqu'au bout du bal.



Bordeaux (4-3-3) : Costil – Sabaly, Baysse, Pablo, Poundjé – Lerager, Plašil, Meïté – Kamano (Vada, 75e), Braithwaite (Laborde, 61e), De Préville. Entraîneur : Gustavo Poyet.


Nice (4-3-3) : Benítez – Burner, Marlon, Sarr, Coly – Less Melou (Cyprien, 89e), Tameze, Mendy – Sacko, Pléa, Makengo. Entraîneur : Lucien Favre.


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Chris Diamantaire
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    À lire ensuite
    Les notes de Lyon